« DES MA PRISE DE FONCTION LE 15 NOVEMBRE 2015 A LA SOCATEL, ..

Lundi 21.08.2017 : 10H09

« DES MA PRISE DE FONCTION LE 15 NOVEMBRE 2015 A LA SOCATEL, J’AVAIS TROUVE 29.000 FCFA DANS LA CAISSE, 36 MOIS D’ARRIERES DE SALAIRE ET PAS DE PENSIONS POUR LES RETRAITES »

Ce sont les mots forts qu’avait prononcés le Directeur Général de la Société Centrafricaine des Télécommunications (SOCATEL), Bruno Gréla-M’poko. C’était le vendredi 04 août 2017, lors d’une conférence de presse qu’il avait animée à  L’Hôtel Oubangui à Bangui, pour faire la situation exacte dans laquelle se trouve cette société d’Etat.

A en croire le DG Bruno Gréla-M’poko, « avant ma prise de fonction le 15 novembre 2015, la SOCATEL était totalement tombée en faillite, car étant dépouillée de toutes ses structures et infrastructures au profit d’autres services de l’Etat. La mauvaise gestion de SOCATEL dans le passé a fait que j’avais hérité 29.000FCFA dans sa caisse ; 36 mois d’arriérés de salaire de son personnel et pas de pensions pour ses retraités à la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale (CNSS). Aujourd’hui, mes plus proches collaborateurs et moi, nous nous sommes battus pour faire renaître la SOCATEL de ses cendres. Et ce, à travers le plan de son sauvetage qui est entrain de produire des résultats positifs.

Pour preuves palpables, tous les services de prestation de la SOCATEL sont désormais opérationnels. Il s’agit entre autres, de la téléphonie filaire fixe ;

- de la carte diamant prépayée ;

- du fax ;

- de l’internet ADSL ;

-de la vente du non de domaine (CF) ;

et bientôt le lancement officiel de son  réseau de téléphonie mobile. Aussi, sur 36 mois d’arriérés de salaire du personnel, nous avions pu régulariser 11 mois et les retraités perçoivent aujourd’hui, leurs pensions auprès de la CNSS. Il ne faut pas oublier les travaux de badigeonnage de l’immeuble de la SOCATEL dont le coût nous revient à 9.000.000 de FCFA. C’est dire que nous avions pu faire de notre mieux et selon nos moyens de bord pour redonner à la SOCATEL ses lettres de noblesse, comme étant le premier opérateur national historique en matière des télécommunications. Mais il faille aussi relever que l’Etat devrait à la SOCATEL 2.400.000.000 de FCFA de dette pour consommation de la ligne de téléphonie de bureau (fixe). Et cette société d’Etat a un capital de 1.120.000.000 de FCFA ».

En gros, telle est la situation actuelle dans laquelle se trouve la SOCATEL, et à vous, nos fidèles lecteurs de l’apprécier.

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire