DES ENFANTS VICTIMES DE LA CRISE CENTRAFRICAINE A....

Vendredi 21 Octobre 2016 : 13h38

DES ENFANTS VICTIMES DE LA CRISE CENTRAFRICAINE A L’HONNEUR A L’EMA : REMISENT DES CERTIFICATS ET KITS AUX APPRENANTS

Enfants de la rueLe ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Moukadas Noure, a présidé, ce mercredi 19 octobre 2016, à l’Ecole des Métiers d’Art (EMA) à Bangui, la cérémonie de remise des certificats de fin de formation et des Kits aux apprenants du projet de Sécurisation et Réinsertion Sociale des enfants victimes de la crise centrafricaine, aux environs de 10 heures. Cette cérémonie s’est déroulée en présence des chefs d’établissements, des maires d’arrondissements, de l’inspecteur d’Académie de Bangui, du directeur général de l’ACFPE, des membres de la Commission Nationale Centrafricaine pour l’UNESCO dont sa secrétaire générale, madame Koyt-Déballé, des membres du Cabinet du ministère de l’Education Nationale, des honorables députés invités, de l’équipe du Bureau Multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique centrale …

Prenant la parole pour son mot de bienvenue, le directeur de l’EMA a tout d’abord souhaité la bienvenue à tous les invités, avant de donner l’Objectif visé par ce projet en ces termes, « l’objectif visé est d’assurer à ces enfants la formation à divers métiers en vue de leur insertion socioprofessionnelle. Cette formation initialement prévue pour 09 mois, s’est étendue dans le temps et s’est achevée au mois de juin 2016 ». Il n’a pas manqué d’exhorter et de solliciter l’implication du ministère de l’Education Nationale et celle des partenaires. « La phase d’installation ne fait que commencer par cette remise. Pour ce faire, il faudra un site qui permettra à ces apprenants de créer leurs entreprises artisanales et se prendre en charge. Agir de cette manière, nous aurons réussi à apporter une solution aux problèmes de travail que rencontre la jeunesse. C’est pourquoi, nous sollicitons très humblement auprès de monsieur le ministre, votre implication dans cette démarche d’installation », a-t-il indiqué. Il a par ailleurs remercié le Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale, à travers la Commission Nationale Centrafricaine pour l’Unesco qui n’a ménagé aucun effort en leur apportant des soutiens multiformes pour la réussite dudit projet.

Intervenant à son tour, le représentant du Bureau Multisectoriel de l’Unesco pour l’Afrique Centrale, venu de Yaoundé pour la circonstance a signifié, «  je saisis cette opportunité pour dire combien je suis heureux  de  l’implication effective de l’équipe pays, je fais allusion à l’Agence Centrafricaine pour la Formation et l’Emploi (ACFPE) , à la direction de l’enseignement technique (EMA), à la COMNA, qui ont travaillé ensemble avec nous pendant des mois, pour que cette formation aille jusqu’à son terme malgré le contexte un peu difficile. C’est un signe d’un véritable gage d’appropriation nationale qui mérite d’être encouragé.

Ce modèle d’apprentissage en 09 mois est la réponse de la Direction Régionale de l’Unesco qui avait promis ici même en novembre 2014, de tout faire pour aider la RCA, notamment dans le domaine de compétence de l’Unesco. C’est ainsi qu’une mission technique avait été dépêchée sur le terrain du 12 au 20 novembre 2014. Il ressort de leur rapport que l’une des priorités actuelles du gouvernement en faveur de la jeunesse est la formation et l’accompagnement à l’insertion.

Ainsi, c’est grâce à un appui financier d’une équipe de football, Juventus de Turin que notre organisation a appuyé la formation de ces 100 jeunes ici à l’EMA de Bangui … Avec un taux de réussite de 100 %, nous pensons que l’équipe des formateurs de l’EMA a fait un bon travail, et à ce titre, mérite nos encouragements et notre reconnaissance à nous tous.

C’est le lieu de rappeler que ces appuis s’inscrivent bien dans les priorités du pays, contenues dans le plan de développement de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Et nous sommes heureux de participer à ces travaux pour apporter notre modeste expertise. L’Unesco note avec satisfaction la coopération avec le ministère de l’Education Nationale qui est une réussite et mérite d’être encouragée. Aussi, l’organisation confirme son entière disponibilité à poursuivre ses appuis au gouvernement centrafricain, notamment le département ministériel dans la mise en œuvre de ses priorités ».

Il a terminé ses propos en remerciement le ministre de l’Education Nationale, les autorités de la ville de Bangui pour l’ensemble des dispositions prises qui ont permis la réussite de cette cérémonie. Il a salué aussi la détermination de madame la Secrétaire Générale de la Commission Nationale Centrafricaine pour l’Unesco qui a facilité avec le comité d’organisation, la tenue de cette cérémonie.

Le dernier intervenant fut le ministre de l’Education Nationale, Moukadas Noure qui a présidé cette cérémonie. Voici un extrait de son discours : « Dans le but de doter quelques jeunes déscolarisés, victimes des évènements survenus dans notre pays, de compétence, d’habilité professionnelles en vue d’exercer ou encore de s’insérer dans le tissu socioprofessionnel, l’Unesco a accordé au gouvernement centrafricain, un appui à travers ce projet de Sécurisation et de Réinsertion socioprofessionnelles des enfants victimes de la crise grâce à un financement de la Juventus de Turin qui est une organisation sportive.

Ce projet a permis de recruter et de former 100 jeunes victimes de la crise, aux métiers et à l’auto emploi dans 07 filières à l’EMA. Ainsi, ces jeunes filles et garçons qui vont recevoir ce jour, leur certificat de fin de formation, sont outillés et organisés en groupe pour plus d’efficacité. Ils constituent désormais, grâce aux kits qui seront mis à leur disposition, de différents groupes, des espaces d’entreprises, de véritables acteurs de développement économique, capables de contribuer par le travail à la consolidation de la paix dans notre pays. Notre espoir est que les petites entreprises produisent un effet d’abeilles, c’est-à-dire qu’à partir de ces petites unités, se développent peu à peu de grandes entreprises, capables d’embaucher d’autres jeunes.

C’est ici le lieu de saisir toute l’importance de l’acte constitutif qui assigne à l’Unesco la mission, je cite « de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité, en assurant par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations », fin de citation. L’organisation et les Etats membres ont la lourde mission morale et éthique de conjuguer leurs efforts pour accomplir cette importante mission qui est celle de bâtir un monde où règnent la culture de la paix, de la tolérance et du dialogue…

Chers apprenantes et apprenants, un proverbe dit que « si on donne du poisson, c’est pour un jour seulement. Mais si on apprend à pêcher, c’est pour toute la vie ». Alors, au lieu de vous donner du poisson pour un jour, on vous a appris à pêcher pour que durant toute votre vie, vous ne puissiez manquer de poisson. Je suis convaincu pour ma part que vous êtres désormais outillés et équipés pour relever le défi de la pauvreté aux fins de l’amélioration de vos conditions de vie. Je vous incite donc à faire preuve de bonne gestion des Kits qui sont mis gracieusement à votre  disposition par l’Unesco. Son but, c’est de fructifier et de pérenniser les acquis de cette formation … ».

C’était après toutes ces allocutions que les Certificats de fin de formation et les Kits ont été remis aux apprenants par les autorités présentes à la cérémonie. Notons en passant que ce sont cent (100) enfants victimes de la crise centrafricaine, venus de tous les arrondissements de la ville de Bangui qui ont été formés à l’EMA dans sept (7) filières qui sont : bijouterie-sertissage, dessin peinture et sérigraphie, ferronnerie d’art et de soudure, maroquinerie et tannerie reliure-dolluire et fabrication des papiers, sculpture de bois , vannerie et ameublement. Nous osons croire que ces enfants victimes de la crise mettront tous ces acquis en pratique pour leur insertion socioprofessionnelle et que cette formation ne serait pas la dernière organisée par l’Unesco.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire