DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES : Jeudi 05/01/2017

Jeudi 05/01/2017

DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

 

LA CRISE CENTRAFRICAINE DURABLEMENT RESSENTIE AU TCHAD

Le Chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby a rencontré sa majorité le 26 décembre. Dans son discours qu’il aurait refusé sa diffusion dans les médias, mais qui a fuité selon RFI, ldriss Déby a souligné que l’instabilité provoquée par Boko-Haram au Nord Cameroun, au Nigeria…, et aussi la crise militaro-politique en Centrafrique a privé le Tchad de devises pour faire face à ses besoins régaliens. Il a annoncé des mesures drastiques pour surmonter la crise économique que vit le Tchad, rapporte RFI.

« Aux grands maux, les grands remèdes », dit-on toujours. Pour juguler la crise économique tchadienne, le Président Déby a annoncé des mesures fortes et a indiquer ses causes.

Devant les délégués de la majorité présidentielle, le Chef de l’Eta tchadien a présenté les causes de la crise économique qui frappe son pays. Il a d’abord évoqué l’effondrement du prix du baril du pétrole, et aussi l’insécurité régionale qui a un effet dévastateur sur l’économie tchadienne, elle lui a fait perdre d’importantes rentrées d’argent. « La chute du prix du pétrole mais aussi la difficulté, pour le Tchad, à exporter son bétail vers le Nigeria, la Libye et la Centrafrique, à cause notamment de l’insécurité », a rapporté RFI. Le N°1 tchadien a qualifié cela de « pertes de ressources ».

Selon financialafrik.com, le Tchad compte près de « 94 millions de têtes de bétails » a précisé le Ministère de l’élevage le 08 janvier 2016. L’élevage est la deuxième source de revenus du pays après le pétrole et sa part dans le PIB national est de 53% et fait vivre environ 40% de la population. Dans les échanges, il représente 30% des exportations, soit 37,5 milliards FCFA en 2014 », a encore indiqué le journal financier.

En Centrafrique, les couloirs de transhumance sont contrôlés par les mouvements armés (ex-Séléka et Anti-Balaka) et sont aussi sources de conflits entre ces groupes précités.

L’exportation des bœufs du Tchad vers la Centrafrique pose toujours problèmes à cause du mouvement des groupes armés. Aussi, la frontière Tchad-Centrafrique a été fermée par le président tchadien suite aux crises dans le pays.

SOIREE D’ECHANGE DES OPERATEURS ECONOMIQUES AVEC LES CONSOMMATEURS

Pour consolider les liens entre les opérateurs économiques centrafricains et les autres couches de la société, et d’informer ces entrepreneurs sur l’importance des médias, Brice Ekomo Soignet, initiateur du réseau professionnel en ligne http://www.illao.cf/ a organisé le samedi 31 décembre dernier une soirée dénommé Baillo (Nous voici) avec ceux-ci.

Avant de tourner la page de 2016, Brice Ekomo Soignet a regroupé les opérateurs économiques centrafricains à l’Hôtel Oubangui. Cette soirée permettra à ses acteurs de créer une interaction entre les institutions, les entreprises et les consommateurs.

« Aujourd’hui dans cette soirée nous avons reçu la Directrice de la Télévision Centrafricaine, Lydie Nzengou Koumagueret, un jeune Centrafricain qui œuvre dans un business, et nous avons aussi la directrice de la Banque Sofia Crédit. Cela pour permettre une interaction entre les institutions, les entreprises et les consommateurs », a-il-expliqué.

Pour la directrice générale de la Télévision Centrafricaine, choisi comme étant l’invitée surprise de cet évènement, cette soirée permet d’avoir des opérateurs économiques dynamiques qui communiquent.

« Pour l’instant, les opérateurs économiques n’ont pas bien compris que sans les médias ils ne peuvent pas véhiculer l’information, leurs publicités et ils ne peuvent pas se vendre. Pour mieux connaitre leur chiffre d’affaire, ou pour que les citoyens lambda aient des informations sur les activités économiques nationales, les opérateurs doivent passer par les médias. Donc avec cette initiative de Brice Ekomo Soignet qui a mis tous les opérateurs économiques sur réseau, je pense que l’année 2017 est prometteuse », a dit Lydie Nzengou Koumagueret, DG de la Télévision Centrafricaine.

Au cours de cette soirée, Mme Dessanda, Directrice de Sofia Crédit a encouragé les jeunes et les opérateurs désireux de se lancer des projets ou micro – projet de se rapprocher de Sofia Crédit pour chercher des financements.

Plusieurs autres participants se sont prononcés sur la thématique et les exposés autours des opportunités qu’offrent Sofia Crédit et d’autres entreprises.

L’initiateur de cette soirée compte élargir prochainement la rencontre à plusieurs organisations et entreprises de la place, afin de les rapprocher des médias et des jeunes entrepreneurs

******************

BILAN POSITIF DES ACTIONS HUMANITAIRES 2016, SELON OCHA

Les actions humanitaires de l’année 2016 ont été  positives malgré le manque de financement, selon Joseph Inganji Chef de Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires en Centrafrique.

Les rideaux sont tirés sur l’année 2016. A l’heure des bilans,  le Chef de Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires en Centrafrique, Joseph Inganji pense que beaucoup de choses ont été réalisées par les ONG  surtout dans le domaine de l’éducation, de santé  et d’assistance humanitaires. Il ajoute que « nous avons 420 mille personnes déplacées qui ont reçu assistance humanitaire  et plusieurs personnes qui ont échappées à l’épidémie de choléra  dont environ trois cent cas enregistré  mais nous regrettons les 25 personnes qui sont décédées ».

Joseph Inganji justifie l’augmentation du nombre des personnes déplacées en 2016 par « l’augmentation des activités des groupes armées à Kaga-Bandoro ou 19.000 personnes sont déplacées, à Bria se sont plus de cent tuées et quatre-vingt-cinq blessées avec quinze mille personnes déplacées ». Joseph Inganji rappelle que « l’insécurité à Bambari, Koui, Kouango, Bocaranga, Paoua, Batangafo justifie  l’augmentation du nombre des personnes déplacées ».

Il poursuit que les projections de 2016 n’ont pas été achevées par manque de financement. Il déplore que sur les 134 ONG répertoriées en RCA, «beaucoup d’ONG se sont retirées à cause de l’absence de financement, à l’instar de Save the Children’s. D’autres ont fermées leurs bases dans certaines régions pour des raisons d’insécurité en faisant quelques réajustement ou en réduisant leurs espaces pour leur permettre d’être opérationnelles ».

En 2016, 5 humanitaires sont tués en Centrafrique et 336 attaques contre les humanitaires dont 56,8% sont des braquages et des cambriolages ont été répertoriées par OCHA.

 

*****RJDH*****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire