DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES: J. 12.01.2017

Jeudi 12 Janvier 2017 : 10H32

DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

 

DES POISSONS BLESSES DECOUVERTS DANS NEUF PREFECTURES DU PAYS

 

Des poissons portant des blessures ont été découverts dans neuf préfectures de la République Centrafricaine. Des recherches sur les causes de ces infections sont en cours, selon des sources proches de la FAO qui ont confirmé cette information.

Les préfectures de l’Ombella Mpoko, Mambéré Kadei, Sangha Mbaéré, Ouaka, Lobaye, Basse Kotto, Kémo, Mbomou et Haut Mbomou sont touchées par ce phénomène de poissons blessés. Ces découvertes ont été confirmées par des sources à la FAO.

Selon Jean-Archange Gondabatty, chef de projet des investigations et riposte sur le syndrome ulcératif des poissons en Centrafrique, les poissons écaillés sont plus résistant à cette infection. Les poissons blessés, d’après le projet des investigations et riposte constituent un danger sanitaire pour les consommateurs, « nous interpellons les pêcheurs de prendre toutes les mesures nécessaires. Il faut incinérer les poissons qui portent des plaies. Les consommateurs doivent cuire à un degré supérieur tout poisson suspect », précise t-il.

Un projet de recherche sur les causes de ces infections est en cours. Les 99.000 dollars américains  consacrés à ce projet vont permettre de préparer la riposte à ces infections. Les premières analyses faites sur les échantillons de ces poissons, sont bouclées sauf que les résultats ne sont pas encore rendus publics par le ministère de la santé publique.

La découverte des poissons blessés est récurrente dans certaines régions de la RCA. Le dernier cas remonte à  janvier 2016 dans le Mbomou alors que deux avant, des poissons portant des blessures ont été recueillis dans la Sangha Mbaéré et Mambéré Kadei.

********************

 

 

DES JEUNES DE BOZOUM S’ENGAGENT A DEFENDRE L’AUTORITE DE L’ETAT

 

Des jeunes de la ville de Bozoum dans l’Ouham Pendé, se sont mobilisés pour défendre l’autorité de l’Etat dans leur région. Ils ont tenu à cet effet, une réunion de sensibilisation le weekend dernier.

L’initiative des jeunes de Bozoum intervient au moment où la FAO pose la restauration de l’autorité  l’Etat comme gage de la  relance agropastorale. Les jeunes pour leur part, considèrent la sécurité comme la résultante de la restauration de l’autorité de l’Etat.

 Le président du Conseil préfectoral de la Jeunesse a engagé ses pairs dans une campagne de sensibilisation sur la question, « nous devons tout faire pour respecter et faire respecter l’autorité des notables et des chefs de quartier. Notre objectif, c’est de sensibiliser les jeunes dans ce sens et de dénoncer tout manquement à l’endroit des autorités locales et administratives » a-t-il déclaré.

L’initiative est saluée par les autorités locales qui parlent d’une prise de conscience patriotique « c’est avec beaucoup d’admiration que nous accueillons cette initiative qui est la preuve d’une prise de conscience patriotique. Nous la saluons et encourageons les jeunes à s’engager dans ce sens pour le bien du pays » a confié Martin Yakendji, 1er adjoint au maire de la ville de Bozoum.

La restauration de l’autorité de l’Etat fait partie des principaux piliers défendus par les autorités centrafricaines lors de la table ronde de Bruxelles financée à hauteur de 1130 milliards de Fcfa.

*************

04 POSTES DE SANTE CONSTRUITS A L’OUEST DU PAYS

 

Quatre centres de santé communautaires ont été construits au village Bindili, situé à l’Ouest du pays dans la préfecture de l’Ouham Péndé. C’est une œuvre  de l’Eglise luthérienne.

Les bâtiments ont été remis à la population de la commune de Bindili le weekend dernier.  Le coût du projet s’élève  à environ  14.860.000 FCFA.  La remise de ces infrastructures sanitaires a été saluée par la population.

Severin Ngoy, médecin chef de l’hôpital de Boccaranga a salué le geste. Il demande à la population de protéger ces centres qu’il qualifie de don précieux.

Michel Marbé chef de groupe de Kolokobo a salué aussi l’œuvre de l’Eglise. Pour lui, c’est un geste que sa population ne saurait oublier, « la population de Kolokobo depuis l’indépendance ne dispose pas de centre de santé. Pour se soigner, elle parcoure des kilomètres. Ce don est pour nous une bouffée d’oxygène qu’on ne saurait oublier » a-t-il déclaré lors de la cérémonie de remise.

******************

GUY MAURICE LIMBIO DESIGNE LAUREAT DU « GRAND PRIX DE L’ENGAGEMENT CITOYEN »

Guy Maurice Limbio, président de l’ONG Action pour la Centrafrique (APCA) et du club de basketball Intrépide Zarasclo, est désigné lauréat dans la catégorie » Grand Prix de l’Engagement Citoyen », à l’issue de la 2e édition du prix Diaspora Leadership Awards, organisé par l’association ‘’Génération Diaspora’’ en France. 

Le classement des personnalités de la diaspora Africaine les plus marquantes est basé sur leur engagement à militer pour une Afrique émergente. « Ces personnalités militent pour une Afrique émergente. Par d’infatigables actes de courage, elles ont  donné du  temps,  elles ont pris des risques et elles ont consenti de nombreux efforts pour sortir l’Afrique des sentiers battus » a expliqué Diaspora Leadership Awards.

Guy Maurice Limbio, contacté dit avoir dédié ce prix à toute son équipe et ses partenaires tels que Bangui Sans Frontières, Association Saint Françoise d’Assise de Thonon les bains, ARCO, Collectif Anjour Aide Centrafrique (CAAC) ainsi que tous les bénévoles. Pour lui, « ce prix est aussi pour tous ces travailleurs de l’ombre au profit de Centrafrique », confie t-il au RJDH.

En trois ans, l’APCA, selon son président Guy Maurice Limbio, a distribué « 7 tonnes  de médicaments et consommables médicaux, plus de 10.000 jouets, 2 tonnes de dons dans l’éducation, 2 tonnes d’autres dons constitués d’habits… Elle a effectué en Centrafrique deux missions médicales en 2014 et 2016 ».

Le lauréat centrafricain âgé de 40 ans est Expert en Informatique d’aide à la prise de décision. Il dirige APCA depuis 3 ans. Cette organisation caritative est impulsée par le Cardinal Dieudonné Cardinal Nzapalainga suite à la crise qui a frappé le Centrafrique en décembre 2012.

Guy Maurice Limbio reçoit ce Grand Prix après deux autres dont le Prix de la Solidarité  avec la même organisation Diaspora Leadership Awards  en 2015 et le Prix de l’engagement solidaire – Tournoi de la finance en 2015. La remise officielle de ce Grand Prix aura lieu le 20 janvier 2016 à Paris en France.

**********************

LE PRIX DES BUS DE BENAFRICA DEPLORE PAR DES BANGUISSOIS

 

Des Banguissois interrogés ce matin par RJDH se sont plaint du prix de bus de BENAFRICA dont le montant est fixé à 150 FCFA contre 135 FCFA pour les autres bus. C’était au cours d’un vox-pop réalisé par la rédaction dans la ville de Bangui.

Jean-Pierre rencontré au terminal Nord pense que les 150 F CFA fixé pour les gros bus sont exorbitants, «  on croyait que le prix de ces bus devrait être moins que ceux des bus ordinaires, mais la réalité nous a prouvé le contraire et nous sommes déçus », a-t-il déploré.

Déception partagée par Bertrand Darnaye un autre usager de transport en commun et habitant du 6ème arrondissement, « vu qu’il s’agit de gros bus dont la capacité est supérieure aux minibus, on aurait dû demander 100 F comme le cas de la SONATU à l’époque. Mais, on nous demande 150 F plus que les petits bus, c’est vraiment déplorable », confie- t-il.

Eugénie, commerçante au quartier combattant estime que le prix de nouveau bus n’est pas à la portée de tout le monde. Elle propose l’harmonisation du prix avec ceux des minibus, « nous souhaitons que le gouvernement puisse agir pour que le prix de gros bus soit comme ceux des petits bus afin de nous aider véritablement ».

Patrick, un agent du secteur privé pense que prendre l’argent au client à l’entrée n’est pas adéquat puisque le bus peut tomber en panne en cours de chemin, « dès l’entrée on nous demande de payer, mais au cas où le bus tombe en panne c’est le client qui perd », regrette-t-il.

Le prix de transport en commun en République Centrafricaine est fixé par un arrêté interministériel. La dernière révision a fixé le prix de taxi à 160 FCFA et celui des bus à 135fcfa. Le RJDH n’a pas pu entrer en contact avec les ministères  concernés pour savoir pourquoi le prix des nouveaux bus est fixé à 150 FCFA.

***************

LE GENIE MILITAIRE REPREND SERVICE APRES 3 ANS D’INACTIVITE

 

Le bataillon du génie militaire est à nouveau opérationnel. Cette reprise d’activité fait suite à la réhabilitation et à l’équipement des bâtiments de ce bataillon.

Le bataillon de soutien a été pillé lors des évènements du coup d’Etat de 2013. Les bâtiments détruits ont été réhabilités et équipés, selon un constat du RJDH. Les différents services composant le génie militaire ont alors repris.

Jean Marc Ndoubabe Maodana, chef de service de casernement du Bataillon du génie militaire confirme la reprise des services au sein de sa structure mais souhaite le renforcement de l’équipe en ressources humaines « le bloc de 300 m2 du génie militaire a été réhabilité et équipé avec de la République Française durant deux mois. Nous avons repris service mais il nous faut des personnes qualifiées. Un seul technicien a été mis à notre disposition pour le recyclage du personnel dudit service. Nous souhaitons plus de cadres » explique t-il.

Le cout de la réhabilitation des bâtiments du génie militaire, selon les informations concordantes, est estimée  à 134.000 Euro soit  environ 87 millions de FCFA. Le bataillon du génie militaire reprend service après le redéploiement d’une première vague de 195 militaires centrafricains et leur Etat-major formés par la mission européenne EUTM.

****************

LA FEDERATION CENTRAFRICAINE DE BASKETBALL SOMMEE DE VERSER DES AMENDES A LA FIBA

 

La Fédération Centrafricaine de Basket Ball est appelée à payer à la FIBA une amende de 12.000 dollars soit  6 millions de Francs CFA avant  l’organisation des phases finales de l’afro-basket 2017.  L’information a été confirmée par le Secrétaire Générale de ladite fédération que le RJDH a pu contacter sur le dossier.

L’amende de 12.000 dollars est liée à l’absence de la République Centrafricaine lors de l’afro-basket des moins de 16 ans en 2015. En plus de cette somme, la fédération est sommée de verser 600 dollars pour les frais de contribution des pays membres de la FIBA des années 2016 et 2017.

L’organisation par la  RCA des éliminatoires de la zone 4 en vu de l’afro-basket 2017 serait, selon nos informations conditionnée par le versement de ces sommes « le gouvernement préfère que le pays organise les éliminatoires de la zone 4 pour éviter de dépenser de l’argent pour le déplacements des Fauves.  La Fédération Centrafricaine s’est positionnée pour les abriter mais tout doit passer par le payement des 12.600 dollars (6millions 300 mille Frs) qui pèse comme l’épée de Damoclès sur la tête de la Fédération Centrafricaine de Basketball » explique Narcisse Dékézandji, le SG de la FCBB.

De sources concordante, la participation de la RCA aux compétitions organisées par la  FIBA est aussi menacée « sans ce payement, les clubs et/ou l’équipe nationale centrafricaine ne pourront pas prendre part aux compétitions de la FIBA » confie le SG de la fédération qui a expliqué que le dossier a été déjà transmis au gouvernement.

Les éliminatoires de la zone 4 regroupant les pays de l’Afrique Centrale devront être organisées entre février et mars 2017. Le nom du pays organisateur n’est toujours pas connu. La 29ème édition de l’Afro-basket aura lieu en aout prochain. Elle sera organisée par le Congo Brazzaville. Depuis plus de 20 ans, la RCA double championne d’Afrique en 1974 et 1987, n’est pas arrivée dans le dernier carré de cette compétition continentale.

 

********** RJDH ******

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire