DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES : 23.01.2017

Lundi 23.01.2017

DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

 

GREVE CHRONIQUE DU PERSONNEL DE LA SOCATEL

Le personnel de la Société Centrafricaine des Télécommunications ( SOCATEL ) entre dans sa deuxième phase de grève après 08 jours observés sans succès. La décision a été prise par la base hier 18 janvier pour exiger de leur staff le paiement de 05 mois d’arriérés de salaires sur les 37.

La SOCATEL traverse une crise depuis 2003. Les installations de cette société sont saccagées. A cela s’ajoute le manque de paiement des factures d’abonnement par l’Etat et les privés. Ces dysfonctionnements ont des conséquences sur la charge sociale de l’entreprise et beaucoup de gouvernements n’ont pas trouvé de solution structurelle aux problèmes de la Socatel qui fait face à une série de tension sociale. C’est dans ce contexte que le personnel réuni en Assemblée générale a décidé de poursuivre leur grève.

Selon Théophile Yangakola, délégué du personnel, l’Etat centrafricain, au courant de l’année 2016, avait mis une enveloppe de 150.000.000 Fcfa à la disposition de la SOCATEL pour les besoins d’investissement. « L’Etat avait payé sept mois de salaire à la SOCATEL qui, de janvier à décembre a réalisé plus de 300.000.000F CFA de recettes », a-t-il présenté.

Il a en outre accusé le directeur de mauvaise volonté. « Le directeur général de la SOCATEL s’est illégalement fait payer 10.000.000 de francs cfa de frais d’installation et cette somme représente le quart de la masse salariale du personnel. Ensuite, il s’est octroyé plus de 8.400.000F CFA d’avance sur salaire qui représente pour lui quatre mois de salaires. Et, il a aussi payé deux mois de salaires à ses trois directeurs. Tout calcul fait, pour l’année 2016, il a perçu douze mois de salaire, ses trois directeurs neuf et le reste du personnel sept », a-t-il décrié.

Rencontré, le directeur général de la SOCATEL, Bruno Gréla-Mpoko mis en cause n’a pas souhaité se prononcer. Il s’est contenté de mettre à dispositions des documents contenant les détails des fonds alloués par l’Etat ainsi que les dates d’exécutions des dépenses en termes de salaires et avance entre 2015-2017. Lesquelles dépenses sont estimées à 161 289 690 FCfa sur 150 000 000 F CFA du fonds alloué par l’Etat.

 

SOCATEL de mal en mal

Cette société d’Etat compte à ce jour au moins 150 personnels parmi lesquels une dizaine de retraités qui ont aussi droit à leur salaire des années précédentes.

La SOCATEL est l’une des premières sociétés des Télécommunications en Afrique, qui a commencé à fournir l’Internet depuis 1996, six (6) ans après sa création.  La SOCATEL compte 2.400 abonnés de téléphones en 2016, alors qu’ils étaient 11.000 avant 2012.

La descente aux enfers de cette société d’Etat est amorcée au moment où les sociétés de téléphonie mobile ont commencé à s’installer en Centrafrique. A l’heure actuelle, le pays compte 4 opérateurs de téléphonies mobiles à savoir Télécel, Azur, Moov et Orange, qui offrent les services concurrents à la SOCATEL.

La poursuite de ce mouvement de grève est la conséquence de l’échec des pourparlers avec le département des postes et télécommunications. Ce mouvement de grève de 21 jours, fait suite à celui de 08 jours, observé le 21 décembre 2016

***********

LES ELEVES DE L’ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE ASSOCIE EN JUBILE D’OR

Plusieurs écoles membres de l’Enseignement Catholique Associé de Centrafrique (ECAC) ont fait le déplacement de ce 19 Janvier à Bangui où s’est tenu au Complexe 20000 places un défilé marquant le jubilé d’or de cette association. Une activité de l’ECAC qui coïncide avec le congrès national  de l’enseignement catholique en Centrafrique autour du thème « Une école de tous les talents ».

Le faible taux d’investissement de l’Etat dans l’éducation est l’un des maux qui minent l’éducation en Centrafrique. Cette  célébration du jubilé  d’or consacrant le 50e anniversaire de l’Ecole Catholique Associée de Centrafrique se fait dans un contexte où l’enseignement catholique associé se présente comme l’école de référence dans le pays, à un moment où Faustin Archange Touadera a annoncé l’augmentation du budget de l’éducation nationale.

Devant ce bilan de l’ECAC, l’archevêque de Bangui, Dieudonné Cardinal Nzapalainga a annoncé à l’ouverture de la conférence épiscopale la construction de 50 écoles catholiques à travers le pays.

Justin Baouya, l’un des Formateurs aux  Ecoles Catholiques Associées de Centrafrique revient sur la mission sociale de l’église « l’église veut aller là où l’état n’a pas pu aller par manque de possibilité pour toucher les enfants dans les régions du pays pour qu’ils puissent avoir accès à l’éducation », a-t-il relevé.

Un défilé qui a réuni  plus d’une cinquantaine des écoles catholiques venues des neuf diocèses de Centrafrique pour célébrer les 50 ans de la promulgation des documents conciliés qui ont fondé l’école catholique dans le monde.

**************

PENURIE D’EAU POTABLE A BOZOUM, LA POPULATION APPELLE A L’ACTION

La ville de Bozoum manque de l’eau potable. Cette pénurie inquiète la population qui s’approvisionne en eau de puits et qui redoute des maladies diarrhéiques. La population de Bozoum appelle à la fourniture d’eau potable.

L’accès à l’eau potable fait partie intégrante des objectifs du millénaire pour le développement. Cet accès à l’eau potable est loin d’être une réalité  pour la population de Bozoum qui appelle les ONG et le gouvernement à s’investir dans ce sens. Cet appel de la population intervient après 5 ans d’inactivité de la Société Centrafricaine de Distribution d’Eau en Centrafrique (SODECA) de Bozoum.

Pour une population de 27.763 habitants, 10 forages ont été construits à Bozoum dont la majorité est hors d’usage depuis plusieurs années.

Annick, une mère d’enfant  se plaint de la qualité d’eau, « mon enfant fait de la diarrhée, la qualité d’eau que nous consommons n’est pas bonne puisque la SODECA de la ville ne fonctionne plus. Je redoute la monté des maladies diarrhéiques pendant cette saison sèche » a-t-elle déploré.

Joint par le RJDH, un responsable de la SODECA a justifié cette pénurie d’eau en ces termes « la SODECA devrait approvisionner la ville, mais les difficultés sécuritaires récurrentes ont eu des conséquences majeures sur la production » a-t-il indiqué.

L’eau et l’électricité ont constitué les priorités de Faustin Archange Touadéra dans son discours du 30 mars 2016.

 

****RJDH ***

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×