DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

Ven. 17 . 11 . 2017 : 09H04

DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

LA GUINEE EQUATORIALE ABRITERA  L’UNIFAC EN LIEU ET PLACE DE SAO-TOME

 

Le tournoi de l’Unifac initialement prévu pour Sao-Tomé se jouera en Guinée Equatoriale. Une information confirmée par la fédération centrafricaine de football, laquelle a confirmé la participation des fauves féminins en dépit de l’insuffisance des moyens financiers.

Ce tournoi est d’une grande importance pour les fauves qui cherchent à se faire une place dans le classement africain. L’insuffisance des moyens de l’Etat est un facteur démotivant surtout que les fauves masculins ont concédé une défaite face aux algériens 3 à 0.

Le Secrétaire général de la Fédération centrafricaine de Football Germain Didier Simplice Nguiomba  déplore le désintéressement de l’Etat au sujet de la participation des fauves.  « Nous avons présenté au gouvernement un budget de 27 millions de francs, lequel budget qui a fait l’objet d’un rejet sous pretext que le délai de la compétition est relative court et que le gouvernement ne prend pas en compte cette compétition » a-t-il précisé.

Ce rejet inquiète les fans du ballon rond qui se posent des questions sur la volonté des nouvelles autorités à accompagner le football féminin. « Nous sommes surprises de comprendre que le gouvernement n’attache pas du prix au football féminin et c’est bien regrettable » a déploré Nadja une supportrice de football.

Dans ce climat de doute, la fédération dit avoir mobilisé des ressources pour la participation des fauves féminins « pour encourager le Football féminin la Fédération centrafricaine de football est obligé de prendre ses responsabilités en prenant en charge ces fauves féminins a partir de la mise au vert  et même le déplacement qui fera le 15 Décembre prochain sur la Guinée –équatoriale » a indiqué le SG de la fédération.

L’essor des fauves dans le tournoi est déterminant et conditionné par une préparation efficace. Les fauves sont sereines et poursuivent les entrainement externes à Bangui.

**************

FOOT : LA CENTRAFRIQUE DECEVANTE DEVANT L’ALGERIE

 

Les Fauves de Bas – Oubangui bouclent l’année 2017 sur une fausse note devant les Fennecs. Yacine Brahimi et Slimani ont redonné le sourire aux algériens après leur chaotique campagne des éliminatoires de la Coupe du Monde.

Les algériens ont rempli leur feuille de route concernant leur match amical avec la République Centrafricaine. Les locaux ont remporté sur le score de 03 à 00 face à une équipe qui avait toutes les difficultés.

Dans ce match amical « utile », les deux équipes en construction ont entamé timidement la rencontre et les Fauves ont montré leurs limites à la 39e minute. Sur une ratée du gardien, Mahrez sert Brahimi qui ouvre le compteur algérien. Après la pause, les Fauves ont profité de la fébrilité des Fennecs pour inquiéter deux fois le portier algérien. Surpassant les défenseurs centrafricains et surtout un milieu de terrain inexistant, Brahimi fait un doublé (2-0 ; 70e mn) et met à l’abri ses coéquipiers. Puis d’un centre de Bounedjah, Slimani d’une reprise croisée inscrit le 3e but des Verts (3-0, 84e).

Cette défaite met en lumière les limites de la sélection centrafricaine qu’il faut rajeunir instantanément. Et comme beaucoup d’observateurs du foot centrafricain, Luciano Ray Djim, Manager Sportif et Recruteur à Visé (Belgique) et ancien capitaine des Fauves de Bas – Oubangui a fait une lecture de la prestation des centrafricains. « Fissure du bloc défensif sur chaque action tranchante » et aussi « rajeunir l’équipe et trouver une identité de jeu », a-t-il souhaité. Pour lui ce stage à Sétif est « positif » car il a permis aux Fauves de livrer « deux matches amicaux ».

Cependant, l’on s’interroge pourquoi le coach Raoul Savoy a préféré prendre des joueurs qui ne brillent même plus dans le championnat national au détriment de ceux qui ont une bonne note. Et, n’était-il pas l’opportunité de titulariser les nouveaux Fauves ? On espère que le staff technique centrafricain saura vite combler les lacunes avant le déplacement de Conakry en mars 2018 comptant pour les éliminatoires de la CAN 2019.

************

02 VILLES DESIGNEES POUR ABRITER LES 02 PROCHAINES EDITIONS DE LA JOURNEE MONDIALE DE L’ALIMENTATION

 

Le conseil des ministres du 14 novembre à Berberati a identifié les deux villes pour les deux prochaines éditions de la Journée Mondiale de l’Alimentation.

Bambari et Birao sont les deux villes choisies pour abriter les deux prochaines éditions de la Journée Mondiale de l’Alimentation. La ville de Bambari, au centre (préfecture de la Ouaka) va organiser la JMA 2018 tandis que la ville de Birao au nord (préfecture de Vagaka) accueillera l’édition 2019. Ces décisions prises par le conseil de ministres tenu à Berberati le 13 novembre, ont été annoncées par le président Faustin Archange Touadéra, dans le discours qu’il a prononcé ce jour lors de la célébration en différée, de la Journée Mondiale de l’Alimentation à Berberati.

Le conseil des ministres de Berberati s’est aussi penché sur les questions d’édifices publics vendus à des particuliers et la situation des infrastructures routières réhabilitées pour favoriser l’accès à la ville de Berberati. Un ministre contacté par le RJDH a indiqué que le conseil a instruit le ministre de l’Habitat de suivre le dossier des édifices publics. Dans sa déclaration, le chef de l’Etat a estimé que ce dossier pourrait finir en justice, « nous pensons que le ministre de l’Habitat doit se saisir de ce dossier et au pire des cas, les gens doivent aller en justice », a annoncé Faustin Archange Touadéra.

Le conseil des ministres tenu à Berberati a aussi ordonné que la réhabilitation de la route Carnot-Berberati soit refaite, « nous avons appris à travers les jeunes que la réhabilitation de la route n’a pas été bien faite. Le conseil a instruit le ministre des Travaux Publics de refaire cette voie. Alors certains engins vont rester pour continuer le travail afin que ce soit bien fait », explique le président de la République.

C’est la deuxième fois en vingt mois de pouvoir, que le président Touadéra tient un conseil de ministres délocalisé. Bossangoa a été la première ville à accueillir un conseil de ministres délocalisé. C’était à l’occasion du lancement de la campagne du coton en Février  2016.

*************

UNE MISSION D’EVALUATION DU FMI       ATTENDUE A BANGUI

 

Une mission du Fond Monétaire International (FMI) est attendu à Bangui la semaine prochaine a-t-on appris de sources proches du ministère des Finances. Il s’agit, selon les informations du RJDH, d’une mission d’évaluation.

Cette mission débute le 20 novembre prochain. Elle se concentrera sur l’évaluation des performances économiques de la RCA. Une source digne de foi contactée au ministère des Finances et du Budget parle d’une mission d’évaluation qui permettra de mesure les efforts consentis ces derniers mois.

Toutes les régies financières, selon nos sources, sont mobilisées depuis plusieurs jours pour préparer la mission d’évaluation du FMI, « tous les services des régies financières sont à pied d’œuvre pour préparer cette mission. Toutes les régies financières doivent rendre leurs rapports d’ici vendredi. L’objectif est de présenter la situation économique actuelle pour permettre à nos hôtes de voir si nous avons progressé ou non afin qu’ils fassent des recommandations », explique un cadre du ministère qui a requis l’anonymat.

Le pouvoir de Bangui a conclu le programme de Facilité Elargie de Crédit Cette mission d’évaluation est attendue à Bangui plus d’une année après les conclusions de Facilité Elargie de Crédit entre le gouvernement et le FMI. La dernière mission du FMI en Centrafrique remonte au mois d’octobre, mission pendant laquelle Samir Jahja, chef de la mission de cette institution financière internationale s’est félicité des avancées enregistrées par l’économie centrafricaine. Les prévisions du FMI projettent 4% de croissance économique en Centrafrique pour l’année 2017.

 

******** RJDH ********

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire