DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES 15.05.2017

Lundi 15.05.2017 : 09H46

 DEPECHE RJDH-RADIO COMMUNAUTAIRES

EBOLA RESURGIT AU RD-CONGO A LA PORTE DE LA RCA

 

Le Ministère congolais (RDC) de la Santé a signalé hier 11 mai dans un  communiqué la résurgence d’Ebola dans la partie nord du pays, notamment dans la province du Bas-Uélé, frontalière de la Centrafrique. Cette information est confirmée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

La fièvre hémorragique Ebola a refait surface depuis le 22 avril 2017 a déclaré le ministre de la Santé publique de la RDC, Dr Oly Ilunga Kalenga. Le communiqué rapporte deux (02) décès et neuf cas (09) de contamination par la fièvre.

Face à ce nouveau cas de contamination, le Dr Oly Ilunga Kalenga a souligné que son Département de la Santé «vient de prendre toutes les dispositions nécessaires pour riposter promptement et efficacement à cette nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola». Il a sollicité l’aide de l’OMS pour lutter contre cette hémorragie virale de triste souvenir.

De  son côté, l’OMS a déclaré qu’elle « travaille en étroite collaboration » avec la RDC « pour faciliter le déploiement des matériels de protection et du personnel sur le terrain afin de renforcer la surveillance épidémiologique et contrôler très rapidement l’épidémie ».

Frontalière de la RDC, la République Centrafricaine confrontée à une crise politico-militaire est aussi menacée par cette maladie qui a fait tant de victimes en RDC.

Quelle disposition prendra Bangui ?

En 2014, lorsque la maladie sévissait en Afrique de l’Ouest et en RDC, la République Centrafricaine dont les structures sanitaires étaient déplorables compte tenu de la crise politico-militaire qu’elle traverse avait, avec ses partenaires pris des mesures de prévention de la maladie. « L’institut Pasteur a effectué des prélèvements sur 58 personnes qui sont venues des pays où l’épidémie a été déclarée », avait indiqué, le médecin biologiste Alain Farra mais « tous ces examens ont été négatifs ».

L’intense mouvement de population entre les deux pays est une source d’inquiétude des autorités centrafricaines. En 2014, un plan de contingence du virus Ebola a été mise en place le long de la frontière fluviale avec la RDC. Le Département de la santé avait prévu de créer vingt-neuf (29) postes de contrôle.

Depuis l’annonce de la résurgence de la fièvre hémorragique au Congo, les autorités sanitaires de la RCA n’ont pas encore fait de déclaration.

Le virus Ebola a été découvert pour la première fois en 1976 dans l’ex Zaïre, actuelle RDC par le médecin belge Peter Piot. La dernière réapparition de la maladie remonte en 2014 dans ce pays et a fait 49 morts.

********************

03 PERSONNES TUEES DANS UN AFFRONTEMENT ENTRE LES ELEMENTS DU FPRC ET DES ANTI-BALAKA A NZACKO

 

Trois personnes tuées, de nombreux blessés et les réseaux téléphoniques coupés, c’est le bilan d’un affrontement qui a opposé ce 10 mai 2017 les éléments du FPRC aux  Anti-Balaka à Nzacko dans le Mbomou à l’est du pays. Au moment où nous mettons sous presse, la psychose gagne les cœurs et la population s’inquiète des éventuelles représailles. 

Trois personnes  ont trouvé la mort dans cet affrontement dont on ignore leur identité. Lors d’un premier affrontement à 16h 40, deux personnes blessées ont succombé de suite de leur blessure à l’hôpital de Nzacko et une autre a trouvé la mort dans un affrontement,  ont indiqué au RJDH des sources concordantes dans la localité.

La population de Nzacko déplore la montée de la tension et s’inquiète des conséquences de ce combat sur le réseau téléphonique. « Nous sommes restés chez nous à la maison, la crainte de ce qui s’est passé est encore visible chez les gens avec qui nous discutons. Les activités scolaires et commerciales sont paralysées. Il est difficile pour nous de joindre les parents qui cherchent à avoir de nos nouvelles. Pour alerter Bangui, il faut le Turaya, mais c’est couteux. Nous savons quoi faire », a expliqué un habitant de Nzacko.

Outre la présence des groupes armés Anti-Balaka et Séléka, la ville de Nzacko est en proie aux actions de la LRA. Cet affrontement intervient alors que le Cardinal Dieudonné Nzapalainga est attendu dans les prochains jours dans cette localité.

************

 TOUADERA S’INSPIRE DU MODELE ISRAELIEN

 

Le Chef de l’Etat centrafricain est en visite d’Etat en Israël pour renforcer la coopération entre Bangui et Tel-Aviv. S’appuyer sur le modèle israélien et ses acquis pour le développement de la RCA est l’objet de la visite de trois jours qu’a effectuée Faustin Archange Touadera et sa suite.

Mercredi, 10 mai c’est au tour du Président israélien Reuven Rivlin qui a reçu à sa résidence son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera.

Le renforcement de la coopération était au centre de l’entretien entre les deux hommes d’Etat. L’israélien a salué les liens entre les deux pays et espère l’«approfondir dans le domaine humanitaire, économique et culturel au bénéfice des deux Etats », a souhaité Reuven Rivlin. Pour lui, cette visite du président centrafricain Faustin Archange Touadera « est certainement une autre étape dans les relations entre les deux pays ».

Ce vœu est aussi celui du Président centrafricain qui a déclaré qu’Israël est une référence pour la RCA, désireuse de tourner la page de sa longue crise politico-militaire. « Israël est une référence pour nous et nous voulons nous inspirer de votre modèle de réussite», a souligné Touadera.

Que peut-on espérer de cette relation ?

La RCA a expérimenté dans les années 1960 le modèle de développement israélien avant que les relations se refroidissent. L’ancien président François Bozizé voulait relancer en 2009 la coopération avec l’Etat Hébreu par Samuel Sternfeld, homme d’affaire israélien reconverti en marchand d’armes. Mais le voyage des émissaires centrafricains à Tel-Aviv a été annulé car un détachement des FACA à Ndélé était attaqué.

Dans un contexte où le gouvernement table sur les mesures dérogatoires pour réarmer les FACA, Israël est un Etat stratégique sur lequel le régime de Bangui peut compter en vue de faire avancer le processus de levée totale de l’embargo sur les armes.

Israël semble déterminé à s’imposer sur le marché centrafricain et son Ambassadeur a été reçu le 02 mai par le président Touadera accompagné d’hommes d’affaires Hébreux, notamment Jacques Edery et l’entreprise Nikuv International Projects (NIP) qui veut gagner « un important marché de numérisation et de fabrication de documents administratifs en Centrafrique ». La société NIP est en compétition avec le groupe d’un centrafricain, Mr Dominique Yandocka et l’affaire continue de faire couler encre et salive.

La République Centrafricaine entretient des relations étroites avec l’Israël, matérialisées par la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN). C’est pour la première fois qu’un Président centrafricain visite l’Etat Hébreu reconnu par la RCA le 23 décembre 1988.

 

******** RJDH **********

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire