DDRR : LE PRESIDENT TOUDERA TEND LA DERNIERE PERCHE ...

Mercredi 04/01/2017 : 9 H28

DDRR : LE PRESIDENT TOUDERA TEND LA DERNIERE PERCHE AUX  GROUPES ARMES RECALCITRANTS

 

 

« La violence ne se résout jamais avec la violence », dit un adage populaire. C’est dans cette optique que les nouvelles autorités centrafricaines ont toujours choisi la voie du dialogue  pour résoudre la crise. Et les Nations Unies, les Etats-Unis, la France, voire la Communauté Internationale ont apprécié cette voie choisie par les autorités centrafricaines. C’est ainsi que les Nations Unies se sont impliquées elles-mêmes à fond dans la résolution de la crise centrafricaine à travers le dialogue.

Depuis que le programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) est enclenché, la paix, la sécurité, la cohésion sociale, le vivre ensemble et la réconciliation nationale commencent à devenir une réalité en RCA à cause de la volonté de certains groupes armés qui ont renoncé à la violence en intégrant sans condition les vastes chantiers du pré-DDRR. C’est le cas patent des onze (11) groupes armés sur les quatorze (14) qui ont décidé d’enterrer la hache de guerre et de tourner la page sombre de l’histoire du peuple centrafricain.

Seulement, quelques groupes à savoir, le FPRC, l’UPC, le MPC, le RPRC et les 3 R jouent au récalcitrant et bloquent tous les efforts consentis par les autorités centrafricaines, le peuple centrafricain et la communauté internationale, allant dans le sens de la sécurité et de la paix. Le président de la république, le professeur Faustin Archange Touadéra était allé à Bandoro, puis Bria où il a rencontré les leaders des groupes armés et discuté avec eux. Malgré cette bonne volonté du chef de l’Etat de rassembler tout le peuple centrafricain pour faire la paix, c’est le contraire de cette logique que nous continuons d’observer à Kaga-Bandoro, Bria, Bambari, Koui et bien d’autres régions où les groupes armés réfractaires au programme DDRR tuent, pillent, violent, incendient des villages et maisons.

Le président de la République, dans son discours adressé à la nation à l’occasion de la fête du nouvel an 2017, vient de tendre la dernière perche aux groupes armés récalcitrants. Selon le chef de l’Etat Faustin Archange Touadéra, « Je demande aux groupes armés qui n’ont pas encore intégré le processus DDRR de le faire sans délais … ». Et nous osons croire que c’est un message que les groupes armés récalcitrants doivent saisir avant qu’il ne soit trop tard. Depuis bientôt quatre (4) ans, le sang a déjà trop coulé. Tous les tissus socio-économiques du pays sont par terre. Il n’y a aucune raison de maintenir tout un peuple en otage. Les élections se sont déroulées sur l’ensemble du territoire, y compris les régions où les groupes armés continuent de rendre la vie difficile à la population civile. Or, nous avons choisi la voie des élections pour aspirer à la paix, rien que la paix. C’est pourquoi nous profitons cette occasion pour dire à ces groupes armés qui ne veulent plus de la paix en RCA de mettre un terme dès aujourd’hui à la souffrance du peuple centrafricain, en adhérant au processus DDRR.

Il y a toujours un début et une fin à toute chose. Et dans une guerre, il n’y a ni vainqueur, ni vaincu. Hitler dans son projet machiavélique n’a pas réussi à conquérir le monde, ni à étendre la domination de la race « nazie ». Les combattants des mouvements FPRC, UPC, MPC, RPRC et les 3 R ne sont pas des extraterrestres. Ce sont des êtres humains créés à l’image de Dieu et qui réfléchissent. Ils sont témoins de la souffrance qu’ils ont causé à la population centrafricaine. Faut-il continuer  dans ce sens ? Non, non et non. Les exilés et les déplacés internes ont aussi leur part de contributions dans la reconstruction du pays. A cet effet, ils doivent cesser d’errer d’un lieu à un autre, en menant une vie précaire comme des animaux sauvages. Qu’ils reviennent sur le territoire et vaquent à leurs occupations quotidiennes. Les enfants doivent aller à l’école et bénéficier d’une meilleure éducation au même titre que les enfants d’autres pays. La jeunesse doit sortir de la misère et du chômage à travers l’agriculture, le petit commerce, et  autres activités génératrices de revenus. Le monde rural attend d’un pied ferme le retour à la stabilité pour la relance des activités agropastorales. Tout cela ne peut se concrétiser que lorsqu’il y a la sécurité et la paix. Nouvelle année, nouvelle manière de faire, d’agir et de penser. La crise centrafricaine a pris une autre tournure avec les brillantes élections couplées de 2015-2016, véritablement démocratiques et reconnues dans le monde entier. Les armes ne sont pas des passeports planétaires. L’UPC, le FPRC, le RPRC, les 3R doivent intégrer le DDRR dès le début de cette année 2017 pour donner une chance à la paix en RCA.

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire