CRIS DU CŒUR DES HABITANTS DE MINGALA

Mercredi 25.10.2017: 10H03

CRIS DU CŒUR DES HABITANTS DE MINGALA

 

La ville de Mingala située dans la préfecture de la Basse-Kotto est coupée du monde depuis quelques jours. Les trois principales entrées de la ville sont impraticables. Les ponts qui relient la ville à celles d’Alindao et Dimbi se sont tous effondrés. Les pluies diluviennes de l’année en cours en sont à l’origine. Impossible pour les habitants de la ville d’aller au-delà des ponts. Les commerces sont bloqués, les habitants se sentent abandonnés par l’Etat Centrafricain. Mingala ressemble à une ville abandonnée à son triste sort. Le risque est grand pour cette ville située dans une région en proie aux violences, aux tueries des groupes armés. Cette ville a d’ores et déjà été le théâtre des tueries et si les voies  de Communication sont coupées, le risque ne serait-il pas encore plus grand ? Kémbé a fait l’objet de tueries ces derniers temps, cependant, elle n’est pas aussi distante de Mingala. Si les habitants de cette ville n’arrivent pas à communiquer avec les autres villes, à combien plus forte raison se sentiront-ils délaissés ?

Les commerces ne portent pas assez de fruits vu l’état actuel de la ville. Personne n’y entre ni ne sort par voie terrestre. La Basse-Kotto est l’une des préfectures en proie aux affrontements des groupes rebelles, ce qui cause la psychose chez les habitants de Mingala qui redoutent encore des regains de tension car disent-ils, « coupés du monde, on ne saurait où aller en cas d’attaque ».

Même si les défis à relever sont nombreux le cas de Mingala est aussi urgent.

 

Félicien NZAPAYEKE MAMADOU

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire