COMMUNIQUE DE PRESSE DU GROUPE DE REFLEXION ...

Lundi 15.05.2017 : 09H51

COMMUNIQUE DE PRESSE DU GROUPE DE REFLEXION

D’ACTION HUMANITAIRE

Ces derniers jours, nous assistons avec stupéfaction à une recomposition du paysage politique, se réclamant de l'opposition, et qui ne cesse de s'agiter, dévoilant ainsi les vieux démons, qui ont entraîné notre pays, dans un chaos inédit et indescriptible. Cette manœuvre machiavélique, n'a malheureusement pour seul but, que la déstabilisation non fondée des autorités légalement et légitimement établies, et par-delà l'instabilité en République centrafricaine. Si la liberté d'opposition, gage d'une véritable démocratie est mue par des fondements constitutionnels, il n'en demeure pas moins que ces hommes politiques qui commencent à se mettre dans une alliance contre nature, ne sont, 314 demeurant, guidés que par des intérêts subjectifs, comme dans un passé récent. Et aujourd'hui, il ne fait aucun doute que le trio NGUENDET, TIANGAYE, et MBOLI-GOUMBA, ont fortement contribué à l'avènement de l'insécurité et des troubles d'hier, par le truchement de la Séléka, véritable hydre, ainsi que leurs ramifications déjà identifiées, et qui veulent, une fois de plus, réécrire, une sombre page de l'histoire de ce pays.

Car comment comprendre, qu'au moment où ils s'organisent et font des déclarations fracassantes à l'endroit des Autorités établies, au même moment, quelques unes de nos villes dans l'arrière-pays, sont attaquées, voire même occupées. C'est pourquoi, le Groupe de Réflexion et d'Action Humanitaire (GRAH) tient à informer l'opinion nationale et internationale sur ce qui suit :

1.  Devant la justice, qui est en train de s'organiser par la mise en place de  la  Cour Pénale  Spéciale,   certains  de  nos  hommes politiques,  co-auteurs ou complices des crimes en  République centrafricaine, et partisans d'une prétendue amnistie veulent détourner  l'attention   et  créer  des  troubles  qui   pourraient  les exonérer de ces infractions pénales.

2.  Ces    hommes    politiques   toujours   en    quête   de    poste   de responsabilité et n'ayant pas encore assouvi leur appétit, passent par ces voies détournées espérant atteindre leur but

3. Le GRAH réitère sa confiance aux Autorités démocratiquement établies  et appellent  le  peuple  Centrafricain  à  résister à  ces bourreaux, qui veulent continuer à lui imposer la souffrance. Par ailleurs, le GRAH met en garde ces donneurs de morts et les prévient qu'ils n'échapperont pas à la justice, qui est en route, pour enfin soulager la peine de toutes les victimes de la crise en République Centrafricaine.

 

Le Groupe de Réflexion et d'Action Humanitaire

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire