CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DE MASSE

Lundi 09.10.2017 : 10H13

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DE MASSE PAR L’ASVI-2015 :

« LA SCOLARISATION DES ENFANTS DES VICTIMES »

Dans le cadre du partenariat stratégique de lobbying et de plaidoyer avec l’ONG internationale Cordaid, une campagne de sensibilisation de masse dont le thème est « la scolarisation des enfants des victimes », s’est déroulée ce vendredi 06 octobre 2017 au lycée de Fatima, sis dans le 6ème Arrondissement de la ville de Bangui. Cette grande manifestation publique a été organisée par l’Association des Victimes des évènements de 2015 et autres (ASVI 2015) grâce au financement de l’ONG Cordaid. L’Objectif visé est de faire le plaidoyer pour la reprise des activités scolaires au lycée de Fatima et dans d’autres établissements publics et privés afin que les enfants des victimes et autres soient scolarisés. De nombreuses personnalités y ont pris part. Il s’agit notamment des représentants des ministres, des Conseillers Economique et Social, des représentants des organisations internationales, du représentant de Cordaid, des représentants des maires d’arrondissement, des chefs d’établissements publics et privés, des chefs de secteur scolaire, des représentants des confessions religieuses, des chefs de groupe et de quartiers, à l’exception des honorables députés empêchés. Deux (2) discours ont ponctué cette campagne de sensibilisation.

Dans son allocution de circonstance, le Secrétaire Général Adjoint de l’ASVI 2015, Thibaut Logbama Mokolet a déploré les conditions de vie des habitants des 3ème , 5ème et 6ème Arrondissements de Bangui et la situation des enfants privés de l’éducation. « Les crises successives survenues dans notre pays notamment les 3ème , 5ème et 6ème Arrondissements de Bangui ont fortement détérioré les conditions des habitants desdits arrondissements et ont fait des milliers de victimes parmi les enfants à l’âge scolaire. C’est avec une profonde tristesse que nous, victimes des arrondissements précités, déplorons la situation préoccupante des enfants privés de leurs droits d’aller à l’école dans les zones de conflits armés où sévissent encore des affrontements fratricides et meurtriers. A l’aube de la rentrée scolaire 2017-2018, l’état des lieux des écoles dans nos quartiers et des Droits des enfants sont lamentables, ce qui est contraire à la « Convention Internationale des Nations Unies sur les Droits des Enfants ».

ASVI 2015, sur financement de Cordaid, organise la présente manifestation qui offre une occasion de sensibilisation et d’information sur les droits de nos enfants victimes à savoir : violences de tout genre et mauvais traitements ; enrôlement forcé dans le rang des bandes armées ;  consommation des drogue ; démission de l’Etat ; insécurité ; discrimination sous toutes ses formes.

Suivant la Convention …, l’éducation vise à favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant, le développement de ses dons et de ses potentialités. Elle doit préparer à une vie active dans une société libre et encourager en lui le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que de la culture et des valeurs d’autrui. C’est pourquoi, nos enfants doivent aller à l’école qui est le creuset de l’Unité, de la Fraternité, de la Paix, de la Réconciliation et du Vivre ensemble.

Unis ce soir, nous faillirons à nos devoirs si aucune solution ne soit envisagée pour le Lycée de Fatima, les Ecoles Kina, Gbaya, Koudoukou, Fatima Garçons, voire celle des établissements privés se trouvant dans une situation calamiteuse ».

Thibaut Logbama Mokolet a terminé ses propos tout en félicitant infiniment l’ONG Cordaid pour ses appuis multiformes et en exprimant toute sa gratitude  à tous ceux et celles qui, de près ou de loin, ont contribué pour la manifestation.

Après ce discours, le proviseur du lycée de Fatima, suivi de quelques personnalités, a donné le coup d’envoi du match  de football qui a opposé l’équipe de l’« Ecole Foot Namys du 4ème Arrondissement de Bangui à celle de          l’« ASVI 2015 » qui a remporté le trophée sur le score de deux (2) buts à zéro (0). Notons tout de même que le match s’est déroulé dans une ambiance fraternelle.

A la mi-temps, place était donnée au président de l’Association des Parents d’Elèves (APE) des 3ème, 5ème et 6ème Arrondissement de Bangui, Bruno Moumoloala de prononcer son discours de circonstance. En voici un extrait : « Suite aux crises qui se sont succédées, la quasi-totalité de nos écoles privées et publiques ne fonctionnent pas et nos enfants sont abandonnés à eux-mêmes, courant le risque réel de devenir des enfants de la rue, des brigands, des criminels… Que sais-je encore ?

La situation est grave et très grave. En effet, depuis le mois de juillet 2016 jusqu’à ce jour, nous, parents des élèves ne cessons de crier, pleurer, demander au gouvernement, aux députés, aux représentations diplomatiques, aux ONG nationales et internationales et aux personnes de bonne volonté de nous secourir en réhabilitant des bâtiments très vétustes, vieux et coloniaux, vandalisés… qui aujourd’hui, servent de lieu de refuge des sans domiciles. Regardons tous autour de nous les bâtiments qui abritent nos enfants. C’est grave !   

Le Lycée de Fatima, l’unique lycée public des 3ème, 5ème et 6ème Arrondissements de Bangui est abandonné et les élèves dispersés et contraints d’aller ailleurs. Ce faisant, ils sont victimes des agressions de tout genre, de sorte que bon nombre d’entre eux abandonnent leurs études.

Je saisis cette opportunité pour lancer un vibrant cri de cœur et un SOS, d’abord à Son Excellence, monsieur Faustin Archange Touadéra, chef de l’Etat, président de la République, à l’honorable Karim Méckassoua, président de l’Assemblée Nationale et au gouvernement que dirige Simplice Mathieu Sarandji, premier ministre ; ensuite aux partenaires du système Educatif en RCA, aux représentations diplomatiques accréditées en RCA, aux ONG nationales et internationales ; et enfin aux personnalités de bonne foi de venir au Lycée de Fatima afin de ramener nos élèves au bercail, pour que des solutions d’urgence soient trouvées pour nos écoles et nos enfants.

En plus de la réhabilitation des bâtiments, nos écoles, notamment le lycée de Fatima a besoin de nouveaux bâtiments, des tables-blancs, des professeurs. Voilà, en quelques mots, les difficultés relatives à la scolarisation de nos enfants ».

La visite des bâtiments scolaires dudit lycée qui sont dans un état de déconfiture avancé et la remise de trophée aux joueurs de l’ASVI-2015 ont mis un terme à cette campagne de sensibilisation de masse sur la scolarisation  des enfants des victimes. Il convient de souligner que l’orchestre Zokéla Hity-Ma-Hity de Dibaba Allagome et le groupe de danse traditionnelle « Molika de Centrafrique » ont agrémenté cette manifestation du début à la fin et ont tenu en haleine tous les participants.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire