BANGUI : QUAND LA RENTREE DES CLASSES

Lundi 18 Sept 2017 : 10H14

BANGUI : QUAND LA RENTREE DES CLASSES RIME AVEC L’AUGMENTATION DES PRIX DE FOURNITURES SCOLAIRES

Bientôt la rentrée des classes en République centrafricaine, ainsi que dans la plupart de pays de la sous région. Certains commerçants trouvent là une occasion pour s’enrichir sur le dos des citoyens, en procédant à une augmentation injustifiée des prix des fournitures scolaires. Ce qui n’aide pas les parents d’élèves et les étudiants.

Pour éviter ces désagréments, le ministère  en charge du Commerce doit initier une opération de contrôle des prix des fournitures scolaires dans tous les marchés et étales de Bangui (Km5, Pétévo, Marché-central, Combattant...).

En effet, le ministère est appelé à faire respecter la réglementation en matière de prix par ses agents contrôleurs. Il s’agit notamment de la publicité des prix (affichage, marquage, étiquetage, facturation, indications du prix de vente maximum autorisé). Les contrevenants à cette règlementation ont droit à un Procès – verbal et devront répondre devant les services compétents. Ces différentes dispositions servent de dissuasion aux commerçants véreux.

Des produits périmés dans les boutiques et alimentations

Les produits alimentaires ne doivent pas échapper aux contrôles des autorités. A titre d’exemple, la ville de Bangui est remplie des produits avariés ou contrefaits (des piles prohibées, des produits mal conservés tels que pâte de tomate) et des produits périmés (spaghetti, mayonnaise, boisson en cannette, vinaigre). On note aussi le défaut d’affichage des prix des produits, et le manque de factures pour la traçabilité des produits. Car il est inconcevable que des produits contrefaits et périmés soient vendus aux consommateurs. Et les fautifs répondront de leurs faits et les sanctions doivent être appliquées à la hauteur de leurs forfaits.

Sinclair Aries

 

BANGUI : QUAND LA RENTREE DES CLASSES RIME AVEC L’AUGMENTATION DES PRIX DE FOURNITURES SCOLAIRES

Bientôt la rentrée des classes en République centrafricaine, ainsi que dans la plupart de pays de la sous région. Certains commerçants trouvent là une occasion pour s’enrichir sur le dos des citoyens, en procédant à une augmentation injustifiée des prix des fournitures scolaires. Ce qui n’aide pas les parents d’élèves et les étudiants.

Pour éviter ces désagréments, le ministère  en charge du Commerce doit initier une opération de contrôle des prix des fournitures scolaires dans tous les marchés et étales de Bangui (Km5, Pétévo, Marché-central, Combattant...).

En effet, le ministère est appelé à faire respecter la réglementation en matière de prix par ses agents contrôleurs. Il s’agit notamment de la publicité des prix (affichage, marquage, étiquetage, facturation, indications du prix de vente maximum autorisé). Les contrevenants à cette règlementation ont droit à un Procès – verbal et devront répondre devant les services compétents. Ces différentes dispositions servent de dissuasion aux commerçants véreux.

Des produits périmés dans les boutiques et alimentations

Les produits alimentaires ne doivent pas échapper aux contrôles des autorités. A titre d’exemple, la ville de Bangui est remplie des produits avariés ou contrefaits (des piles prohibées, des produits mal conservés tels que pâte de tomate) et des produits périmés (spaghetti, mayonnaise, boisson en cannette, vinaigre). On note aussi le défaut d’affichage des prix des produits, et le manque de factures pour la traçabilité des produits. Car il est inconcevable que des produits contrefaits et périmés soient vendus aux consommateurs. Et les fautifs répondront de leurs faits et les sanctions doivent être appliquées à la hauteur de leurs forfaits.

Sinclair Aries

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire