ANICET-GEORGES DOLOGUELE TRAINE EN JUSTICE PAR...

Lundi 19 juin 2017 : 09H43

ANICET-GEORGES DOLOGUELE TRAINE EN JUSTICE PAR JOACHIM KOKATE : UN REBONDISSEMENT

 

KOKATE c/ DOLOGUELE

Bangui, le 20.06.2017

 

Monsieur Joachim KOKATE, né le 14 Avril 1966 à Bangui (République Centrafricaine), Ancien Ministre Conseiller, demeurant à l'Immeuble Caisse café, Quartier LAKOUANGA, BANGUI.

Ayant pour Avocat Maître         , Avocat au Barreau de Bangui, y domicilié à Bangui.

J'ai l'honneur de vous exposer,

Que le mercredi 10 Mai 2017, j'ai été approché par M. WILLYBIRO Brice à la demande de M. l'ancien Premier Ministre et député Anicet Georges DOLOGUELE pour dit-il m'entretenir avec lui sur la situation politique actuelle et de réunir nos idées et forces sous prétexte de sauver la RCA.

Que M. WILLYBIRO Brice s'est présenté comme étant l'émissaire de M. DOLOGUELE et de ce fait, il avait un message confidentiel à me passer de la part du député et président du parti politique URCA.

Que M. WILLYBIRO Brice m'a invité de se rendre au domicile de M. DOLOGUELE afin d'échanger avec lui sur la situation politique du moment car il faudrait absolument faire quelque chose comme la déstabilisation et le renversement du président de la République Faustin Archange TOUADERA et des institutions en place.

Que le jeudi 11 Mai 2017, je me suis rendu au domicile de M. DOLOGUELE pour répondre à son invitation de la veille du fait de l'urgence exprimée par son émissaire quant à la dégradation de la situation politico-socio-économico-sécuritaire depuis la prise de fonction de M. TOUADERA après son élection à la présidentielle de 2016.

Qu'avant d'arriver chez M. DOLOGUELE, j'ai pensé et pris la précaution d'enregistrer notre conversation compte tenu de la gravité de son intention de déstabiliser et renverser les institutions en place selon les propos de son émissaire, M. WILLYBIRO Brice.

Qu'étant accueilli au salon de M. DOLOGUELE, ce dernier m'a fait part de sa frustration et colère contre l'actuel président de la République et du gouvernement en place en les dénonçant dans un ton grave et sévère avant de m'étaler sa stratégie dans les jours à venir afin de faire tomber M. TOUADERA et son gouvernement.

Que j'ai fait son jeu en le faisant croire que je partageais son analyse et qu'on devrait s'organiser comme il le suggère en nous organisant rapidement pour faire mettre fin au règne du pouvoir en place.

Que M. DOLOGUELE m'a demandé de trouver et contacter les acteurs nationaux et internationaux susceptibles de lui apporter leur soutien dans son projet de déstabilisation et du renversement des institutions actuelles.

Que je lui ai cité quelques noms avec comme objectif de le mettre en confiance afin de me permettre de voir jusqu'où serait-il capable d'agir pour atteindre son souhait satanique, voire inhumain de déstabiliser et renverser les institutions avec des conséquences en perte de vies humaines et autres destructions dont les conséquences sont toujours imprévisibles à contrôler et maîtriser.

Que M. DOLOGUELE est tombé sous l'infraction des articles 286 et 289 alinéa 1 du Code Pénal Centrafricain.

Que l’article 286 du Code Pénal Centrafricain stipule : « Le complot ayant pour but le crime mentionné à l'article précédent, s’il a été suivi d'un acte commis ou commencé pour en préparer l'exécution, sera puni des travaux forcés à temps de cinq à dix annuités. Il y a complot, dès que la résolution d'agir est concertée et arrêtée entre deux ou plusieurs personnes. S'il y a eu proposition faite et non agréée de former un complot pour arriver au crime mentionné à l'article 285 du code pénal centrafricain, celui qui aura fait une telle proposition sera puni d'un emprisonnement d'un à cinq annuités. Le coupable pourra de plus être interdit en tout ou en partie des droits mentionnés à l'article 24 du présent code pénal ».

Quant à l'article 289 : « Sera puni de cinq à dix annuités d'emprisonnement, quiconque s'affilie, adhère, ou de quelque maniera que ce soit, participe à l'activité d'un groupement ou organisme qui tend par ses conseils, instructions, consignes ou par quelque moyen que ce soit :

1. A provoquer la désobéissance aux lois et règlement ou aux ordres du gouvernement ».

Qu'à défaut d'assumer sa responsabilité, M. DOLOGUELE se livre au spectacle médiatique et de dénigrement contre moi en salissant mon honneur et honnêteté,

Que dans le cadre de cette procédure d'instruction, l'immunité parlementaire qui couvre actuellement M. DOLOGUELE ne doit pas être un prétexte pour lui d'échapper temporairement à répondre des griefs graves qui lui sont reprochés en négociant une solution politique que judiciaire comme il tente de la négocier clandestinement auprès de l'exécutif.

Qu'en outre, je produis au Tribunal l'élément sonore de l'entretien du projet de déstabilisation et du renversement du président TOUADERA et de son gouvernement.

o Qu'enfin, je souhaite être confronté très rapidement à M. DOLOGUELE devant la justice de notre pays pour son intention de tentative de coup d'état contre un régime légitime et sa volonté satanique de m'entraîner dans une aventure qui aurait nécessairement conduit à des conséquences graves en perte de vies humaines et autres.

Que dès lors, les faits reprochés à M. DOLOGUELE attestant la préparation et la menace gratuite et sérieuse, de recrutement et tentative d'organiser un coup d'état tombent sous le coup des articles 286 et 289 alinéa 1 du Code Pénal Centrafricain.

En conséquence, je requiers qu'il vous plaise M. le Procureur de la République de recevoir la présente plainte pour incitation à la déstabilisation et au renversement du régime démocratiquement élu, la constitution d'une entreprise criminelle et menaces contre les autorités en place, et, me déclarant bien fondé en constitution de partie civile ; ouvrir une information judiciaire contre M. DOLOGUELE.

EN CONCLUSION

Je requiers qu'il vous plaise, M. le Procureur de la République, de bien vouloir recevoir ma plainte,

Et ouvrir une information judiciaire pour recrutement des gens et planification de déstabilisation et du renversement du régime légalement investi par un ancien candidat malheureux et mauvais perdant du second tour de la présidentielle de 2016.

 

Fait à Bangui, le 20 Juin 2017.

 

M. Joachim KOKATE

Pièces jointes :

1. Copie du Passeport

2.  Enregistrement audio

  

IMMEUBLE CAISSE CAFE .QUARTIER DE LAKOUANGA A BANGUI. TÉI_:753O1 13O

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire