ACCORD POLITIQUE DE ROME ENTRE LE GOUVERNEMENT,

Lundi 19 juin 2017 : 09H44

ACCORD POLITIQUE DE ROME ENTRE LE GOUVERNEMENT, LES GROUPES ARMES, LES DEPUTES, LA CLASSE POLITIQUE, LA SOCIETE CIVILE ET SANT’EGIDIO

Discussion whatsApp avec Kokaté.

Représentants de tous les groupes politico-militaires du pays, provenant de toutes les parties du pays, représentants toutes ses composantes dans leur diversité,

Réunis à Rome sous l'égide de la Communauté de Sant' Egidio, qui s'engage sans relâche depuis des années pour la paix en Centrafrique,

En présence du Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations unies en Centrafrique Parfait Onanga-Anyanga

En présence des délégations centrafricaines représentant l'Assemblée Nationale et la classe politique,

En présence des représentants de la Communauté internationale, et du gouvernement italien que nous remercions pour son appui et son soutien sur le chemin de la paix.

Préambule

Conscients de la situation de crise que traverse notre pays, et de la nécessité de le mener définitivement vers sa renaissance et sa reconstruction ;

Conscients des efforts déployés par la communauté internationale (Nations Unies, Union Africaine, CEEAC, union européenne) pour instaurer la stabilité en République centrafricaine ;

Remerciant tous ceux qui ont menés des efforts pour le réconciliation en République centrafricaine durant la période d'instabilité notamment : le Tchad, la République du Congo, le Cameroun, a République Gabonaise, la CEEAC et 1 'Union Africaine ;

Considérant que les souffrance du peuple centrafricain sont grandes et que tous doivent agir pour bâtir le bien commun au-delà des divergences politiques légitimes ;

Considérant que l'une des premières grandes ressources du pays est représentée par son peuple tolérant, pacifique et laborieux ;

Décidés à contribuer à la consolidation d'une société unie, fraternelle, et solidaire, 

Ensemble Nous réaffirmons

notre attachement  à l’histoire, à l’intégrité territoriale, aux valeurs et principes constitutionnels de la République, à la démocratie pluraliste, aux droits de l’homme, à la liberté de croyance et de culte ;

Le droit et le devoir de toutes les forces vives de la Nation, à participer à l’édification d’un pays prospère et indépendant et de garantir la participation politique et citoyenne de tous dans tous les secteurs sociaux et politiques sans distinction de religion et appartenance ;

Que les droits des personnes à la vie, à la liberté et à la sécurité sont sacrés et inviolables pour tout citoyen et qu’ils doivent être défendus par la loi ;

Nous les représentants de SE le PR, du gouvernement de la République centrafricaine et des mouvements politico-militaires, nous nous engageons dans cet accord politique :

A la mise en place immédiate d’un cessez-le-feu sur tout le territoire national comme étape fondamentale sur le chemin de la paix définitive, par la cessation de tout type d’hostilité ;

Au respect des autorités légitimes, fruit des élections parlementaire et  discussion whatsApp avec Kokate présidentielles tenues en 2016 ;

À la reconnaissance des groupes politico-militaires comme acteurs de la reconstruction, engagés dans un processus de reconversion en partis et mouvements politiques ;

A travailler pour bâtir une dynamique de réconciliation dans tout le pays en collab9ration avec les institutions politiques légitimes, les autorités traditionnelles et religieuses ;

À constituer une coordination entre le gouvernement et les mouvements politico-militaires pour contribuer à la mise en œuvre du DDRR et des programmes de reconstruction du Pays ;

A' cet effet les signataires et les témoins de cet accord s'engagent à élaborer une feuille de route et de travail portant sur les suivantes mesures :

Réouverture du territoire national à la libre circulation des personnes et de l'aide humanitaire ;

Le retour des Préfets dans toutes les régions ;

le retour de tous les réfugiés et personnes déplacées internes dans leurs villages ou villes d'origine ;

le début de travaux public urgents pour la réhabilitation des infrastructures prioritaires (écoles, hôpitaux).

Le soutien alimentaire pour les membres des groupes politico-militaires et leurs familles durant la période de la DDRR ;

L'insertion après sélection, de membres des mouvements politico-militaires dans l'armée et les corps habillés et dans la fonction publique ;

l'enregistrement de nouvelles formations politiques dans le cadre légal de l'État ; 

la distribution, après identification, de kits (outils agricoles, semences, bétail, matériel de construction ou autre) pour ceux qui choisissent de retourner à la vie civile ;

L’organisation de cours de formation technique (électriciens, mécaniciens, charpentiers, etc.) et de bourses d’études pour ceux qui désirent initier une activités économique ;

Pour ceux qui étaient déjà employés de l’Etat, sera établie une commission mixte gouvernement-mouvements politico-militaires pour l’évaluation de chaque cas.

La feuille de route du présent accord sera établi par un comité de suivi pour la mise en œuvre de tous les points susmentionnés, coordonné par la communauté de Sant' Egidio.

A la fin de cette période, il n’y aura plus de mouvements politico-militaires en Centrafrique qui sera sécurisée par la MINUSCA et par ses forces armées et de sécurité centrafricaines intégrées, présentes sur toute l’étendue du territoire national.

Le contenu du présent accord bien engagé, le gouvernement de la RCA, ensemble avec le RSSG, entamera une consultation sur la levée des sanctions pour les personnalités centrafricaines sanctionnées, à demander au Conseil de Sécurité des Nations Unies

Nous remercions la communauté internationale pour son soutien à la République centrafricaine, ainsi que sa présence à Rome en tant qu'observateur.

Nous lui demandons de soutenir les mesures susmentionnées par les programmes déjà existants ou à définir.

Nous demandons aussi à l'union africaine, qui a incessamment œuvré pour la stabilisation de la Centrafrique, de nous soutenir à tous niveaux dans la mise en application de cet accord et dans la pacification du pays.

Nous remercions la Communauté de Sant' Egidio pour son soutien à la réconciliation nationale et nous lui demandons de poursuivre son travail de médiation et de dialogue.

*************************

**************

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire