A COMMISSION EPISCOPALE JUSTICE ..

Lundi 09/10/2017 : 09H56

LA COMMISSION EPISCOPALE JUSTICE ET PAIX, EN APPUI AU PROCESSUS DE LA PAIX EN RCA

La Commission Episcopale Justice et Paix (CEJP) a tenu une conférence de presse le vendredi 06 octobre au centre Monseigneur Joseph Koucherousset à Bangui. L’enjeu de cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro était de faire le point sur la cohésion sociale qui reste d’actualité malgré les multiples actions menées dans ce sens.

 La CEJP, grâce au financement du Secours Catholique alloué au «  Projet d’appui au processus de la cohésion sociale pour un retour à la paix et à la réconciliation nationale », pense définir clairement la notion de la cohésion sociale, puis élaborer et mettre en œuvre un cadre d’indicateur qui rend bien compte du concept et qui permet une évaluation adéquate de la situation de la crise.

L’abbé Frederick Nakombo, secrétaire national de la CEJP a affirmé qu’après plusieurs échecs cuisants et lamentables, la RCA a besoin des actions concrètes pour pouvoir recoudre le tissu social et unir enfin les Centrafricains. Pour lui,  sans un comité de suivi, les efforts consentis pour recoudre le tissu social n‘accoucheront d’aucune souris. Il a préconisé par ailleurs la mise en place d’un comité de suivi des actions menées afin d’unir les Centrafricains.

Toutefois, il  a souligné la nonchalance de l’Etat centrafricain, qui n’en a cure de la cohésion sociale, mais laisse la MINUSCA et certaines ONG se jetter à l’eau sans résultat concret et que, la cohésion sociale est toujours menacée par la prolifération des groupes armés qui s’opposent farouchement au retour de la paix.

Pour celui-ci, l’Etat Centrafricain doit utiliser l’armée nationale pour déloger les rebelles qui sévissent en RCA et ne pas compter sur la MINUSCA. En RCA, il suffit d’un incident pour que tous les efforts acquiescés soient anéantis.

Pour boucler son propos, l’abbé F. Nakombo a expliqué que La cohésion sociale tant recherchée prend sa source dans l’intégration sociale qui dépend quant à elle du respect des normes et des valeurs sociales partagées par les membres d’une société. Force est de reconnaitre aussi les efforts qui sont déployés ça et là pour résoudre les conflits épineux entre agriculteurs et éleveurs, grâce à des comités de cohésion sociale. C’est le projet mis en place en ce moment dans la région de la Nana-Mambéré, à l’Ouest du pays. Plusieurs ONG, des autorités religieuses ou encore l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) ont mis en place ces groupes de rencontre.

 Le projet dénommé « Partenariat Interreligieux d’Edification de la Paix en République Centrafricaine (CIPP) » était officiellement lancé le vendredi 13 mai 2016 à Bangui. Ce projet est actuellement piloté par la plateforme interconfessionnelle du pays et Catholic Relief Service.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire