20.000 PERSONNES DEPLACEES, DES MORTS, DES MAISONS INCENDIEES :

Vendredi 17.02.2017 : 10H02

20.000 PERSONNES DEPLACEES, DES MORTS, DES MAISONS INCENDIEES : BILAN MITIGE DES AFFRONTEMENTS MEURTRIERS A BRIA ET NDASSIMA

 

La première conférence de presse conjointe Gouvernement- Minusca pour l’année 2017 avait eu lieu ce mercredi 16 février dans la salle de conférence du ministère de l’Equipement, du Transport, de l’Aviation Civile et du Désenclavement aux environs de 14 heures. Co-animée par Théodore Jousso, ministre porte-parole du gouvernement et Vladimir Montério, porte-parole de la Minusca, cette conférence de presse s’est focalisée sur les affrontements meurtriers entre les factions rebelles de la Séléka dans les préfectures de la Ouaka et de la Haute-Kotto.

Devant une vingtaine de professionnels des medias, le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro a expliqué que cette première conférence de presse conjointe a lieu à un moment particulièrement délicat en République Centrafricaine, en raison de la guerre ouverte entre la coalition dirigée par le Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC). Ces affrontements ont commencé en novembre dernier à Bria dans la préfecture de la Haute-Kotto, faisant peser une vraie menace sur la ville de Bambari. Ces affrontements affectent surtout les populations civiles innocentes avec environ vingt mille (20.000) personnes déplacées. Sans  pour autant donner des chiffres exacts, il a mentionné également le cas de lourdes pertes en vies humaines ainsi que de nombreux dégâts matériels. La coalition menée par le FPRC et l’UPC a choisi plutôt la guerre que de répondre aux appels du dialogue du gouvernement, de la Minusca et de la communauté internationale.

Celui-ci a ajouté par ailleurs qu’une guerre à Bambari augmenterait la souffrance des populations civiles innocentes, entraverait le travail des humanitaires et constituerait un obstacle à la restauration de l’autorité de l’Etat. Dans le cadre de son mandat pour protéger les populations civiles, la Minusca utilisera tous les moyens, y compris la force pour éviter le pire à Bambari. A cet effet, des opérations de repérages auront lieu bientôt dans la zone. Pour finir, Vladimir Monteiro a salué les appels lancés aux deux(02) groupes par le gouvernement centrafricain, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’Union Africaine (UA) et la France pour que cessent les affrontements. Il a demandé aux groupes armés de cesser avec les combats et les exactions contre la population civile et de choisir la voie du dialogue.

Le ministre porte-parole du gouvernement, Théodore  Jousso a, quant-à lui, souligné que le peuple centrafricain a choisi la voie des élections pour aspirer à la paix, rien que la paix. L’élection du professeur Faustin Archange Touadéra à la magistrature suprême de l’Etat est véritablement démocratique et c’est le vœu de tous les centrafricains. Celui qui veut prendre le pouvoir doit attendre les prochaines élections. La guerre déclenchée dans la Haute-Kotto et la Ouaka entre le FPRC et l’UPC a occasionné de nombreux dégâts matériels et de lourdes pertes en vies humaines. Il a précisé que le gouvernement condamne avec la dernière rigueur ces affrontements qui n’ont fait qu’augmenter la souffrance des populations. Selon lui, il faut toujours opter pour le dialogue afin de résoudre nos différends. Cinq (05) ans de souffrance, c’est déjà trop. Nous avons choisi la voie des élections pour la paix. Pourquoi encore la guerre ? S’est-il interrogé.

En répondant à quelques préoccupations des journalistes, le ministre Théodore Jousso a relevé certains défis majeurs auxquels le gouvernement ne peut faire autrement. Il s’agit notamment du problème de la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines (FACA) pour sécuriser l’ensemble du territoire, de l’embargo sur les armes à destination de la RCA qui vient d’être prorogé par le conseil de sécurité des Nations-Unies. Pour ce dernier, le chemin de la paix est la seule voie autorisée au gouvernement. Toutes autres solutions ne pourraient être réalisables. Il a conclu que Bambari est en quelque sorte « le cœur de l’homme » qui alimente l’ensemble de son corps. C’est la raison pour laquelle la Minusca dans sa mission de protection des populations civiles empêche les affrontements d’atteindre cette ville pour éviter le pire.

Il faut rappeler que samedi dernier, la coalition FPRC-MPC-RPRC ont décidé de franchir « la ligne rouge » tracée par la Minusca en guise de la limite infranchissable. Cela a amené la Minusca d’utiliser son hélicoptère de combat pour stopper l’avancée de ces groupes armés sur la ville de Bambari. Le général Zoundéko, un des généraux influent de la coalition  que nous avons cité ci-haut a trouvé la mort suite à la puissante frappe de la Minusca. Malgré tout, le général Nourredine et les autres éléments tiennent coute que coute à marcher sur Bambari. Selon certaines informations qui nous sont parvenues, la population de la Ouaka vit en ce moment dans la psychose généralisée.

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire