SELON BERTIN BEA : « C’EST LA FRANCE DE FRANCOIS HOLLANDE ...

Jeudi 22 Déc. 2016 : 10H18

SELON BERTIN BEA : « C’EST LA FRANCE DE FRANCOIS HOLLANDE QUI EMPECHE L’EX-PRESIDENT BOZIZE DE REVENIR CHEZ LUI EN RCA »

Boz et bea

Répondant à quelques préoccupations des journalistes, lors de la conférence de presse qu’il avait animée à son domicile aux 36 villas, dans le 1er arrondissement de la ville de Bangui, le mercredi 14 décembre 2016, Bertin Béa, Secrétaire Général du parti Kwa na Kwa (KNK), a fait savoir que « c’est la France de François Hollande qui empêche mordicus par tous les voies et moyens, l’ex-président François Bozizé de revenir chez lui en RCA. Pour preuves parmi tant d’autres, la France avait usé de tout son poids et en faisant pression sur les autorités centrafricaines de la transition, pour interdire formellement à l’ex-président et président du parti KNK, François Bozizé de revenir au bercail, prendre part aux travaux du Forum National de Bangui (FNB), du 04 au 11 mai 2015. Pire encore, lorsqu’un cadre du KNK et moi, étions allés déposer le dossier de candidature du président du KNK Bozizé, pour la présidentielle de 2015 – 2016 à l’Autorité Nationale des Elections (ANE), nous avons pu constater la présence suspecte d’un sujet français au fond de la salle, entrain de manipuler un ordinateur. Après avoir déposé le dossier et rempli toutes les formalités requises, nous avions quitté l’ANE. Quelques heures plus tard, quand j’étais à la maison, j’ai reçu un coup d’appel téléphonique de l’ambassadeur de la France de l’époque en RCA, Charles Malinas ».

Et ce dernier de me dire, « tu as persisté et réussi à déposer le dossier de candidature de l’ex-président Bozizé à l’ANE ? Mais pourquoi pas le tien ? Où va t-il se faire recenser puisqu’il n’est pas à Bangui en RCA » ?

Et moi de lui répliquer, « le congrès du KNK, qui est l’instance suprême et souveraine, avait investi Bozizé, candidat de cette formation politique à la présidentielle de 2015 – 2016 en RCA. Motif pour lequel, j’ai pu déposer son dossier de candidature à l’ANE. Donc je ne fais que respecter et mettre en application la décision prise par le congrès du KNK. Et comme Bozizé vit en exil à Kampala en Ouganda, il est probable qu’il va se faire recenser à Kinshasa en RDC, pays proche de l’Ouganda. Cela est conforme à certaines dispositions du Code Electoral de la RCA. Mais le lendemain, je vous assure que les opérations de recensement des ressortissants en RDC, ont été systématiquement arrêtées sur ordre de l’Exécutif Centrafricain de la transition ».

Entre-temps, Charles Malinas de me dire, « le dossier de candidature de Bozizé était enregistré sous le numéro 21 à l’ANE. Or, c’était normalement le numéro 19 que portait ledit dossier, et nous avons la preuve au KNK et à l’ANE. Allez-y donc comprendre le reste. C’est pourquoi au KNK, nous persistons et signons que c’est la France de François Hollande qui empêche l’ex-président Bozizé de revenir chez lui en RCA ».

Mais Bozizé, Béa et les caciques du parti KNK ont-ils une mémoire courte d’exiger encore la tenue d’un dialogue politique inclusif de plus en RCA ? Que dire de leur farouche et catégorique opposition, quand ils étaient encore au pouvoir, du retour au bercail de l’ex et feu président Ange Félix Patassé, pour prendre part aux assises du dialogue national de 2003 ? Et surtout que c’est grâce à la bénédiction de cette même France et du Tchad que le général et ex-chef d’Etat major des FACA, sous feu président Patassé, avait pris le pouvoir par coup d’Etat, le 15 mars 2003. C’est pour autant dire qu’au KNK, le bossu ne voit pas sa bosse ». Mais Bozizé, Béa et consorts doivent apprendre à leurs dépens, « à chacun son tour chez le coiffeur ». Ainsi va la vie sur cette terre où nous vivons.

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire