SA MAJESTE MOHAMMED VI, ROI DU MAROC, A PRONONCE DEPUIS D.

Lundi 14 novembre 2016 : 10H06

SA MAJESTE MOHAMMED VI, ROI DU MAROC, A PRONONCE DEPUIS DAKAR SON DISCOURS HISTORIQUE A L’OCCASION DE L’ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE

« A tous égards, le fait de prononcer le discours anniversaire de la Marche Verte à partir d’un pays Africain, démontre l’ancrage exceptionnel du Maroc sur le continent, notamment dans le contexte d’un retour du Royaume au sein de l’Union Africaine où une large majorité d’Etats soutient désormais la position du Maroc contre le séparatisme », a déclaré Charles Saint-Prot, de l’Observatoire d’Etudes Géologiques (OEG) à Paris. « Le discours Royal est fort, clair et historique, de part son contenu et du lieu où il a été prononcé », a déclaré le Secrétaire général de l’Union Constitutionnelle, Mohamed Sajid, ajoutant qu’il s’agit d’« un signal fort de l’attachement du pays au continent Africain et à ses difficultés. Le choix de Dakar est une tonalité très forte au-delà de la célébration traditionnelle du 41e Anniversaire de la Marche Verte. « Du Mali en Guinée, du Gabon au Rwanda, de la Tanzanie en Ethiopie, aucun effort n’est de trop pour Sa Majesté pour sortir le continent du bourbier », précisant que « le bâton de pèlerin que tient Sa Majesté le Roi, est bien celui de l’Union, de la fraternité et du développement socio-économique », a affirmé un chercheur malien. « Le Maroc a besoin d’un gouvernement sérieux et responsable. Toutefois, la formation du prochain gouvernement ne doit pas être une affaire d’arithmétique, où il s’agit de satisfaire les désidératas de partis politiques et de constituer une majorité numérique, comme s’il était question de partager un butin électoral », a déclaré le Secrétaire Général de l’UC.

Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc a mis à profit son séjour dakarois les 06, 07, 08 novembre 2016, pour remettre la pendule à l’heure dans le Royaume, mais également lancer des signaux forts au continent africain, réaffirmant son leadership dans la coopération Sud-Sud, plus solidaire, plus unie pour le développement de l’Afrique. Car «  une Afrique unie et solidaire peut porter sa voix sur la sphère internationale », a fait remarquer M. Mouline. En choisissant Dakar, le pays de Léopold-Sédar Senghor, fervent défenseur de l’Africanité, Sa Majesté le Roi prouve une fois de plus que l’Afrique est seule et unique pour le Maroc », a noté l’expert belgo-malien. Sa Majesté le Roi a défini la politique africaine du Maroc, sa vision, sa grandeur et ses perspectives. Il n’en demeure pas moins que la coopération bilatérale maroco-sénégalaise, s’en trouve renforcée et approfondie pour le bonheur des deux peuples, des deux pays et du continent. C’est un tournant décisif dans les relations entre le Maroc et l’Afrique.

Joignant l’acte à la parole, Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc et le Président sénégalais Macky Sall, ont présidé lundi au Palais présidentiel de Dakar, la cérémonie de lancement d’un partenariat pour l’accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal. Le ministre marocain de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhanouch, a présenté devant les deux Chefs d’Etat, les grandes lignes de ce programme de partenariat élaboré conformément aux hautes instructions royales pour faire bénéficier l’Etat sénégalais de l’expertise acquise par le Maroc, en matière de développement de la petite agriculture, notamment dans le cadre du Plan Maroc Vert. Sa Majesté le Roi et le Président Macky Sall, ont ensuite lancé le plan d’aménagement du poulpe au profit du Sénégal. Il sera réalisé en cinq étapes et vise pour l’essentiel la préservation et la valorisation du poulpe, la reconstitution du Stock de cette ressource, ainsi que la sauvegarde des impacts socio-économiques de cette espèce. Ainsi des conventions ont été signées dont la première porte sur la mise en œuvre d’un programme de partenariat entre le Maroc et le Sénégal, dans les domaines agricoles et des pêches maritimes ; la seconde est un mémorandum d’entente en matière de définition et de mise en œuvre d’un plan d’aménagement du poulpe, entre le gouvernement du Royaume du Maroc et le gouvernement sénégalais. Il était également question de favoriser des partenariats stratégiques sectoriels entre opérateurs économiques marocains et sénégalais, de poursuivre les discussions en vue d’un partenariat entre Royal-Air Maroc et Air-Sénégal S.A. Cette visite de SM le Roi au Sénégal, a précédé la COP 22 dont les assises ont lieu aujourd’hui à Marrakech au Maroc.

La conférence de Marrakech et celle de Paris, constituent des « Conférences fondatrices du futur que nous avons le devoir de léguer à nos enfants », a déclaré SM le Roi dans son message à la COP 21 à Paris. La conscience universelle est interpelée. Paris a donné au monde une opportunité : Marrakech mobilise la collectivité mondiale à l’action salutaire et salvatrice pour les générations futures. Les travaux de la COP 22 se tiennent en ce moment à Marrakech. La RCA est représentée par une forte délégation qui séjourne déjà dans le Royaume. Pays post-conflit, dévasté par plusieurs années de crises militaro-politiques, la RCA avec le retour à l’ordre constitutionnel, a repris sa place au sein du concert des nations. « Le soleil n’ignore pas un village parce qu’il est petit », dit un proverbe africain. La Communauté internationale ne peut ignorer la RCA parce qu’elle est totalement dévastée et perdue dans la grande forêt équatoriale. Les Centrafricains espèrent un jour accueillir Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc à Bangui en Centrafrique. Il est certes vrai que le Royaume du Maroc et la RCA, entretiennent des relations traditionnelles fructueuses, mais dans le contexte actuel, le pays a grandement besoin de l’expertise marocaine dans tous les domaines d’activités : banque, énergie, agriculture, élevage, logements sociaux, santé, éducation, formation et surtout le domaine des innovations technologiques et de l’environnement (Maroc Vert). Les enjeux sont multiples, car en plus du changement climatique, il y a le développement économique et en filigrane, un enjeu civilisationnel. Le Maroc est une véritable plate forme pour l’Afrique et la RCA en particulier. Les nouvelles autorités centrafricaines ne doivent pas perdre de vue cet axe vital avec le Royaume du Maroc.                            

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire