POURQUOI LES AUTORITES CAMEROUNAISES

Mercredi 19.07.2017 : 09H32

POURQUOI LES AUTORITES CAMEROUNAISES

ONT-ELLES FERME LEUR FRONTIERE AVEC LA RCA ?

 

Dans l’articule publié par nos confrères camerounais du journal « APA », du mardi 18 juillet 2017, il est titré : « Le Cameroun ferme sa frontière avec la Centrafrique ». Mais pour quelle cause ?

Voici les raisons évoquées par les autorités camerounaises, « à cause de violences entre bandes armées centrafricaines, en l’occurrence la coalition Séléka et les Anti-Balaka ». Cette décision qui a pris effet le lundi 17 juillet, « se justifie du fait que le déroulement de violents affrontements entre les groupes rebelles centrafricains perturbe la sécurité intérieure au Cameroun. Une situation qui se traduit par l’afflux des réfugiés de la RCA au Cameroun, sauf que parmi les personnes qui fuient les affrontements, beaucoup sont armées de fusils et d’armes blanches… », ont affirmé les autorités camerounaises.

Et pourtant, nous savons tous que le contingent camerounais de la Minusca, vient d’être redéployé à Berberati dans la Mambéré-Kadéi, en lieu et place du contingent congolais de Brazzaville. Et surtout ne perdons pas de vue, qu’en 2013, au plus fort des violences sociales en RCA, le Cameroun avait momentanément fermé sa frontière d’autant que des rebelles centrafricains avaient commis des exactions en territoire camerounais.

Aussi, des affrontements entre les groupes rebelles de la RCA se sont aggravés lorsque des militaires camerounais de la Minusca, déployés à Ngaoundaye, ont quitté cette localité centrafricaine. Finalement, pourquoi le Cameroun ferme actuellement sa frontière avec la RCA ? Et à quoi sert la présence de son contingent de la Minusca à Berbérati dans la Mambéré-Kadéi ? Il y a certes, « anguille sous roche ». C’est pour asphyxier économiquement la RCA et son peuple, étant donné que le Cameroun est le principal pourvoyeur par voie routière, des marchandises et autres articles importés en RCA. Où est donc la solidarité au sein des pays de la CEMAC ? « C’est dans le malheur qu’on reconnaît les vrais parents, les vrais amis », dit-on. Malheureusement, dans le cas d’espèce de la RCA, tel ne semble pas être le cas avec le Cameroun. C’est bien dommage pour l’avenir de la CEMAC.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire