Vendredi 11 Novembre 2016 : 08h47

« IL N’Y AURA NI COUP D’ETAT, NI LA PARTITION DU PAYS »,

A INDIQUE LES NATIONS UNIES : FPRC, MPC, RPRC, UPC ET AUTRES,

INUTILE DE PERSISTER DANS LES VIOLENCES

Minusca patrouille bangui

 

L’ex-coalition Séléka a justifié sa rébellion par la marginalisation des régions du Nord. Cette revendication a été prise en compte par le peuple centrafricain en général. Malheureusement, après avoir conquis le pouvoir de Bangui le 24 mars 2013, la Séléka s’est répandue comme une traînée de poudre sur l’étendue du territoire avec toutes les exactions du jamais vues et connues : tueries, pillages, viols, braquages à main armée, incendies à grande échelle, et que savons-nous encore ? Ne pouvant supporter le degré de telles atrocités commises, les Anti-Balaka ont, à leur tour décidé d’entrer dans la danse le 05 décembre 2013, pour soi-disant libérer le peuple centrafricain. Hélas, ils étaient encore pires que la Séléka. Les Anti-Balaka pillaient, tuaient, braquaient. C’était une véritable République des hors-la-loi que les Centrafricains ont vécue pendant trois (3) ans.

Dans un climat de défiance où les armes crépitaient partout, le peuple centrafricain, a bravé la peur pour donner naissance à une véritable démocratie, conduisant le pays au retour à l’ordre constitutionnel le 30 mars 2016. Sur les quatorze (14) groupes armés, onze (11) ont adhéré au programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR) pour tourner la page de la violence. Malgré la bonne volonté de ces onze (11) groupes qui ont opté pour la paix, le FPRC, le MPC, le RPRC, l’UPC et certaines branches des Anti-Balaka persistent et signent dans des actes indignes, inhumains, bestiaux. Alkhatim et ses éléments tuent, pillent, incendient des maisons des particuliers et les sièges des ONG internationales à Kaga-Bandoro. A Ndélé, Nourredine Adam et ses enfants dictent leur propre loi et agissent comme bon leur semble. Il y a de cela quelques semaines, Nourredine Adam a déclaré Ndélé « Ville morte » qui a été suivie presque à 100 % par la population. Et selon certaines informations en notre possession, Nourredine Adam, Alkhatim et Sabone se sont réunis à Ndélé pour prétendre proclamer leur « République du Logone ». N’est-ce pas un projet de la partition du pays qui se pointe à l’horizon ?

C’est le même son de cloche dans la préfecture de la Ouaka et ses environs. Il ne se passe pas un seul jour où les hommes de l’UPC d’Ali Daras commettent des exactions horribles sur les plus pauvres populations civiles. Pour un cas de vol d’un bœuf des peulhs par des  combattants assimilés aux Anti-Balaka, c’est la population civile qui est prise pour cible. Et en guise de vengeance, ils tuent et incendient des villages et maisons. L’axe Bambari – Grimari est devenu en ce moment un « couloir de la mort » où il fait bon vivre pour les ex-combattants Séléka de l’UPC et les Anti-Balaka avec des attaques menées par ces derniers contre les véhicules de transport et des humanitaires. Viennent s’ajouter à cela, des rackets et rançonnements. Tout se passe comme si Kaga-Bandoro, Ndélé, Bambari, Bria et leurs environs sont devenus de nouvelles Républiques en RCA.

Malgré ces actes ignobles qui inquiètent tous les jours le peuple centrafricain, les Nations Unies, par la voix du représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, Parfait Onanga-Anyanga et du Porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, ont affirmé haut et fort en ces termes : « Il n’y aura ni coup d’Etat, ni partition du pays ». Cela met en évidence que les actes criminels que continuent de poser ces groupes armés récalcitrants que nous avons cités ci-haut, ne sont que la poursuite du vent. C’est pourquoi, nous leur disons que c’est inutile de persister dans les violences. Il y a toujours une fin à toute chose. Qui a songé un jour que les criminels patentés du Km5, « 50-50 » et Abdoul Danda, finiront par rendre leurs âmes comme leurs victimes ? C’est autant dire que nul ne peut vivre éternellement parce qu’il détient une arme. Hitler avec son idéologie machiavélique de conquérir l’Europe, voire le monde, n’est pas parvenu à la réaliser et a fini par se suicider. Ce sont là des leçons claires que ces leaders des groupes armés récalcitrants doivent apprendre, avant qu’il ne soit trop tard. Les Bemba, Hissein Habré ont terminé leur course à la CPI. C’est pour dire que tôt ou tard, la justice finira un jour par triompher sur tous les ennemis de la paix en RCA.

 

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire