« LE HCR ET LA PROTECTION INTERNATIONALE »,

Vendredi 16.06.2017 : 09H02

« LE HCR ET LA PROTECTION INTERNATIONALE », THEME DE LA CONFERENCE DEBAT A L’UNIVERSITE DE BANGUI

En prélude à la célébration de la Journée Mondiale des Réfugiés le 20 juin prochain, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) a organisé une conférence débat à l’intention des étudiants de l’Université de Bangui sur le thème : « Le HCR et la protection internationale ». La cérémonie d’ouverture de cette conférence débat s’est déroulée dans l’amphithéâtre, « François Bozizé Yangouvonda », en présence du secrétaire général de l’Université, représentant le recteur, de quelques enseignants ainsi que de nombreux étudiants.

Le Secrétaire général de l’Université de Bangui, dans son allocution pour la circonstance, a affirmé que l’Université de Bangui est en marche et que les étudiants doivent adopter un comportement sage sur le campus universitaire. Il a rappelé par ailleurs que le thème de cette conférence était d’une importance capitale face à la crise qu’a connue le pays avec des foyers des tensions au sein des communautés, obligeant de nombreuses personnes qui n’aiment pas la guerre à se réfugier sur d’autres continents ou à se déplacer dans d’autres localités du pays. Ces personnes ont des droits comme les autres, et doivent bénéficier de la protection de la population en général et de la jeunesse en particulier mais surtout des étudiants.

Créé le 14 décembre 1950 par l’Assemblée générale des Nations Unies, suite au déclenchement de la seconde guerre mondiale, faisant de nombreux réfugiés, le HCR joue le rôle d’assistance et de la protection auprès des personnes vulnérables affectées et touchées par les conflits. Selon l’exposant, Félicien Aubin Sourangba, assistant à la protection au HCR, le mandat du HCR définit le rôle et les fonctions de cette institution. Il s’agit notamment d’aider les gouvernements à fournir protection et assistance aux réfugiés dans le monde. Pour ce faire, trois (03) solutions durables sont possibles. Il s’agit du rapatriement volontaire quand les conditions minimums de sécurité et de dignité dans le pays d’origine sont remplies ; de l’intégration locale qui est la possibilité de vivre dans le pays d’accueil, tout en bénéficiant des droits fondamentaux et des libertés individuelles ; et de la réinstallation qui est le transfert d’un réfugié vers un pays tiers ayant accepté de l’accueillir.

Les personnes relevant du mandat du HCR sont : les réfugiés, les demandeurs d’asile, les apatrides ainsi que les déplacés internes. La protection internationale de ces personnes concerne le respect intégral de la jouissance des droits fondamentaux (Droit International Humanitaire, Droits de l’Homme…). La convention de 1951, relative au statut des réfugiés et son protocole additionnel de 1967 constituent les documents clés dans la définition du réfugié, ses droits et les obligations légales des Etats.

Toutefois, il ressortait des différentes préoccupations des étudiants que le HCR doit doubler d’effort pour jouer pleinement son rôle, concernant l’assistance et la protection des réfugiés et déplacés internes. Selon les témoignages de certains étudiants, certaines personnes réfugiées sur les territoires étrangers et qui se trouvent sur les camps, ne bénéficient pas de l’aide humanitaire qu’offre le HCR. Elles sont victimes de menace des autorités des Etats dans lesquels elles se trouvent. Quant aux déplacés internes, ils ne bénéficient pas d’une meilleure protection. Certains camps des déplacés internes ont été attaqués par les groupes armés qui brûlaient des personnes.

Mais l’essentiel à retenir est que lorsqu’on est réfugié ou déplacé interne, ce n’est pas une fin en soi. D’où le thème : « Rêves et espoirs d’un lendemain meilleur », retenu pour la célébration de la Journée Mondiale des réfugiés pour cette année 2017.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire