LA MINUSCA LANCE UN APPEL A L’UPC ET LE FPRC DE CESSER AVEC...

LA MINUSCA LANCE UN APPEL A L’UPC ET LE FPRC DE CESSER AVEC

LES VIOLENCES SOUS PEINE DE POURSUITE JUDICIAIRE

 

C’est l’essentiel tiré de la conférence de presse de ce mercredi 23 novembre 2016 aux environs de 11 heures. Cet appel a été lancé par Vladimir Monteiro, porte parole de la Minusca, suite aux affrontements meurtriers qui se sont déroulés dans la ville de Bria, le lundi 21 novembre 2016 entre les deux groupes dissidents de l’ex-coalition Séléka, l’UPC et le FPRC.

A en croire Vladimir Monteiro, « des affrontements meurtriers ont éclaté lundi matin entre le FPRC et l’UPC, faisant au moins seize (16) morts et des milliers de déplacés. Et selon les informations recueillies, il s’agit d’assassinats ciblés et d’exactions contre la « foulanie ». Plus de cinq (5.000) personnes déplacées ont trouvé refuge à proximité des installations de la base de la Minusca. Elles se trouvent en ce moment sous la protection des forces, des autorités locales et des représentants d’organisations humanitaires. La force de la Minusca protège également le camp des déplacés, situé près de l’aéroport où vivent quatre mille huit cent (4.800) personnes ».

Concernant des dispositions prises pour sécuriser les populations civiles, celui-ci a expliqué, « la Minusca vient de déployer des renforts à Bria. Un premier groupe des Casques Bleus était déjà arrivé à Bria le mardi 22 novembre 2016. Le second groupe est attendu le mercredi pour renforcer les dispositifs de la protection des populations civiles ». Pour  Vladimir, ces actes fondés sur des considérations ethniques et religieuses, selon les informations parvenues de la ville de Bria, constituent la violation du Droit International humanitaire (DIH), et donc de crimes contre l’humanité. Il a rappelé à l’UPC et le FPRC que : « Les auteurs de tels actes pourront faire l’objet de poursuite judiciaire devant les juridictions nationales ou internationales, au cas où ils ne cesseraient pas avec les violences » et que « la Minusca a déjà déployé un groupe d’enquêteurs à Bria pour faire la lumière sur ces évènements ».

L’UPC, dirigé par Ali Daras et le FPRC, sous contrôle de Nourredine Adam, sont les deux (2) branches issues de l’ex-coalition Séléka qui a renversé le régime de François Bozizé en mars 2013.

 

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire