JEAN-YVES LE DRIAN : « LA MINUSCA A UN...

Vendredi 04 /11/2016 : 12h01

JEAN-YVES LE DRIAN : « LA MINUSCA A UN MANDAT ROBUSTE »

Jean yves le drian 2Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, lors de sa visite à Bangui pour annoncer officiellement le retrait de l’opération Sangaris, a fait clairement savoir que la « Minusca a un mandat robuste ». L’inquiétude qui se lisait sur le visage des uns et des autres après le départ de la Sangaris a-t-elle trouvé une réponse dans cette déclaration ? Attendons de voir un plus clair pour en dire plus.

Mais pour notre part, nous osons espérer que cette fois-ci, la Minusca de Parfait Onanga-Anyanga va désormais mettre en exécution son « mandat robuste », car aujourd’hui, elle est seule sur le théâtre des opérations, en l’absence des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et de l’Opération Sangaris. Elle doit prouver aux yeux du peuple centrafricain et du monde que ses Casques Bleus sont capables d’assurer efficacement la protection des populations civiles qui est et demeure leur principale mission en Centrafrique. C’est ce que les Centrafricains du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest attendent impatiemment, car le sang a trop coulé sous le pont et continue de couler à flot.

Ce que nous demandons à la Minusca, c’est de respecter leurs principes : impartialité et neutralité dans la crise centrafricaine. Les Centrafricains ne veulent plus entendre dire que les Casques Bleus de la Minusca ont aidé tel ou tel groupe armé à attaquer un camp ou un autre. Ces soldats onusiens, si nos mémoires sont bonnes, sont des forces de maintien de la paix. Si deux camps s’affrontent, c’est à eux de s’y interposer pour éviter des pertes en vies humaines parmi les populations civiles. Car si deux éléphants se battent, ce sont les lianes et les herbes qui meurent, qui ploient sous leur fardeau. Donc, se mettre au milieu des deux camps évitera un bain de sang.

Les Centrafricains ont, à maintes reprises, affirmé haut et fort que les Casques Bleus sont passifs, attentistes face aux exactions des combattants des groupes armés sur les populations civiles. Cette accusation a été relayée par la presse nationale. Et les responsables de la Minusca ont pensé que les journalistes sont contre eux. Or, en réalité, il n’en est rien. Les journalistes centrafricains n’ont fait que leur travail, celui d’informer le public sur ce qui se passe. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian n’est pas passé par quatre (4) chemins pour dire que la Minusca a maintenant un mandat robuste. Cette déclaration n’est pas tombée dans les oreilles d’un sourd. Tous les Centrafricains savent dès à présent que la Minusca est robuste, gigantesque, costaud comme un baobab. Mais, on reconnaît un bon maçon au pied du mur.

Avant le propos de Jean-Yves Le Drian sur le mandat robuste de la Minusca, c’était Hervé Ladsous, Sous-secrétaire des Nations Unies pour le maintien de la paix qui avait annoncé tambour battant que la Minusca a atteint sa pleine capacité opérationnelle. Mais force est malheureusement de constater que cette « capacité opérationnelle » a fondu comme du beurre au soleil. Mais que sera t-il du « mandat robuste » de Jean-Yves Le Drian ? Seuls les jours à venir nous diront la vérité.

Mais les Centrafricains ne doivent pas penser que le « mandat robuste » de la Minusca doit leur permettre d’attaquer les groupes armés. S’ils pensent comme ça, ils se trompent largement. Nous devons tout simplement leur demander de protéger les civils qui seront attaqués par les va-t-en-guerre. Si possible, faire recours à la force pour les mettre hors d’état de nuire. Mais, dire à la Minusca d’attaquer les hors-la-loi ce serait prêché dans le désert du Sahara ou de San Pédro.

Il convient tout de même de dire aux Casques Bleus que les Centrafricains en ont marre de compter leurs morts et d’errer d’un lieu à un autre à la recherche d’un abris sûr. Tout cela doit impérativement se terminer avec « ce mandat robuste » dont dispose désormais la Minusca. Les groupes armés, de leur côté doivent comprendre aussi que le peuple centrafricain veut vivre en paix sur la terre de ses aïeux. Pour ce faire, ils ont l’obligation de créer des conditions favorables de vie à leurs concitoyens, et de permettre aux humanitaires de circuler librement sur l’ensemble du territoire national et de ne plus s’en prendre aux Casques Bleus de la Minusca.

Sinon, ce « mandat robuste » de la Minusca s’abattra sur eux comme la foudre venant du ciel et les consumera. Les groupes armés n’ont plus droit à l’erreur, nous osons le croire avec ce « mandat robuste ».

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire