FORUM CRANS MONTANA, DAKHLA AU MAROC :....

Jeudi 30.03.2017

FORUM CRANS MONTANA, DAKHLA AU MAROC : « VERS LA NOUVELLE AFRIQUE DU XXI EME SIECLE » ET L’AGENDA 2030

 

La future, la Nouvelle Afrique du XXIème Siècle, se construit dès aujourd’hui. C’est le sens de l’Agenda 2030 et le développement durable. Cela implique une nouvelle génération, une jeunesse plus ambitieuse connectée à un MONDE VERT. La Cop 22 est détonateur. Il faut une ferme volonté politique englobant la société civile, les femmes, et le secteur privé.  « Nous devons combattre les changements climatiques en unissant nos forces. Bientôt 2020, nous devons prouver que nous pouvons réaliser cet objectif du développement durable en 2030 », a déclaré le Président de la République du Vanuatu, Monsieur Moustapha Cissé LO qui enchaîne, en tant que représentant du parlement de la CEDEAO. Il y a un désir commun de vivre ensemble au sein de la CEDEAO. Cette organisation communautaire compte 15 Etats, 115 députés avec son siège à Abya au Nigéria. La Coopération sud-sud implique la solidarité, le développement économique et social, la sécurité alimentaire. Les grands défis sont les changements climatiques, l’eau et l’agriculture, enfin les financements. Le développement durable est inclus dans le développement global. L’agriculture et la sécurité alimentaire sont fondamentales. L’agriculture joue un rôle pilote dans la coopération africaine. Le triple « A A A »   est  une expérience marocaine qui pourra servir aux autres pays. Sol et aménagement durable vont ensemble, notamment l’impact de la population sur l’environnement. Le chargement climatique est l’augmentation du degré de chaleur jusqu’à 4°. Comment évaluer les changements climatiques, c’est par la dégradation des sols à travers la sécheresse. La Couverture végétale d’un côté, l’érosion aggravée de l’autre, réduisent les rendements des récoltes. Les pratiques des fermières devient un cercle vicieux, d’où une sévère dégradation des sols. La restauration des sols devient un aspect très critique. Dégradation des sols, sécheresse, santé des plantes, des eaux, des écosystèmes, revêtent un caractère primordial.

5000 particules par millions soit 320 GIGATONES de carbone émis dans l’atmosphère. Le gâteau de carbone sera-t-il équitablement divisé ? L’Afrique doit développer l’irrigation, de nouvelles variétés agricoles, et les insecticides. Il n’y a pas d’accès au crédit agricole, le déficit d’informations et pire encore, l’ignorance. C’est l’objectif de la coopération sud-sud, sur un plan horizontal, égalitaire, sur fond de transparence, de la confiance et de la complémentarité. Il faut des fonds disponibles pour l’agriculture. L’expérience, du TRIPLE « AAA » marocaine a émerveillé les participants, car elle englobe les ONG, le secteur privé et les communautés. L’eau est un grave problème en Afrique : l’eau bleu, l’eau grise, l’eau noire (contaminée), l’eau verte. Il faut recycler les ressources en eau. L’eau virtuelle est contenue dans le soja. Produire davantage avec moins de produits fertilisants, de ressources.

Selon Gandhi, il y a sept (7) péchés en politique. A titre d’exemple, « la politique sans principe » et 16 personnes meurent de faim par minute. 06 hectares par jour ne sont plus productifs. Le gaz à effet de serre fait 01 milliard de joule par minute. L’accroissement urbain vient se greffer à la liste des maux. La technologie sans sagesse, une humanité sans conscience, nous devons gérer nos ressources avec intelligence. Selon le professeur LALL, se souvenant du livre de René Dumond « L’Afrique est mal partie », affirme au jour d’aujourd’hui que cet ouvrage est vrai, réel. L’agriculture intensive prend beaucoup de personnes mais 75% de paysans sont incapables de nourrir 100% de population. L’exode rural est en marche et les capitales sont bourrées. Un père de famille ne peut pas dire qu’il ne connaît pas les problèmes de ses fils. La chute des prix sur le marché mondial, n’arrange pas le sort des produits agricoles. Il faut changer. Aucun aménagement en agriculture en Afrique. Combien de pays accordent à l’aménagement des sols, une importance ? Un pays tiers, nous ne citons pas, a estimé qu’il faut mécaniser l’agriculture pour doper la production. Des milliers de tracteurs ont été commandés. Malheureusement, ces tracteurs ont servi aux transports et non à l’agriculture, parce que les pays n’étaient pas préparés. Les mentalités ne peuvent changer que par la bonne pédagogie agricole. Il faut une bonne approche pour éduquer, sensibiliser le paysan et la population. La CEDEAO a un passeport, une carte d’identité biométrique, mais plus de 150 barrières légales et illégales. Les usagers sont victimes de l’escroquerie à grande échelle.

La RCA ne connaît pas la sécheresse au même degré que les pays du sahel et du désert. Elle a toutes les potentialités pour être le grenier agricole de l’Afrique. La RCA a été victime pendant plus de 55 ans des sept (7) péchés énumérés par Gandhi. L’agriculture s’est effondrée. Quant au financement agricole, c’est encore du domaine du rêve. L’assurance agricole aux paysans, personne n’en a entendu parler en RCA, depuis que Dieu a créé les cieux et la terre. Et pourtant, la RCA a connu des années de gloire en agriculture : coton, café, maïs, arachides, sésame.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire