FRANCIS BOZIZE EST-IL REELLEMENT REINTEGRE AU SEIN DES FACA ?

Vendredi 23 déc. 2016 : 10H58

FRANCIS BOZIZE EST-IL REELLEMENT REINTEGRE AU SIEN DES FORCES ARMEES CENTRAFRICAINES (FACA) ?

 

Des rumeurs circulent partout ces derniers temps faisant état de la réhabilitation de Jean Francis Bozizé, ancien ministre de la défense nationale au sein des Forces Armées Centrafricaines. Francis Bozizé était arrivé à Bangui le 04 août 2016 à bord du vol Kenya Air Ways. Le 06 août, il s’est rendu lui-même à la Minusca, réveillant le mandat d’arrêt international qui l’a conduit d’abord à la Section des Recherches et d’Investigations (SRI) ou il a passé trois (3) nuit, avant d’être conduit devant le parquet du Tribunal de Bangui, puis auditionné et placé en liberté provisoire sous contrôle judiciaire.

Quelques temps après, nous avons appris que Francis Bozizé a été réintégré au sein des Forces Armées Centrafricaines, par décret du chef de l’Etat, le professeur Faustin Archange Touadéra. La défense de Jean Francis Bozizé, constituée de maîtres Jean Louis Opalagna et Henri Pouzère avait animé une conférence de presse le vendredi 16 décembre 2016 aux environs de 10 heures à l’hôtel Somba à Bangui. Durant cette conférence de presse, ils ont affirmé haut et fort devant les professionnels des médias que Francis Bozizé a été bel et bien réintégré au sein des FACA sur  ordre du président de la république. Ce qui est bizarre lors de cette conférence, c’est que la défense n’a pas produit de preuve, ne serait-ce que la copie du décret pris par le chef de l’Etat, autorisant la réintégration de leur client parmi les FACA.

Deux (2) jours après la conférence de presse c'est-à-dire le lundi 19 décembre, le gouvernement a réagi sur les ondes de la station nationale en faisant le démenti que Francis Bozizé n’est pas réintégré au sein des FACA car il est sous poursuite judiciaire. Et la défense de Francis Bozizé n’a pas encore réagi jusque là, à ce démentit du gouvernement pour éclairer la lanterne du public centrafricain. C’est pourquoi, nous nous interrogeons de la sorte : Francis Bozizé est-il réellement réintégré ou non au sein des FACA ? Qu’on nous le dise clairement.

Mais pour notre part, il revient à la défense de Jean Francis Bozizé d’apporter la preuve de la réintégration de leur client dans le rang des FACA. C’est de là que le centrafricain lambda peut connaître la réalité des faits et avoir le cœur net. Certes, Francis Bozizé est un officier supérieur. Rien n’empêche les autorités centrafricaines de le réintégrer dans l’armée nationale. Mais le problème est que Francis Bozizé est visé par le mandat d’arrêt international. C’est pourquoi, il est impensable, qu’on puisse le réintégrer parmi les FACA. La procédure judiciaire est déclenchée, et cela doit prendre du temps. Ce n’est qu’après un véritable procès qu’on peut connaître si le présumé auteur est coupable ou non. Or, Francis Bozizé est encore en phase d’interrogatoire que brusquement sa défense s’agite et demande coute que coute la libération de son client. Les cas des Bemba, Hissen Harbré et bien d’autres sont encore là pour nous édifier. Pour rassembler toutes les preuves et déclencher le procès, cela a mis beaucoup de temps. Mais au finish, la justice a fini par triompher. C’est autant dire que les Bozizés, Séléka et Anti-Balaka doivent tôt ou tard expliquer au peuple centrafricain la raison de sa souffrance. Et la Cour Pénale Spéciale va  prendre tout son temps à fouiller, sarcler, bêcher du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest pour traquer tous les auteurs, coauteurs et complices des plus graves violations des droits de l’homme en RCA. 

La tolérance zéro et l’impunité zéro. C’est ce qu’attendent de voir le peuple centrafricain, les Nations-Unies, les Etats-Unis, la Communauté Internationale.

 

Amedé NGUETE

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×