DIAGNOSTIC DE L’ENERCA PAR LE MINISTRE MBOLI-FATRANE ET BENDIMA

Lundi 26 Déc. 2016 : 10H39

DIAGNOSTIC DE L’ENERCA PAR LE MINISTRE MBOLI-FATRANE ET LE DIRECTEUR GENERAL BENDIMA

Ministre mboli fatrane et dg enerca bendima

L’Etat d’avancement des travaux de réhabilitation de Boali 1 et la centrale thermique de Bangui, a fait l’objet d’une conférence de presse, co-animée par le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Mboli Fatrane et le Directeur Général (DG) par intérim, Thierry-Patient Béndima. Cette conférence de presse s’est déroulée dans la salle de conférence de la direction générale de l’ENERCA, ce jeudi 22 décembre 2016, aux environs de 14 heures. Plusieurs hauts cadres de cette société d’Etat y ont pris part.

Dans son propos liminaire, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Mboli Fatrane a annoncé une série d’actions qui sont déjà mises en œuvres au sein de l’ENERCA, à savoir la réhabilitation de Boali 1 dont les travaux sont à 95 % et celle de la centrale thermique de Bangui qui se situe aujourd’hui à 98 % de sa réalisation ; le renforcement des alternateurs ; le financement par la Banque Mondiale de certains travaux ; le remplacement des turbines. Mboli Fatrane s’est dit satisfait du travail qui consiste à réhabiliter Boali 1 et la centrale thermique de Bangui. Ensuite, il s’est appesanti sur les fonds consentis par les partenaires au développement qui n’ont hésité un seul instant à répondre à l’appel. Nous citons entre autres, l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque Mondiale qui assistent l’Enerca depuis 2008 et 2009 car elles ont pu identifier une série d’actions à mettre en exécution, notamment dans le domaine des installations de cette société qui datent des années 1965. Toutes ces actions, selon le ministre, consistent à pallier aux questions récurrentes de délestages dans la ville de Bangui. Il n’a pas manqué aussi de louer et de saluer les efforts de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui a accordé un financement d’environ deux milliards cinq cent millions de francs CFA (2.500.000.000 FCFA) à l’Enerca. L’Etat centrafricain a contribué également à hauteur 600.000.000 FCFA dans l’achat de carburant pour faire tourner la centrale thermique de Bangui. Tous ces financements, d’après le ministre, doivent permettre à l’Enerca de réduire sa charge d’exploitation.

Mboli Fatrane a fait aussi clairement savoir que le gouvernement déploie des efforts considérables pour l’électrification du pays. « Conformément aux objectifs du président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin Archange Touadéra, le gouvernement que dirige le premier ministre, Mathieu Simplice Sarandji, travaille d’arrache pied pour mettre en œuvre les anciens et nouveaux projets qui sont le champ solaire, le dédoublement de Boali 2, l’étude de faisabilité… et l’électrification très prochaine de la ville de Béloko à partir du Cameroun », a-t-il indiqué. S’agissant de la facture prépayée, le ministre a affirmé que c’est un processus irréversible. Il a terminé ses propos en remerciant la BAD, la BM et l’AFD qui ne ménagent aucun effort pour le développement de l’Enerca.

Abordant les questions des professionnels de média, Mboli Fatrane de dire, « Nous sommes en pleine renégociation avec les Chinois pour la reprise des activités de Boali 3 qui étaient presque à son terme (95 % de sa réalisation) et qui se retrouvent aujourd’hui à 10 %. Il y a aussi le projet de Lobaye. Tous ces projets se font en commun accord. Ce n’est pas en un laps de temps que toute la RCA sera électrifiée. La solution durable aux problèmes d’électricité en RCA, reste et demeure l’hydro-électricité et l’énergie solaire. Pour le développement de l’Enerca, chacun doit s’assumer, c’est-à-dire payer ses factures d’électricité car beaucoup de personnalités ne paient pas leurs factures. Une autre chose, il faut restructurer le fonctionnement de l’Enerca et intégrer la question d’électrification rurale ».

Le ministre Mboli Fatrane a évoqué aussi l’épineuse question de fraude et de vandalisme dont souffre l’Enerca. « Le gouvernement a initié une loi anti-fraude en 2012 – 2013. Une loi est en cours d’adoption à l’Assemblée Nationale pour punir tous ceux qui vandalisent les installations de l’Etat et font des fraudes. Le gouvernement y veille et n’abandonne pas l’Enerca », a-t-il noté. « Dans les cinq (5) années à venir, il y aura un léger pour les Centrafricains dans le domaine d’électricité », a conclu le ministre Mboli Fatrane.

Quant au DG par intérim, Thierry-Patient Béndima, il a indiqué que ses priorités s’articulent autour des stratégies de relance et de lutte contre le vandalisme et la fraude. « Le délestage intervient souvent parce que, ce que nous produisons, ne permet pas de répondre aux besoins de la population. Les travaux en cours visent à renforcer les capacités existantes. Ils nous permettent de garantir les huit (8) heures de distribution. Les employés de l’Enerca qui ne respectent pas les dispositions, seront sanctionnés aussi », a-t-il souligné. Il a aussi rappelé la mission de l’Enerca tout en demandant à la population de sécuriser ses installations. « La mission de l’Enerca est de produire et de  distribuer l’électricité. Il est du devoir de tout un chacun de nous de sécuriser, protéger les installations de cette société d’Etat », a fait savoir le DG Béndima.

Il est à noter que cette conférence de presse a eu lieu quelques jours avant la cérémonie de fin des travaux de réhabilitation de Boali 1 et de la centrale thermique de Bangui.

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire