CEREMONIE DE FIN DE FORMATION OPERATIONNELLE DES 195

Lundi 26 Déc. 2016 : 09H41

CEREMONIE DE FIN DE FORMATION OPERATIONNELLE DES 195 ELEMENTS DES FACA DU B.I.T.3 AU CAMP KASSAI

195 elements faca

Débutée le 19 septembre 2016, quatre (4) jours après que la Mission Européenne de Training (EUTM) a pris le relai de l’EUMAM, c’était finalement le vendredi 23 décembre 2016 que la formation des 195 éléments du Bataillon d’Infanterie Territoriale (BIT 3) des Forces Armées Centrafricaines (FACA) a pris fin. La cérémonie de clôture d’entraînement opérationnel de ces militaires centrafricains par l’EUTM a été présidée par le ministre de la Défense Nationale, Joseph Yakété. A ses côtés, on notait la présence du chef d’Etat-major des armées, le général Ludovic Ngaïfeï, du commandant de l’EUTM, le général Hautecloque, de l’inspecteur général des armées, le général Dolo Waya, de l’ambassadeur de France, Christian Bader, du premier conseiller à l’ambassade de Chine, de la représentante du Secrétaire général des Nations-Unies, du représentant de la CEEAC et de plusieurs personnalités tant nationales qu’internationales.

Tout a commencé par les démonstrations de tout ce que cette première compagnie du BIT3 a appris lors de cette formation d’entraînement opérationnel. Il s’agissait en premier lieu d’entraînement aux champs de tir. Quelques soldats formés sont passés tour à tour pour viser le cible qui se trouvait à quelques 80 mètres du lieu où ils se tenaient. Ensuite, toutes les personnalités invitées sont revenues au Camp Kassaï. Secundo, un autre militaire a présenté un bac à sable contenant le plan d’un quartier. L’idée de manœuvre, c’était de surprendre l’ennemi et de le détruire. Et la mission confiée aux subordonnés est de s’emparer successivement des bâtiments où sont retranchés les ennemis. La troisième démonstration sur le terrain de football du Camp Kassaï s’articulaire autour de cross combat ou combat corps à corps. La quatrième était un exercice de libération des otages. L’idée était de s’emparer des positions des ennemis et de libérer les otages. La cinquième démonstration, c’était l’exercice de contrôle des véhicules sur le check-point dans le cas du terrorisme : il s’agit ici de neutraliser le véhicule et d’y faire les fouilles. Et le dernier exercice consistait pour les soldats de passer sur des cordes. C’est tout simplement d’apprendre des gestes de réflexes. Toutes ces démonstrations ont eu lieu en présence du ministre de la Défense et de tous les invités.

Après toutes ces démonstrations, le ministre de la Défense Nationale, le chef d’Etat-major des armées et le général commandant la mission EUTM, ont animé conjointement une conférence de presse. Nous y reviendrons en détail dans notre prochaine parution.

Il est à noter que trois (3) discours ont ponctué cette cérémonie. Prenant la parole en première position, le capitaine Massé, chef de corps du BIT 3 a indiqué que les formations reçues par la première compagnie du BIT3 seront textuellement appliquées sur le terrain. Il a par ailleurs signifié que la formation s’est déroulée autour des modules suivants : exercices de reflexe des soldats, secourisme au combat, combat corps à corps, tirs …

Intervenant à son tour, le général de division commandant l’EUTM s’est dit fier de cette formation. Pour lui, les objectifs fixés pour cette formation, à savoir contrôler une zone, s’adapte à la réalité centrafricaine. Il a noté avec satisfaction l’engagement individuel et collectif et la volonté des militaires formés à reconstruire l’armée centrafricaine. Il a prodigué des conseils aux soldats formés en ces termes, « répondez aux attentes des populations quand vous serez sur le terrain. Être un soldat, c’est respecter la population, les droits de guerre et d’humanité. Entretenez vos compétences ». 

Le dernier intervenant était le général Ludovic Ngaïfeï. Dans son discours de circonstance, il a fait savoir aux militaires que l’heure n’est plus au discours mais plutôt à l’action. Il a demandé au gouvernement de tout faire pour mettre à la disposition des FACA, les moyens de formation et d’entraînement. Il a exhorté les FACA à être disciplinées et à mettre en application ce qu’elles ont appris. « Travaillez et mettez en exergue tout ce que vous avez appris. Surpassez-vous. Il faut avoir la discipline. Le mal qui gangrène l’armée nationale, c’est l’indiscipline. Personne ne peut protéger notre pays mieux que nous », a-t-il noté. A la Communauté internationale, il leur a demandé de faire confiance à notre armée.

C’était la remise de certificat de fin d’entraînement opérationnel aux 195 soldats formés du BIT 3 et des cadeaux aux méritants que la cérémonie s’est achevée aux environs de 12 heures.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire