CATASTROPHE HUMANITAIRE : L’ALGERIE ET LA HAINE DES MIGRANTS...

Lundi 12 Décembre 2016 : 11H15

CATASTROPHE HUMANITAIRE : L’ALGERIE ET LA HAINE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS

A un moment où les Etats africains cherchent des solutions aux problèmes de développement, à travers des politiques volontaristes visant à améliorer la situation sociale et économique de leur population ; à un moment où la croissance économique constitue la principale préoccupation des Etats africains pour assurer à leurs peuples quiétude et prospérité, certains pays comme l’Algérie par contre naviguent à contre-courant de la démocratie, du développement et du respect des droits humains. Pour preuve, récemment, un évènement des plus douloureux s’est produit en Algérie et a défrayé la chronique contre les migrants subsahariens. Des êtres humains ont été ramassés dans la rue, entassés dans des véhicules sans ménagement, déportés à Tamanrasset et au Niger, sans autre forme de procès.

Personne n’a eu le temps d’aller faire sa valise, prendre ses biens. Les forces de l’ordre étaient rudes, intraitables, inhumaines, sans foi ni loi : « l’opération d’expulsion massive a commencé la nuit du jeudi 1er décembre dans la capitale algérienne. Sa brutalité est telle que France 24 l’a qualifiée de « Chasse à l’homme noir ». « Outre les migrants en situation irrégulière, la vague d’arrestations systématiques n’a pas épargné ni les migrants en situation régulière, ni les femmes enceintes, les enfants et les nouveau-nés. Même les détenteurs de cartes de refugiés (HCR) ont été arrêtés dans les rues, dans leurs appartements, ainsi que sur les chantiers de construction (parfois commandés par l’Etat) où ils travaillent ». Jeune Afrique va plus loin et parle d’une « traque de gibier africain ». Un représentant des Droits de l’Homme, rattaché à la Présidence algérienne, M. Farouk KSENTINI, a déclaré que «  la présence des migrants et des réfugiés africains dans plusieurs régions du pays peut causer plusieurs problèmes aux algériens », précisant que « nous (algériens) sommes exposés au risque de propagation du SIDA ainsi que d’autres maladies sexuellement transmissibles à cause de la présence de ces migrants… Ces maladies sont considérées comme quelque chose d’habituel et de normal par cette communauté ». Les médias tant africains qu’européens «  ont condamnés unanimement un coup de filet arbitraire, raciste et violent. »

Quelle tête auront les autorités algériennes en Afrique subsaharienne, dans les instances régionales, sous régionales, à l’Union Africaine et aux Nations Unies ? Il faut saluer les actions des pays où il n’y a pas de politique de migration comme les deux Congo, le Cameroun, la RCA (à prendre comme modèle), le Royaume du Maroc, la Tunisie, Sénégal, des pays ouverts à l’acceptation de l’autre. Les propos des autorités algériennes sont racistes foncièrement et constituent une négation totale des Droits de l’Homme et des droits de la personne humaine pour tout dire. Comment pourra-t-on construire les « Etats Unis » d’Afrique, si l’Afrique rejette l’Afrique ? l’Union Africaine (UA) a du pain sur la planche.

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×