COUP DUR : LE MALAWI DESAVOUE LA FAMEUSE ...

Mardi 16.05.2017 : 09H56

COUP DUR : LE MALAWI DESAVOUE LA FAMEUSE ET PSEUDO « REPUBLIQUE ARABE SAHRAOUI DEMOCRATIQUE (RASD) »

 

Le Polisario a le bec dans l’eau. Le Malawi désavoue publiquement les prétentions séparatistes du Polisario, quant au Sahara marocain. C’est un coup dur qui marque la fin de l’ère Polisario. La fameuse et pseudo RASD n’est plus en odeur de sainteté depuis le retour en force du Royaume du Maroc dans la grande famille africaine, depuis le 28e Sommet de l’Union Africaine en janvier 2017. Selon le Portail panafricain de  Johannesburg, « Les thèses des séparatistes du Polisario ne trouvent plus preneur en Afrique ». C’est autant dire que les séparatistes de la « RASD » sont de plus en plus isolés, tant en Afrique que dans le monde entier. C’est dans cette logique que le Malawi, par la voix de son ministre des Affaires Etrangères, monsieur Francis Kasayla, a retiré sa reconnaissance à la fantomatique « RASD », le 05 mai 2017. Selon le ministre du Malawi, « Notre pays veut contribuer positivement au processus mené par les Nations Unies en maintenant une position neutre sans porter un jugement prématuré sur cette question ».

Le Portail panafricain précise en outre que « l’organe décisionnel de l’ONU a contraint le Polisario à retirer ses milices de la zone tampon de Guergarat, sur la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, ajoutant que la résolution 2351 du Conseil a également consacré la prééminence du plan d’autonomie proposé par le Maroc, le qualifiant de base crédible pour une solution au conflit du Sahara ». Les Etats-Unis de leur côté, enfoncent le clou au Polisario.

« La loi budgétaire 2017 des Etats Unis, adoptée par le Congrès et promulguée par le président Donald Trump, prévoyant que les fonds destinés au Maroc sont également utilisables au Sahara marocain », affirme Médafricatimes qui ajoute que « cette mesure intervient après le soutien américain exprimé par Washington au plan d’autonomie marocain lors des débats ayant suivi l’adoption de la résolution 2351 au Conseil de sécurité ». Pour Medafricatimes, «  il est temps pour le régime algérien de réaliser que les thèses séparatistes qu’il soutient, n’ont plus aucune raison d’être ». La loi budgétaire américain va plus loin, et pousse l’Administration américaine à soutenir les investissements du secteur privé au Sahara marocain. Dans une précédente édition, nous avions dénoncé les détournements monstrueux de l’aide humanitaire par le Polisario et vendue dans les pays voisins. Les populations séquestrées depuis plusieurs décennies dans le camp de Tindouf dans le Sud-ouest de l’Algérie, sont de véritables vaches à lait des dirigeants sans scrupule du Polisario. La loi budgétaire américaine 2017 fait aussi allusion à ces détournements. Les jours du Polisario sont désormais comptés, afin de libérer les populations séquestrées. Le Royaume du Maroc qui a toujours été dans son droit, retrouve peu à peu son intégrité territoriale et sa souveraineté totale.

 

 Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire