UNE GRENADE LANCEE PAR DES INDIVIDUS SUR UNE MOTO

Vendredi 03/08/2018 : 09H40

UNE GRENADE LANCEE PAR DES INDIVIDUS SUR UNE MOTO AU NIVEAU DU PONT SICA-BOIS A BANGUI, FAIT 04 BLESSES DONT 02 GRIEVEMENT

Linguissara ministre securite publique 3Les incidents sur les avenues de Bangui et les routes dans l’arrière-pays refont surface. Après l’assassinat crapuleux, odieux et criminel des trois (3) journalistes russes par des hommes enturbannés sur l’axe Sibut-Dékoa, dans la nuit du lundi 30 au mardi 31 juillet dernier, un autre incident s’est produit sur l’avenue Barthelemy Boganda à Bangui.

En effet, dans la nuit du mercredi 1er août 2018, aux environs de 20 heures, deux (2) individus sur une moto ont lancé une grenade sur des jeunes. L’acte s’est produit au niveau du pont Sica-Bois, là où stationnent certains taxis et taxis-motos, non loin du siège des Nations Unies à Bangui, en face de MSF Hollande. Selon les témoignages recueillis sur place, une moto sur laquelle est assise deux (2) individus a quitté le quartier Lakouanga à destination du Km 5. Arrivé à cet endroit, l’individu qui est assis derrière le conducteur de la moto a sorti une grenade et l’a lancée sur des jeunes qui travaillent dans un lavage de motos et voitures. Ce jet de grenade a fait quatre (4) blessés parmi ces jeunes dont deux (2) grièvement. Ils ont été admis à l’hôpital et y suivent des soins à l’heure actuelle. Les auteurs de cet acte criminel, toujours sur leur moto, sont entrés dans le Km 5.

Tôt dans la matinée du jeudi 02 août, des jeunes sont sortis sur l’avenue Boganda à l’endroit où le drame a eu lieu. Ils ont intercepté une moto d’un sujet musulman. La tension a monté d’un cran. Les Casques Bleus de la Minusca sont intervenus pour éviter tout débordement. Ils ont fait sortir des véhicules et des chars blindés et les ont stationnés devant leur siège. De BONUCA (Bureau de l’Organisation des Nations Unies en Centrafrique) en allant vers le Km 5, la circulation n’est pas tellement fluide. Les voitures et les gens y passent quand même. Les Forces de Sécurité Intérieure (gendarmes et policiers) sont aussi déployées sur le lieu. Jusqu’au moment où nous mettons cet article sous presse, aucun incident n’est signalé.

Pour votre gouverne, des grenades avaient été jetés aux quartiers Pétévo et Fatima dans le 6ème arrondissement de la ville de Bangui. Au courant de cette année 2018, d’autres grenades avaient été lancées dans un bar (ex-Château Bleu au niveau du rond-point 5ème), où musulmans et non musulmans s’étaient réunis pour la cohésion sociale. Tous ces actes barbares avaient été commis par des individus sur des motos. Il y avait eu de nombreuses victimes.

Face à la montée en puissance de ces jets de grenades sur les populations civiles par des compatriotes malintentionnés et qui se soldent le plus souvent par des pertes en vies humaines et de nombreux blessés, le gouvernement doit prendre des mesures qui s’imposent. Dans un premier temps, il doit interdire à tous les conducteurs de taxis-motos de circuler au-delà de 18 heures. Dans un second temps, les FSI doivent être déployées sur les grandes artères. Leur mission principale sera de fouiller tous les véhicules, ainsi que les sacs que portent des individus sur des motos à des heures tardives. C’est seulement de cette manière que le gouvernement réduira ce phénomène de jets de grenades. Faut-il aussi que ces FSI fassent normalement leur travail. Car, c’est avec regret que nous constatons que, au lieu de se contenter de fouiller les sacs, ces FSI demandent les papiers des véhicules et des engins à deux (2) roues aux propriétaires. Ceux qui n’en ont pas doivent leur glisser quelques billets de banque avant de continuer leur chemin. Ce qui fausse notablement la mission qui leur est dévolue. Dans ce cas de piètre figure, comment voulez-vous que des individus sur des motos ne balancent des grenades sur des paisibles citoyens ?

Quant à ceux qui sont trop enclins dans ces pratiques, nous leur disons qu’ils n’y sortiront jamais grandis. Car il est dit dans les Saintes Ecritures, « Qui tue par épée, périra par épée ». A bon entendeur, salut !

 

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×