UN RAPPORT D’ENQUETES DE L’ONU DE PLUS DE 400 PAGES

Jeudi 01 juin 2017 : 08H54

 UN RAPPORT D’ENQUETES DE L’ONU DE PLUS DE 400  PAGES SUR LES

EXACTIONS COMMISES EN RCA ENTRE 2003 ET 2015 : 620 EVENEMENTS

VIOLENTS SONT REPERTORIES

Boz djotoL’organisation des Nations Unies (ONU), vient de rendre public le rapport d’enquêtes sur les exactions commises en RCA entre 2003 et 2015. Les résultats de ces enquêtes  de la Minusca, ont été diffusés sur les ondes de la radio France Internationale (RFI), le mardi 30 mai 2017. Selon ledit rapport d’enquêtes de l’ONU, « 620 évènements violents sont répertoriés entre 2003 et 2015 en RCA. Il s’agit entre autres, de tueries, des exécutions sommaires, des tortures des civils, de viols des femmes et filles, des incendies de maisons et villages entiers, des destructions et pillages systématiques des édifices publics et privés, d’enrôlement forcé des enfants soldats et bien d’autres actes criminels. Ces graves violations des droits fondamentaux humains sont imputables aux Forces Armées Centrafricaines (FACA) sous le régime du  déchu président François Bozizé, à la nébuleuse coalition Séléka de Michel Djotodia, à la milice Anti-Balaka et autres groupes armés œuvrant en RCA ».

A en croire un haut responsable onusien sur RFI, «  pour mettre fin à toutes ces exactions en RCA, il faille accélérer la procédure de l’opérationnalité effective de la Cour Pénale Spéciale (CPS). Ce rapport d’enquêtes est fait sur le terrain à base des documents publics, mais aussi des documents confidentiels, et devait servir de base de données au procureur de la CPS dans l’ouverture d’enquêtes judiciaires contre les présumés auteurs, co-auteurs et complices de ces exactions commises en RCA ».

C’est une bonne nouvelle pour tout le peuple centrafricain en général, et les victimes de la crise en RCA en particulier. Etant donné que l’ONU réfute toute idée « d’amnistie » et table sur « l’impunité zéro » en RCA, c’est donc un signal fort lancé par l’ONU à tous les groupes armés et bourreaux du peuple centrafricain : la justice doit faire son travail en disant le droit, rien que le droit au nom du peuple centrafricain et dans l’intérêt général de la nation.

Pour votre gouverne, la CPS prend à son compte toutes les exactions commises en RCA à partir du 15 mars 2003 jusqu’à nos jours.

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire