UN CAS D’INCENDIE SIGNALE ENCORE SUR LE SITE DES DEPLACES...

Jeudi 03/02/2017 : 22H10

UN CAS D’INCENDIE SIGNALE ENCORE SUR LE SITE DES DEPLACES DE KAGA-BANDORO

Deplaces camp mpoko 22d13

Le mercredi 01 février 2017, un cas d’incendie a été signalé dans le site des déplacés de la ville de Kaga-Bandoro, située au Centre Nord de la République Centrafricaine. D’après un chauffeur d’un organisme international joint au téléphone et qui était témoin oculaire de l’incendie, « l’origine de cet incendie serait due à l’inattention d’un ménage qui réside sur ce site des déplacés. Notons que ce n’est pas pour la première fois qu’un tel incident s’est produit sur ce site. Au mois de novembre dernier, l’ancien site où se trouvaient les déplacés de Kaga-Bandoro était attaqué et incendié par des combattants du MPC. La situation était alarmante. Des maisons construites en bâches par les organismes internationaux qui s’occupent des déplacés sur le site étaient parties en fumée. Des pertes en vies humaines et matérielles étaient enregistrées, des personnes étaient asphyxiées sous des bâches comme des rats. La situation était catastrophique. Mais pour ce cas d’incendie du 1er février 2017, grâce au secours de certains humanitaires œuvrant dans cette ville, les victimes de cet incident ont été transportées en urgence à l’hôpital préfectoral de Kaga-Bandoro où ils subissent en ce moment des soins intenses. Le sort des victimes de cet incendie est triste et lamentable. Certains ne savent quoi faire ».

Notons que les déplacés du site de Kaga-Bandoro sont majoritairement des personnes qui résident dans cette ville et ceux des villages environnants. Ils ne vivent que de l’agriculture. Or, depuis quelques années, ils ne peuvent vaquer à leurs occupations quotidiennes et sont cantonnés dans le site à cause de l’insécurité grandissante perpétrée par les mercenaires qui contrôlent cette ville. Ils ont de sérieuses difficultés. D’autres n’ont qu’un seul habit pour cacher leur sexe. Leur mode de vie ressemble a celui des premiers hommes qui vivaient dans des cavernes et grottes. Ils lancent un appel à l’endroit du gouvernement, des organismes internationaux et les ONGs œuvrant en RCA pour leur porter main forte.

Nous sommes en période de saison sèche. Les feux de brousses sont fréquents dans l’arrière pays. En cas d’incendie, c’est le pire, comme si l’on a mis de l’huile sur le feu. Un  proverbe dit «  la prudence préserve la vie ». Les déplacés du site de Kaga-Bandoro ont l’obligation d’être désormais prudents, afin d’éviter qu’un tel cas de catastrophe se répète..

 

Delsya NZAPAGAZA

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire