TOUADERA, L’HOMME DE LA PAIX, DU DIALOGUE, DE LA COHESION S..

Jeudi 05.01.2017 : 09H44

TOUADERA, L’HOMME DE LA PAIX, DU DIALOGUE, DE LA COHESION SOCIALE : QUI DIT LE CONTRAIRE ?

Touadera 5

Touadéra a accédé à la magistrature suprême de l’Etat le 30 mars 2016, après sa brillante élection par le peuple centrafricain au mois de février 2016. Depuis lors, il n’a prôné que la paix, la cohésion sociale, le dialogue tant avec les groupes armés que les Centrafricains de toutes les couches sociales,

La paix

« La paix n’a pas de prix », dit-on. C’est pour autant dire qu’on ne peut pas l’acheter puisqu’elle n’est pas évaluée. De plus, sans la paix, il n’y a pas de développement. Et le président de la République, Chef de l’Etat, professeur Faustin Archange Touadéra fait de la paix et de la sécurité son cheval de bataille. Depuis qu’il est au pouvoir, il s’est investi à fond pour le retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique. Les Centrafricains, épris de paix, soucieux de l’avenir du pays, œuvrent aujourd’hui pour la paix. Si le Km 5 est revenu à la normale, c’est l’œuvre de certains fils du pays, de vrais patriotes qui ont l’amour de leur nation.

De mauvaises langues disent que Touadéra n’a rien fait pour ramener la paix et la sécurité en Centrafrique. Nous disons pour notre part que Touadéra à lui seul ne peut tout faire. Un adage dit, « l’union fait la force ». Unissons-nous dès à présent autour de notre président. Ensemble, nous trouverons des voies et moyens pour que la paix que nous cherchons depuis fort longtemps, revienne en RCA. Mais si nous disons que la sécurité et la paix ne nous concernent pas, c’est l’affaire de l’Exécutif, combien de Centrafricains ont été nommés membres du gouvernement ? Avec cette poignée d’individus sur plus de 4 millions de Centrafricains, que peuvent-ils réellement faire ? Aidons notre président à ramener la paix en RCA, car c’est un homme de paix. Il n’a jamais emprisonné un individu, puisqu’il souhaite que tous les Centrafricains vivent en paix sur la terre de leurs ancêtres.

Le dialogue

Dès son premier discours à la nation après son investiture, il a prôné le dialogue, rien que le dialogue pour résoudre la crise centrafricaine. Il a rencontré presque tous les leaders des groupes armés au Palais de la Renaissance. Il a discuté avec eux du processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), condition sine qua non du retour définitif de la paix en Centrafrique. Certains l’ont entendu et se sont alignés sur ce processus. D’autres sont réticents et continuent toujours de commettre des exactions sur les populations civiles. Malgré tout, Touadéra continue à leur tendre la main fraternelle. Il n’a jamais demandé à une puissance de ce monde de les neutraliser ou de les mettre hors d’état de nuire.

S’il était comme ses prédécesseurs qui répondaient aux violences par la violence et ne toléraient aucun dialogue, nous pensons pour notre part que ceux qui persistent dans la violence et n’aiment pas le dialogue, seraient déjà morts. En outre, à chaque événement, il n’hésite pas un seul instant à inviter les Forces Vives de la Nation, pour qu’ensemble, ils explorent des pistes afin de résoudre un différend. Il affirme haut et fort que sa porte est grandement ouverte à tout le monde et qu’il est disposé à dialoguer avec tous les fils et filles du pays. Depuis quand avons-nous vu un président qui prône le dialogue en RCA ? Alors, mobilisons-nous tous derrière l’homme du dialogue pour sortir notre pays du fond du gouffre.

La cohésion sociale

La crise centrafricaine a ébranlé le vivre ensemble. Dans certaines villes de nos provinces, les musulmans vivent d’un côté et les non musulmans de l’autre. Touadéra, en tant que rassembleur du peuple centrafricain s’est opposé catégoriquement à ce genre de pratiques. Il travaille sans relâche pour qu’il y ait cohésion sociale. C’est pourquoi des comités ont été mis dans les arrondissements de la ville de Bangui et dans nos villes de province pour la réconciliation nationale. Car, sans elle, la cohésion sociale n’existera pas. Et de surcroît, il a décrété l’année 2017 sous le signe du pardon. Toutes ces initiatives sont orientées vers la cohésion sociale.

Qui lèvera le petit doigt pour dire que Touadéra n’est pas l’homme de la paix, du dialogue et de la cohésion sociale ? A tous les Centrafricains, nous disons, « qui vivra, verra » !

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVEDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire