SUR 12 BUS BENAFRIQUE ,02 TOMBES EN PANNE ET 01 AUTRE A PRIS FEU

Lundi 16 Janvier 2017: 10H02

SUR 12 BUS DE LA SOCIETE « BENAFRIQUE »,

02 TOMBES EN PANNE A L’UCATEX ET 01 AUTRE A PRIS FEU FACE A L’ENERCA…

Bus benafrique

Mis en circulation urbaine dans la ville de Bangui, le 29 décembre 2016, après la cérémonie officielle de leur lancement par le président de la République, Faustin Archange Touadéra, le 28 décembre dernier, il se pose un réel problème de la durée de vie de ces douze (12) bus de la société béninoise de transport urbain « Benafrique » en RCA. Ce sont des cercueils roulants, voire des carcasses.

A cet effet, même pas un mois après leur mise en circulation que deux (2) faits palpables sont là pour étayer et soutenir nos propos. Le premier est qu’en pleine circulation, deux (2) bus de cette société étaient tombés en panne, l’un après l’autre, au niveau de l’UCATEX, au quartier Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui, le jeudi 12 janvier 2017. Après ces pannes, ils ont été tractés et conduits à leur siège sis au ministère des Travaux Publics. Et probablement pour être réparés. Quant au second fait, un autre bus « Benafrique », en partant du PK0 au PK12, avait pris feu au niveau de la Direction Générale de l’ENERCA, le vendredi 13 janvier de cette année 2017, aux environs de 06 heures du matin. Pour le moment, nous ne disposons pas d’informations sur les causes et les circonstances dans lesquelles ce bus a pris feu et totalement calciné, ni sur les sources de  l’incendie. Emile Gros-Raymond Nakombo s’est-il moqué des Centrafricains ?

Mais une chose sûre, il y a lieu de préciser que ce sont des bus qui ont été mis en circulation pendant des années ailleurs, avant d’être exportés en RCA par la société « Benafrique ». Et suite à une convention d’exploitation de bus urbain, intervenant entre la Municipalité de Bangui et ladite société, en août 2016.

Or, en réalité, ces bus sont des épaves qui ont subi de la chirurgie réparatrice au Bénin à Cotonou, avant de fouler le sol centrafricain en passant par le Cameroun. Et au vu de ces deux (2) faits qui s’étaient produits pendant deux (2) jours successifs, personne n’osera nous démentir, ni nous apporter les preuves du contraire. C’est bien dommage pour l’avenir du transport en RCA. Toutefois, nous disons que la RCA n’est pas le dépotoir des épaves et autres déchets de ferraille en provenance de l’extérieur. Plus jamais ça au pays du regretté président Barthélemy Boganda, après 56 ans d’indépendance. Et dire que le Chef d’Etat a inauguré un tel fiasco. C’est une bavure retentissante pour le maire de Bangui qui doit démissionner.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire