SOUS LE COUVERT DU TERRORISME,..

Jeudi 03.08.2017 : 10H12

SOUS LE COUVERT DU TERRORISME, LE G-5 SAHEL FAIT TOTALEMENT

OMBRAGE A LA CRISE CENTRAFRICAINE

Deby et macron 1La France de Emmanuel Macron est obnubilée par le terrorisme au Sahel et son corollaire, la migration à très grande échelle. La Méditerranée est devenue un cimetière à ciel ouvert pour les ressortissants subsahariens. L’Europe peine à contenir le flux migratoire qui a atteint son paroxysme. Sénégalais, Maliens, Mauritaniens, Burkinabé, Tchadiens, Nigériens, Erythréens, que savons-nous encore, meurent comme des mouches, dans des embarcations de fortune. Le salut, la sécurité, la démocratie en Europe, deviennent un miroir. La Grèce, l’Italie constituent les premiers points de chute des immigrants, soit pour fuir la guerre, soit pour échapper à la misère absolue dans les pays d’origine, les migrants économiques en somme. La France entraîne dans son sillage l’Allemagne et éventuellement l’Europe pour la ceinture sanitaire. Le terrorisme et le G-5 Sahel ravissent la vedette à la crise centrafricaine, reléguée au dixième rang.

Il y a très peu de Centrafricains parmi les migrants qui prennent des risques inconsidérés. C’est dire que les Centrafricains sont plus attachés à leur pays, malgré une crise larvée qui fait des ravages au sein de la population civile. Chaque jour qui passe, dix, vingt, quarante Centrafricains sont tués sous les balles des malfrats qui hantent le pays. Mais le cœur de la France bat au Sahel. Les Nations Unies et l’Union Africaine tentent le tout pour le tout. La CEMAC, la CEEAC, la CEN-SAD, laissent pourrir un Etat membre, alors que ces organisations pouvaient juguler la crise centrafricaine en un quart de tour. Malheureusement, le Tchad, non seulement jette de l’huile sur le feu en RCA, mais réussit ingénieusement à entrainer l’Union Africaine dans son sillage. Le Tchad exploite ainsi la faiblesse de l’Etat centrafricain qui n’a pas sous la main une armée nationale. Hitler, malgré son rêve de conquérir le monde, a fini par capituler. Or, le Tchad est un géant aux pieds d’argile. Le Tchad de Idriss Deby Itno n’échappera pas au schéma de la RCA, de la RD-Congo et du Congo-Brazzaville. La gouvernance de main de fer ne dure que le temps d’une fleur.

La RCA est une démocratie intégrale et tôt ou tard, le jour apparaîtra. Le Tchad peut se réjouir de la case RCA qui brûle, mais son sort sera plus apocalyptique que celui de la RCA. Le Tchad est et demeure à ce jour la base arrière du FPRC, du MPC et de l’UPC. Désormais, le Tchad tente la jonction avec la RD-Congo, via le circuit des groupes armés sous sa barbe. Le Tchad à lui seul déstabilise la RCA et la RD-Congo, c’est Hitler de l’Afrique au 21ème siècle. Une chose est sûre, sa super puissance n’engage que lui-même. Les Centrafricains quant à eux, ne réclament que la paix, rien que la paix dans leur pays. Le Tchad prétend avoir fermé ses frontières avec la RCA. Ce même Tchad lance un communiqué interdisant le séjour dans son pays, de sieur Abdoulaye Hissène du FPRC. Le Tchad est bien la mère-poule des groupes armés qui mettent le pays à feu et à sang. Beaucoup d’officiers tchadiens ont été arrêtés sur le sol centrafricain. La frontière est donc fermée aux Centrafricains et non aux mercenaires tchadiens qui s’incrustent dans le FPRC.

La rencontre organisée à Libreville par l’Union Africaine, doit être inclusive et que les vrais leaders des groupes armés et les chefs de guerre soient présents, en chair et en os pour arrêter définitivement la souffrance ordurière du peuple centrafricain. Les Centrafricains sont véritablement fatigués de cette crise sans objectif avoué qui n’en finit pas. La crise centrafricaine est devenue le royaume des trafiquants d’armes de toutes espèces. Bozizé, Djotodia en sont les principaux responsables de cette « somalisation » du pays. Même une amnistie ne les mettra pas à l’abri de la Cour Pénale Internationale (CPI). Ils rendront compte de leurs crimes contre l’humanité et leurs crimes de guerre, viols. Ils seront rattrapés par la justice, même si l’Union Africaine sous l’impulsion du Tchad, étouffe la Cour Pénale Spéciale (CPS). Tout ne sera pas perdu, car la CPI sera là pour traquer les bourreaux du peuple centrafricain. Il y aura quatre vingt dix-neuf (99) jours pour les dictateurs et les bourreaux, mais un seul jour suffit pour tout basculer. Les Nazis sont traqués jusqu’à nos jours et donc rien ne se perd, mais tout se rattrape à la satisfaction des milliers et des milliers de victimes qui ruminent nuit et jour leur douleur.

Le Cameroun, le Congo-Brazzaville, la RD-Congo, le Tchad, les voisins immédiats de la RCA sont des volcans en sommeil. En retirant ses troupes désavouées par le peuple centrafricain, le Tchad tire de la main droite les ficelles des groupes armés pour se venger de cette humiliation. « A Chacun son tour chez le coiffeur », dit un adage. Le président a autant d’adversités tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Tchad. La case RCA brûle, à qui le prochain tour, au Nord, à l’Est, à l’Ouest ou au Sud ? Comme les peulhs aiment à le dire, « le monde est comme le testicule du mouton, il va devant et va derrière », ainsi marche l’histoire humaine. Malheureusement, la remise sur pied de l’Armée Nationale est trop lente, malgré les têtes qui tombent chaque jour. Parfait Onanga Anyanga n’est pas à la hauteur d’une telle mission. Après avoir échoué lamentablement au Burundi, il ne peut guère faire mieux en RCA. Antonio Guterres doit penser à nommer un homme de poigne, capable de tenir sa parole. Onanga Anyanga a habitué les Centrafricains à des déclarations fracassantes, sans effets sur le terrain.

Jamais la RCA n’a enregistré, tant de morts durant les mutineries, la rébellion de Bozizé et l’Ouragan de la Séléka, des statistiques aussi macabres au sein des casques bleus des Nations Unies. Les groupes armés se moquent éperdument des casques bleus, à telle enseigne qu’ils n’hésitent à les prendre pour cible. Parfait Onanga-Anyanga doit partir. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est difficile de comprendre que les Nations Unies puissent nommer  un homme qui a connu une douche froide ailleurs pour gérer la braise centrafricaine.

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire