SITUATION HUMANITAIRE CATASTROPHIQUE A BATANGAFO,

Jeudi 29 Décembre 2016 : 11H14

SITUATION HUMANITAIRE CATASTROPHIQUE A BATANGAFO,  KAGA-BANDORO, BRIA, KOUI … DE VRAIS REPAIRES DES DEMONS DE L’ENFER

 

 

La situation des humanitaires en république centrafricaine ne fait que s’aggraver du jour au lendemain. Il ne se passe pas un seul jour sans que des actes barbares, indignes et inhumains soient enregistrés à l’endroit des ONG tant nationales qu’internationales œuvrant pour le bien-être de la population civile en détresse. Les régions de Batangafo, Kaga-Bandoro, Bria, Bambari, Bakala, Koui, pour ne citer que celles-ci, constituent de vrais repères des démons de l’enfer où l’être humain créé à l’image de Dieu n’a aucune valeur.

A la mi-septembre 2016, la population civile de la Nana-GrIbizi a subi un véritable crime contre l’humanité de la part des éléments de Mahamat  Alkhatim, le commandant en force du mouvement MPC. Des huttes dressées par les humanitaires et qui servaient d’habitations aux populations déplacées, ont été brûlées. A cela s’ajoutaient les pillages des enceintes des ONG nationales et internationales. Certains  personnels qui travaillaient pour apporter secours à la population civile ont été systématiquement abattus. A la suite des violences enregistrées, les ONG ont décidé de plier bagages en attendant que la situation sécuritaire se normalise. Et la population de Kaga-Bandoro est abandonnée à son triste sort du fait qu’elle est privée de soin, de l’aide alimentaire, d’eau potable … qu’offrent ces ONG.

C’est le même son de cloche à Bria, Bakala, Bambari, Ngakobo, Koui et récemment à Batangafo. Suite aux affrontements meurtriers qui se sont déroulés dans la ville de Bria et qui ont duré presque deux (2) mois, les activités des ONG ont été suspendues car les groupes armés s’en prennent non seulement aux civils mais pillent également leurs sièges, en emportant leurs biens. Les conséquences des actes que les groupes armés posent sur les humanitaires en RCA demeurent la misère, la famine que les populations civiles sont  entrain de subir dans les sites des déplacés.

Il est certes vrai qu’un rebelle est une personne dépourvue de raison et de bon sens. Car comment expliquer l’attitude d’une personne blessée dans un affrontement et prise en charge par les humanitaires qui par la suite détruit ceux qui l’ont sauvée ? Depuis que la crise a éclaté en RCA, les humanitaires ne cessent d’apporter leurs secours non seulement à la population civile mais aussi aux ex-combattants. Durant toute la crise, les ex-combattants ont bénéficié des soins médicaux, de l’aide alimentaire qu’apportent ces humanitaires. Ceux qui travaillent dans les humanitaires sont des êtres humains comme nous. Ils  ont sacrifié leur vie sous la pluie des balles perdues, de la chaleur et de la fraîcheur pour sauver la vie de leurs compatriotes. Malheureusement, les groupes armés ne comprennent pas le sens de leurs sacrifices.

Certains pays ont connu le pire de ce que nous avons vécu. Mais jamais, on a connu un tel degré de destruction comme les groupes armés font en RCA. Depuis la date du 24 mars 2013 à ce jour, la RCA  peine à se relever à cause du FPRC, de l’UPC, du RPRC, du MPC et des 3R. Ils ne  jurent que pour la guerre malgré la main tendue des autorités du pays qui ont choisi la voie du dialogue. Des hommes sans foi, ni loi peuvent-ils comprendre un jour la souffrance du peuple centrafricain ? La RCA est à reconstruire à partir de zéro : les routes, les ponts, les hôpitaux, les écoles. La jeunesse et le monde rural attendent de pied ferme la consolidation de la sécurité et de la paix pour sortir de la misère et du chômage. L’agriculture, la chasse, la pêche, les activités génératrices de revenus … constituent des atouts indispensables pour la relance de l’économie nationale. Malheureusement, le FPRC, l’UPC, le RPRC, le MPC et les 3R prennent en otage tout un peuple en tuant, pillant, saccageant les biens de l’Etat et des humanitaires. On ne s’attaque pas aux humanitaires même dans un affrontement. Que les groupes armés cessent au moins d’empirer la situation des plus pauvres populations civiles en détresse.

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×