REVELATION DU DEPUTE DE BOGANANGONE

REVELATION DU DEPUTE DE BOGANANGONE SUR LES ACTES ANTI-SOCIAUX DU PREFET DE LA LOBAYE ET DE SES COMPLICES

Depute boganangone 2La rédaction du quotidien Centrafric Matin a reçu la visite de Robertson Saïtoua Bemangué, député de la circonscription de Boganangone dans la préfecture de la Lobaye. C’était le dimanche 06 janvier 2019 aux environs de 10 heures 07 minutes.

Selon cet élu de la nation, « le préfet de la Lobaye et ses complices, le sous-préfet et le maire de Boganangone, sont enclins dans des actes antisociaux pour diviser la population. Ils manipulent et montent les différentes couches sociales, les unes contre les autres. Et ceci pour mieux régner et se faire du beurre sur leur dos, sur fond de fausses accusations à mon endroit.

C’est ainsi qu’au niveau du siège du Mouvement Cœur Uni (MCU) de Mbaïki et en présence de Stève Koba, député de Mbaïki1, du maire, de la présidente de l’OFCA et du Commandant de Brigade de Mbaïki, ainsi qu’un des opérateurs économiques, il y a eu de vives discussions entre le préfet et moi, le 8 septembre 2018. Il m’accusait de ne pas aimer et de rendre la vie difficiles aux déplacés internes de Boganangone qui sont retournés chez eux. Or, en réalité, c’est une fausse information qui n’émane pas de la population de Boganangone en général, et des retournés en particulier, mais du sous-préfet. Je précise que dans ma circonscription, il y a eu une mosquée et une communauté musulmane qui entretient de bonnes relations, du vivre ensemble et de la cohésion sociale avec la communauté chrétienne. En vérité, le préfet n’a jamais parcouru les quatre coins de la sous-préfecture de Boganangone mais y sème la discrimination et l’injustice sociales, les deux (02) choses que je combats farouchement au niveau de ma circonscription.

Autres aspects de la chose, le détournement de la subvention de l’Etat allouée aux chefs de villages, de groupes et de quartiers de la RCA, pour les motiver à bien travailler. C’est le cas précis de ma circonscription : sur un effectif de 112 chefs, et sur un montant total d’un  million six cent quatre vingt mille  francs (1.680.000F) CFA, chaque chef doit avoir 15.000 francs. Mais que s’est-il passé en réalité le 26 décembre 2018 ? Certains avaient reçu 13.000 francs CFA chacun, par contre, d’autres n’avaient rien reçu, pour soi-disant inexistence de décisions légales attestant leurs chefferies. Est-ce normal ? Sur ce, le préfet avait tenu une réunion publique, le 27 décembre dernier, mais a été pris à partie par la population de Boganangone. Est-ce ma faute ? Je rappelle que je suis député, élu de la nation et non nommé par l’Exécutif comme préfet de la Lobaye, qui se dit être le collègue du président Touadéra, et ses complices le sous-préfet et le maire de Boganangone. Donc, en tant qu’élu de la nation, j’ai un droit de contrôle et de veille sur tout ce qui se fait et se passe dans ma circonscription.

Si j’ai menti à leurs noms, je les défie ici de m’apporter les preuves du contraire dans ce même quotidien. D’ailleurs, j’ai encore d’autres révélations troublantes à faire contre ces trois (3) personnalités politico administratives ».

 

Le Petit YEKOA

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×