QUE VEUT LA FRANCE EN CENTRAFRIQUE : LE GENOCIDE,

Jeudi 09 Fév 2017: 22H16

QUE VEUT LA FRANCE EN  CENTRAFRIQUE : LE GENOCIDE,  L’APOCALYPSE, LA DISPARITION DE LA RCA DE LA CARTE DU MONDE ?    

Police 2

  La France était parmi les pays qui, au plus profond de la crise, ont exigé des élections démocratiques, crédibles et transparentes, ouvrant la voie à un retour à l’ordre constitutionnel. Personne n’y croyait, car cela relevait à la limite de la folie, de l’impossible, au regard de la montée en puissance des différents groupes armés. Mais le peuple centrafricain a consenti ce sacrifice pour relever le défi. Des urnes ont été incendiées, d’autres emportées, les Centrafricains ont répondu à l’appel, sous les balles, ils ont voté. Les Nations ne cessaient de claironner, il faut les élections pour travailler  avec des dirigeants légitimes. L’Autorité Nationale des Elections (ANE) a vu certains de ses membres pris en otage. Le Km5 est allé aux urnes sous un déluge de feu et a voté. Les Centrafricains ont tenu le pari électoral et s’attendent à un bonus de la part de la communauté internationale, qui devait se traduire en paix, en sécurité et en cohésion sociale, sur fond de réconciliation nationale. Contrairement à tous les pays de la sous région Afrique Centrale, la RCA a reçu un satisfécit électoral qui lui permet d’entrer dans la grande famille des pays démocratiques. Malheureusement, la France choisit cette période idéale et sensible où la RCA retrouve sa place au sein du concert des Nations, pour se désengager, abandonnant la RCA à son triste sort, une décision somme toute cruelle et criminelle. Les autorités légitimes sont là, mais rien ne bouge, la communauté internationale et notamment le G8, tous ont tourné le dos à la crise centrafricaine. Chaque jour qui passe, apporte son lot de massacres, de carnages, de tueries, de destructions et de mouvements massifs des populations, dans la quasi indifférence de la France, des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, de la CEEAC, de la CEMAC, de la Chine et des Etats Unis. La CEMAC est secouée de fond en comble par des crises postélectorales monstrueuses. Elle est totalement paralysée. A cela ajoute la chute vertigineuse du prix du baril de pétrole sur le marché mondial. La CEMAC broie du noir, alors qui peut soutenir qui ? C’est dans ce contexte que la CEEAC à travers l’Angola, pays neutre dans la crise centrafricaine, a tenté et tente de chercher les voies et moyens pour résoudre la crise centrafricaine. C’est alors que la France veut mettre son nez dans une initiative salutaire purement angolaise. C’est dans cette lancée que nous nous posons la question de savoir que veut la France en RCA ? N’est-elle pas présente en RCA avec un Ambassadeur et un contingent militaire au sein de la Minusca ? Le Pape François, non seulement est venu à Bangui, mais reste fortement impliqué dans la résolution de cette crise centrafricaine, suivant de près l’évolution des choses. D’où la dernière rencontre à Rome il y a quelques semaines avec les leaders des groupes armés récalcitrants.       La démocratie en Centrafrique irrite-t-elle la France ? Faut-il demander à la RCA un miracle surhumain ? La France s’oppose farouchement à la levée de l’Embargo. La France freine systématiquement la réhabilitation des Forces Armées Centrafricaines, ainsi que celle des forces de sécurité et de maintien de l’ordre. C’est la suprématie des groupes armés sur les institutions républicaines, du jamais vu dans un quelconque pays au monde. Que la France fasse un Coup d’Etat, renverse la démocratie et l’ordre constitutionnel, comme elle en a l’habitude et instaure l’anarchie qui fera sa volonté au détriment des attentes des Centrafricains. Le poids de la France étouffe la RCA depuis les explorations, la colonisation jusqu’à nos jours. Les Centrafricains ne sont-ils pas réduits en esclavage ? Examinons ce qui se passe au Tchad, au Gabon, au Congo-Brazza, au Congo Démocratique, c’est une honte pour la France, une lèpre qui colle à sa peau alors que les pays anglophones savourent la liberté, la démocratie et le développement, à l’exemple du Ghana, du Kenya, de l’Ouganda. Les Centrafricaines ont-ils droit à la vie, à la dignité humaine au même titre que les Français, les américains, les marocains, les Ghanéens, non ? Les Nations Unies sont-elles sous les bottes de la France ? L’attitude de la France ne constitue-t-elle pas un crime de guerre, un crime contre l’humanité et un crime de génocide ? Les dossiers de viols des Sangaris sur des mineurs, ont été purement et simplement étouffés dans l’œuf, car la raison du plus fort est toujours la meilleure. Cinquante ans de pillage d’un pays extrêmement pauvre comme la RCA ne suffisent pas, il faut organiser un génocide. La RCA a déjà dépassé la barre du génocide Rwandais, en termes de victimes durant la crise qui s’enlise. La même France prend des lois contre les migrants alors qu’elle empêche les Centrafricains de s’auto-suffire. Que tous les Centrafricains aillent vivre en France ? Déjà les policiers sodomisent les migrants avec un « gourdin ». Les Centrafricains sont rares parmi les candidats pour l’Europe. Les Centrafricains ne demandent que la paix, rien que la paix. La France a toujours pillé à grande échelle et pillera toujours, mais de grâce la paix, rien que la paix.  Les français courent et continuent courir après les allemands. Le couple Franco allemand porte l’Europe des 27. Et pourtant les allemands ont humilié les français. Le complexe de supériorité des allemands demeure à ce jour. Le couple franco allemand vit aujourd’hui en harmonie. La France veut la partition de la RCA ? A quel dessein ? Le Soudan du Sud est aujourd’hui à feu et à sang. A cause du pétrole ? A cause des richesses du pays ? Malheureusement, les africains laissent faire, alors que la CEDEAO vient de faire une démonstration de Force prouvant que les africains sont capables de résoudre leurs propres problèmes. L’Union Européenne et le Gabon sont à couteau tiré à cause de la démocratie, des élections. L’Union Européenne est silencieuse sur les crimes odieux en RCA. Il y a deux poids deux mesures, ce qui n’honore cette  institution, championne des droits de l’homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance, ô temps ! ô mœurs ! L’axe Angola-Vatican ouvre de nouvelles perspectives dans les négociations avec les groupes armés récalcitrants, principalement le FPRC. Les Centrafricains ont bon espoir que cette tentative de dialogue permettra de renouer avec la paix, la sécurité, la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Nous encourageons l’Angola et le Vatican à aller de l’avant.   Julien BELA 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×