QUE PEUT LA MINUSCA FACE AU VERROUILLAGE DE LA FRANCE ?

Mercredi 19 Octobre 2016 : 08h26min

QUE PEUT LA MINUSCA FACE AU VERROUILLAGE DE LA FRANCE ? C’EST UN GENOCIDE PLANIFIE PAR LE PAYS DE FRANCOIS HOLLANDE

Hollande et minuscaLa France a repris de la main droite, ce qu’elle a perdu de la main gauche. Tous les postes stratégiques de la Minusca sont occupés par des mercenaires français afin de réaliser le génocide en RCA comme au Rwanda. L’EUTM est dirigée aussi par un Français, mercenaire ou officier français, il est difficile de le dire. Les gens se font massacrer sous les regards de la France qui verse des larmes de crocodile sur les Syriens pulvérisés par la Russie. Les Nations Unies et la Cour Pénale Internationale sont muettes sur les crimes massifs en Syrie. Mais Hollande ferme les yeux sur le génocide qui se profile en Centrafrique depuis bientôt quatre (4) ans. A l’exemple de la Guinée Equatoriale, la RCA doit déposer plainte contre la France à la Cour Pénale Internationale.

La France maintient l’embargo et bloque toutes les initiatives de la Minusca. Il ne faut pas oublier que c’est un Français qui décide du déploiement ou non de la Minusca. Les Français ont verrouillé la Minusca dans tous ses compartiments. Les Centrafricains n’ont que les yeux pour pleurer leurs morts au jour le jour. Ce qui permet à ceux qui sont les cache-sexes de la France de se frotter les mains en agitant des pétitions. Nul n’est dupe en Centrafrique. La Sangaris était régulière au Km 5, on en a vu de toutes les couleurs. Les groupes armés sont confortés dans leurs agissements par la France. Au Conseil de Sécurité, la France est là en amont, sur le terrain avec la Minusca, elle est partout. Nous avions dit dans une de nos précédentes éditions que le Nouvel Ambassadeur de France en Centrafrique est un hypocrite, un fourbe qui tient des propos mielleux, mais en réalité, il projette le génocide en Centrafrique. C’est la France qui a piègé tout le processus de paix en Centrafrique. La population civile est massacrée, les autorités du pays sont paralysées, l’armée nationale sous embargo, c’est donc un troupeau humain sacrifié qu’est le peuple centrafricain.

Hervé Ladsous, comme Parfait Onanga Anyanga ne sont que des marionnettes à la solde de la France. Ils préservent leur poste en sacrifiant tout un peuple. Que peuvent le Chef de l’Etat et le gouvernement devant l’agenda caché de la France ? Les cache-sexes de la France peuvent-ils ressusciter tous ces morts par centaine et par millier depuis le 12 novembre 2012 ? Les malheurs du peuple centrafricain profitent donc aux assoiffés du pouvoir, d’où ce silence de mort au sein de la classe politique. Vont-ils gouverner des tombeaux, des fantômes ou des extraterrestres ? Il n’y a qu’en Centrafrique qu’on peut voir une telle désinvolture nationale. La classe politique  est muette comme une carpe pendant que le peuple est massacré.

Le bourreau des centrafricains, c’est bel et bien la France et François Hollande qui entretiennent les tueries en Centrafrique. Sous Samba-Panza, c’était la même chose. La France attise le feu mais mène une campagne de charme vis-à-vis des autorités. N’est-il pas temps de chasser les Français de notre pays ? Feu président Patassé l’a fait. Les centrafricains doivent savoir que l’ennemi national numéro un, c’est la France. La CEEAC, la CEMAC et l’Union Africaine sont-elles complices du génocide en Centrafrique ? De quelle démocratie parle-t-on en Centrafrique puisque la France mène une campagne de sabotage de la démocratie centrafricaine, au vu et au su du G 8. Ce que la communauté internationale réclame à un peuple, c’est la démocratie, les droits humains, la bonne gouvernance, l’intégrité. La RCA a rempli toutes ces conditions. Que veut la France ?

La France et ses agents sataniques sont sur tous les fronts : la manipulation, l’attisement de flamme de la haine communautaire, elle pousse les quelques armés récalcitrants à durcir leur position, on ne sait pourquoi. Les Forces Armées Centrafricaines (FACA) sont paralysées en tout point de vie. Les  moyens roulants, les armes qu’il faut, l’équipement adéquat de combat, tout fait défaut. Faut-il envoyer les FACA à l’abattoir dès lors qu’elles n’ont pas tous les équipements nécessaires ? Une chose est de parler, une autre est de prendre la mesure de la réalité de nos Forces de Défense et de Sécurité. L’attaque des sites des déplacés constitue une violation de la convention de Vienne et se range dans la catégorie des crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les commandants de ces groupes armés et leurs auteurs seront traduits devant la Cour Pénale Internationale (CPI) pour répondre de leurs actes, tôt ou tard. Koui, Kaga-Bandoro, Kouango, Ngakobo, quelle localité au prochain tour ?

LA Minusca a les moyens de réaction aplombée par les planificateurs français du génocide. La France nie sa participation au génocide Rwandais, mais les pratiques en Centrafrique démontrent à suffisance le mode opératoire. La France est tapie dans l’ombre et actionne indirectement les lèvres du génocide et demain, elle va renier son plan génocidaire comme au Rwanda. Les centrafricains ne méritent pas tant de souffrances et de bain de sang, voire de destructions. N’est-il pas normal, voire humain pour les Centrafricains de goûter à la paix, à la sécurité, après un processus électoral parfaitement réussi, applaudi par la communauté internationale ? Les français sont les causes des malheurs des centrafricains et curieusement, certains milieux français n’apprécient pas les tueries, les massacres, les carnages qu’ils imputent, honnêteté oblige, à leur pays la France. Le député français, André Chassaigne a prêché dans le désert quant à la misère que la France fait subir à ce pays depuis les explorateurs, la colonisation et maintenant l’impérialisme français ultra sanguinaire. Paul Kagamé, le président Rwandais en sait un peu trop sur la France. Les propos le traduisent si bien quand l’occasion se présente. L’ennemi, c’est la France et non la Minusca.

Sur la pancarte d’une manifestation au Tchad, on pouvait lire : « La France tue plus que le Sida en Afrique ». Qu’à cela ne tienne, la Sangaris avait facilité la partition du pays en transportant les ex-Séléka de Bangui vers le Nord du pays avec toute leur armada de guerre. La Sangaris veut maintenant vider la population civile des provinces du Nord vers Bangui. Les autorités ont-elles perçu ce grand Big-bang que la France prépare ? La France met maintenant la pression sur l’EUTM pour arrêter la formation des FACA ou la bâcler. Des rumeurs font état de ce que le commandant de l’EUTM voudrait démissionner pour ne pas être coresponsable du génocide français en RCA. Où est la CPI en RCA et en Syrie, voire au Yémen ? Les puissances ont le droit absolu d’écraser dans le sang, les plus faibles, dommage. Lakosso ne peut plus se tromper de cible.

 

 

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire