POURQUOI LA PRESENCE DE L’ARMEE RUSSE...

Mercredi le 13 Mars 2018 : 10 H 46

POURQUOI LA  PRESENCE  DE L’ARMEE RUSSE  EN RCA FAIT TREMBLER LA FRANCE ET LE TCHAD ?

Image2 1La France et le Tchad tremblent suite au déploiement de l’armée Russe en République Centrafricaine. Depuis que l’ambassadeur français en RCA, Christian Bader a été rappelé par son pays, des informations qui circulent font état de ce que la France voudrait fermer son ambassade. D’autres sources révèlent que le président français, Emmanuel Macron veut avoir des explications du chef de l’Etat centrafricain sur la présence de l’armée russe à Béréngo. Selon certaines informations qui nous sont parvenues, le Tchad  voudrait également rompre ses relations diplomatiques avec la RCA. Pourquoi tous ces agissements juste au moment où l’armée russe est arrivée à Bangui pour soutenir le processus de la réhabilitation et du redéploiement des Forces Armées Centrafricaines ? Il y a anguille sous roche.

La France a abandonné les Centrafricains à leur triste sort. L’ex-président français, François Hollande avait retiré les troupes françaises de l’Opération Sangaris dans un contexte où les groupes armés massacraient la population civile, violaient les femmes et les enfants mineurs, incendiaient les édifices publics et privés, pillaient les sièges des ONG humanitaires nationales et internationales. C’est dans cette situation précise que Dieu a écouté les cris de détresse du peuple centrafricain, en suscitant la Russie qui a reçu l’accord du Conseil de Sécurité de l’ONU pour fournir des armes aux Forces Armées Centrafricaines. Aujourd’hui, l’armée russe est à Bangui pour entraîner les FACA à maîtriser le maniement des armes. 

Depuis que les Russes sont en RCA, la France et le Tchad s’agitent comme s’ils sont piqués par un moustique. Nous avons appris l’autre jour que les troupes françaises se redéployent discrètement dans la ville de Bria. Or, la ville de Bria est le fief des mouvements rebelles FPRC d’Abdoulaye Hissène et MPC de Mahamat Alkhatim. Nourredine Adam a déclaré haut et fort que c’est l’armée française qui devrait sécuriser les frontières de la RCA avec le Tchad et le Soudan. Or, la mission française de l’opération Sangaris a pris fin en RCA depuis fin octobre 2016. N’est-ce pas la France qui soutient et manipule en même temps les factions rebelles de la Séléka ? Il ne fait aucun doute de l’ombre, puisque la France et le Tchad sont les deux pays qui ont fortement soutenu et continuent jusqu’à la date d’aujourd’hui de soutenir les mille et une (1001) factions rebelles qui pullulent en République Centrafricaine.

La déclaration fracassante du député Français, André Chassaigne, devant le parlement de son propre pays, mettant formellement en cause la France d’être à l’origine des multiples groupes rebelles qui naissent en RCA, suffit à nous édifier. Ce n’est pas le patron de l’ex-coalition Séléka, Michel Djotodia, qui nous démentira. Dans son tout premier discours à la nation, celui-ci a remercié sur les ondes de la station nationale tous les pays qui l’ont soutenu à prendre le pouvoir, en citant nommément la France, le Tchad et d’autres pays de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Malgré tout cela, les deux pays étrangers qui continuent de soutenir les groupes armés en RCA sont le Tchad et la France. A un moment donné, le président tchadien, Idriss Deby Itno, a fermé ses frontières avec la RCA. Curieusement, les leaders du FPRC, Nourredine Adam et Abdoulaye Hissène vont au Tchad et reviennent en RCA comme bon leur semble. Toute la communauté internationale reconnait aujourd’hui l’implication du Tchad dans la crise centrafricaine. Ce ne sont pas les responsables des Nations Unies qui nous prouveront le contraire. Un groupe d’experts de l’ONU a publié un rapport retraçant les sources de ravitaillement des groupes armés en armes et munitions de guerre, en citant le Tchad et les autres pays de la CEMAC.

Faut-il que le Tchad et la France puissent continuer de verser de l’huile sur le feu et alimenter les groupes armés pour piller et exploiter frauduleusement les ressources naturelles de la RCA ? Nous pensons que non. L’heure a sonné pour que les centrafricains se libèrent définitivement de la domination et de la servitude imposées par la France et certains pays de l’Afrique à l’exemple du Tchad qui se considère également comme une puissance colonisatrice de la RCA.

Les Centrafricains savent dorénavant avec quel pays il faut collaborer pour une coopération « gagnant-gagnant » et non la domination et la servitude.

Les Etats-Unis, la Russie, le Royaume du Maroc, le Rwanda, l’Angola, l’Afrique du Sud, la Guinée Equatoriale, la Chine et bien d’autres pays peuvent valablement aider les Centrafricains à retrouver la paix et la stabilité afin de vaquer librement à leurs occupations quotidiennes. Comment expliquer le fait que la faible densité de la population centrafricaine puisse broyer du noir et vivre dans le chômage, la pauvreté et la misère absolue depuis plus de cinquante ans, alors que le pays dispose de toutes les potentialités pour son développement et le bonheur du peuple ?

Que la France et le Tchad veulent ou non, la Russie va aider la RCA dans la procédure de la réhabilitation et du redéploiement des Forces Armées Centrafricaines. Qu’est-ce que les troupes Françaises ont fait concrètement pour arrêter les massacres, les tueries, les pillages et les incendies commis par les milices armées, lorsqu’elles étaient opérationnelles en RCA ? Qu’en était-il également du contingent tchadien déployé au sein de la Misca ?

Nous sommes des êtres humains aspirant à une vie descente tout comme les Français et les Tchadiens qui viennent nous massacrer. Pour Deby, ses jours se comptent sur les bouts de doigts. Le Tchad est une bombe à retardement qui risque de s’exploser d’un moment à l’autre. C’est de là que Deby va tirer les conséquences de ses manipulations dans la sous région et particulièrement en République Centrafricaine. Non aux manœuvres machiavéliques de la France et du Tchad qui veulent faire perdurer la crise centrafricaine. Trop c’est trop, et c’est vraiment déjà trop.

Amedé NGUETE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : Mer 14 mars 2018

×