OUVRIR DES ENQUETES, C’EST BIEN. MAIS...

Jeudi 27 Oct. 2016 : 10h47

OUVRIR DES ENQUETES, C’EST BIEN. MAIS IL FAUT QUE LES AUTEURS DES ACTES SOIENT TRAQUES, ARRETES ET MIS A LA DISPOSITION DE LA JUSTICE

Palais de justiceDepuis la période de la transition jusqu’à ce jour, des enquêtes ont été ouvertes, mais n’aboutissent jamais. Faut-il attendre le retour de Jésus-Christ pour identifier et mettre la main sur les auteurs des crimes commis sur les populations civiles centrafricaines ? Kouango, Koui, Kaga-Bandoro : où en sommes-nous avec les enquêtes ouvertes ? Parfait Onanga-Anyanga et le chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra, se sont rendus tous les deux (2) à Kaga-Bandoro où ils ont palpé du doigt les réalités de pires exactions commises sur des personnes civiles innocentes. Et Parfait Onanga-Anyanga a lui-même qualifié ces actes de crimes contre l’humanité. Toujours selon ce dernier : « ces actes ne resteront pas impunis car, des enquêtes ont été déjà ouvertes ». Or, la population de la Nana-Gribizi n’était pas passée par quatre chemins pour dire : « c’est Alkhatim et ses éléments qui sont les auteurs de ces crimes commis. Nous demandons donc à la Minusca de mettre la main sur ce dernier afin qu’il réponde de ses actes devant la justice ». Qu’est-ce qui empêche réellement la Minusca d’arrêter Alkhatim comme le souhaite la population de la Nana-Gribizi ?

Selon les informations recueillies, c’est suite aux évènements malheureux et douloureux survenus le 12 octobre dernier à Kaga-Bandoro que la société civile centrafricaine s’est vue obliger d’organiser  la ville morte pour exiger le départ de la Minusca qui assiste sans réagir aux massacres des populations civiles. Les responsables religieux de la paroisse Notre-Dame de Kaga-Bandoro ont décrié haut et fort la passivité du contingent pakistanais de la Minusca lors de ces évènements. C’est autant dire que ces enquêtes ouvertes ne doivent pas viser seulement les leaders des groupes armés, auteurs de ces  crimes, mais aussi certains contingents de la Minusca qui ne font pas leur travail comme il se doit. Ce qui est encore plus grave, c’est que la Minusca est accusée d’avoir tiré à balles réelles sur des civiles sans armes  à la main qui manifestaient lors de la journée ville morte de ce lundi 24 octobre 2016 à Bangui, précisément au quartier Sango. Dans ce cas de piètre figure, où sont passées l’impartialité et la neutralité de la Minusca qui laisse les groupes armés massacrer d’une part , et qui  tire à balles réelles sur une population civile, d’autre part ? Qui sont ces populations civiles que la Minusca est censée protéger si c’est elle-même qui devient le bourreau du peuple centrafricain ? Toute la lumière doit être faite sur les derniers évènements survenus à Kouango, Koui, Kaga-Bandoro et récemment à Bangui.

Depuis la date du 24 mars 2013 à ce jour, n’est-ce pas un peu trop les tueries et les massacres ? A quel saint le peuple centrafricain peut-il se vouer désormais pour avoir protection ? C’est triste et regrettable, les actes que nous continuons d’enregistrer au quotidien. Cette même Minusca nous a démontré de quoi elle était capable lors de la sécurisation des élections. Mais qu’est ce qui se passe-t-il après les élections ? Nous avions dit dans nos précédentes parutions qu’en attendant la table ronde de Bruxelles, le défi sécuritaire doit être relevé pour des investissements sûrs et durables. Avions-nous prêché dans le désert de Sahara ? Qui  peut oser investir dans un climat sécuritaire toujours instable ? C’est le dernier signal fort que nous lançons non seulement à la Minusca, mais aussi aux autorités centrafricaines. Tout fondement d’un développement digne de ce non repose sur la sécurité et la paix. Personne ne peut nous dire le contraire. C’est pour dire que, tant que la voie restera toujours libre aux va-t-en-guerre, nous allons tourner en rond même jusqu’à cent (100) ans. Donc, il serait judicieux que le gouvernement et la Minusca trouvent de nouvelles stratégies pour barrer la route à ces véritables ennemis du peuple et de la République qui demeurent libres dans la nature avec la gâchette très facile. Sinon…

Bénistant MBALLA

  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire