OU EST LA FRANCE INITIATRICE DES TUERIES ET .... ?

Mercredi 05 juillet 2017 : 10H02

Soldats sangaris 2

OU EST LA FRANCE INITIATRICE DES TUERIES ET DESTRUCTIONS DES BIENS EN CENTRAFRIQUE ?

Jadis les Centrafricains n’avaient aucun esprit des pillages et destructions des biens, des édifices publics et privés. Ils vivaient en symbiose dans la société et avaient du respect envers leurs autorités, les symboles de la République, les biens publics et privés. Mais d’où est venu l’esprit des actes de vandalisme et d’incivisme en RCA ? Tenez-vous bien et suivez nos regards croisés sur cet aspect précis des choses.

Tout a commencé à partir du Coup d’Etat du 21 septembre 1979, baptisé « Opération Barracuda » qui avait renversé le régime dictatorial et impérial de sa majesté Bokassa 1er, ramenant une seconde fois David Dacko au pouvoir. Dans la foulée de ce Coup d’Etat, les troupes françaises de l’EFAO (Eléments Français d’Assistance Opérationnelle) avaient systématiquement pillé la Cour Impériale de Bérongo, la bijouterie « La Couronne », le Centre Artisanal, l’entrepôt du ministère des Eaux, Forêt, Chasse et Pêche, le ministère du Tourisme… où elles ont emporté or, diamant, bijoux de grande valeur, trophées de chasse, etc. Après avoir fini copieusement leur sale boulot, ces troupes françaises avant de se retirer, avaient fait appel aux banguissois de venir piller aussi à leur tour. Chose dite, chose faite. D’où le qualificatif de « Grâce à Dacko », avec les pillages et destructions à grande échelle des édifices publics et privés. Incroyable, mais pourtant vrai.

Or du temps de « Papa Bok », paix à son âme, le peuple avait très peur de piller et de détruire les biens par crainte d’aller en prison. Car les lois de l’Empire étaient appliquées dans toute leur plénitude et de manière impartiale contre tous les pilleurs, destructeurs, casseurs et voleurs. Mais après « Papa Bok » jusqu’à nos jours, c’est tout à fait le contraire des choses.

Etant donné que les troupes françaises de l’époque avaient inculqué dans l’esprit des Centrafricains la culture du vandalisme et d’incivisme. Et cette  culture s’est par la suite développée en RCA et enracinée dans l’esprit du peuple centrafricain, car la pauvreté et l’impunité aidant. D’où « les mêmes faits produisent les mêmes effets ».

Eu égard à tout ce qui précède, la France est le premier pays pilleur et destructeur de la RCA, ouvrant ainsi la porte grandement aux troupes « Banyamuléngué » du MLC de Jean-Pierre Bemba-Gombo, aux rebelles tchadiens, ainsi qu’à l’ex-Séléka de Michel Djotodia, de ravager et de détruire tout le pays.

De ce fait, la France et le Tchad ont une lourde responsabilité dans les différentes crises militaro-politiques et ses conséquences incalculables dont est victime le peuple centrafricain pendant plus de trois (3) décennies. Ces deux pays ont aussi une lourde dette morale à payer à la RCA et à tout son peuple, pour leur implication effective dans les Coups d’Etat qui ont conduit à la descente aux enfers du pays de feu président Barthélemy Boganda.

Donc, l’un de ces quatre matins, la France et le Tchad seront rattrapés par le cours de l’histoire, qu’ils le veuillent ou pas.

 

Le Petit YEKOA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire