OU EN SOMMES-NOUS AVEC LA CONTINUITE DU PROJET

Mardi 21 Nov. 2017 : 10H44

OU EN SOMMES-NOUS AVEC LA CONTINUITE DU PROJET « PILOTE DDRR »  DES GROUPES ARMES ?

C’est la question fondamentale et pourquoi pas légitime que se posent bon nombre de Centrafricains ces derniers temps. Lancé en grande pompe par les autorités du pays en partenariat avec ses  bailleurs de fonds tant à Bangui que dans certaines villes provinciales (Bouar, Paoua…), le projet « pilote DDRR » des groupes armés semble faire du surplace et n’évolue presque pas, pour atteindre les autres préfectures sous la coupe réglée des groupes armés (factions Séléka et Anti-Balaka). D’où les questions suivantes qui se posent avec plus d’acuité : où en sommes-nous avec la continuité du projet « pilote DDRR » des groupes armés ? Pourquoi le Comité Consultatif et de Suivi (CCS) et le Comité Technique ne communiquent t-ils pas assez au peuple centrafricain sur le déroulement dudit projet pilote ?

Or, il s’est avéré que ce projet « pilote DDRR » devait servir d’expérience pour la réussite du véritable processus DDRR en RCA. Et ceci après le retour du pays à l’ordre constitutionnel depuis le 30 mars 2016. A cet effet, ledit projet  « pilote » concerne tous les quatorze (14) groupes armés qui ont consciencieusement et librement adhéré à son accord de principe devant Dieu le Créateur et devant tout le peuple centrafricain du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Mais qu’est-ce qui se passe aujourd’hui sur le terrain avec ces groupes armés ?

Selon des informations concordantes et fiables en notre possession, il s’est avéré que le mouvement Révolution et Justice (RJ), branche de Raymond Bélanga, qui sévit dans l’Ouham-Péndé, précisément à Paoua, s’était opposé au désarmement de ses combattants dans le cadre de ce projet « pilote DDRR ». Et pour cause, tant que les combattants de la nébuleuse ex-coalition Séléka, basés à Paoua ne vont pas regagner leur base d’origine à Kaga-Bandoro dans la Nana-Gribizi, il ne va pas y avoir l’effectivité de ce projet « pilote » dans l’Ouham-Péndé en général.

Aussi, ne perdons pas de vue, il y a de cela une (01) semaine, le tristement célèbre mercenaire Nourredine Adam du FPRC, avait annoncé haut et fort, depuis Kaga-Bandoro sous son contrôle, le retrait purement et simplement de son mouvement politico-militaire de tout le processus DDRR. Mais pour quelle raison ? Personne ne le sait, sauf ce criminel, ce sanguinaire patenté Nourredine en sait quelque chose. C’est dire qu’à travers les agissements et comportements néfastes des groupes armés sur le terrain, il est fort probable que la sécurité et la paix ne soient pas pour demain en RCA. Etant donné que ledit projet « pilote » est indispensable pour le retour définitif de la sécurité et de la paix en RCA, alors que faire concrètement pour remettre sur les bons rails ce projet « pilote DDRR » des groupes armés ?

A cet effet, les autorités du pays ont l’obligation de communiquer avec le peuple sur toutes les étapes du processus DDRR, d’une part, et de dénoncer les noms des politico-militaires, ennemis de la République et de tout son peuple, pour servir d’éventuels témoignages et preuves à la justice (Cour Pénale Spéciale), d’autre part.

 

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire