NOUVELLE ANNEE, NOUVELLE METHODE D’AGIR :

Mercredi 04 Janvier 2017 : 09H16

NOUVELLE ANNEE, NOUVELLE METHODE D’AGIR : NOURREDINE ADAM, JOSEPH ZOUNDEKO, ALI DARAS CONTINUERONT-ILS A MASSACRER

LES CENTRAFRICAINS ?

Nourredine zoundeko ali daras

 

2016 s’en va avec son corolaire des actes barbares de tout genre sur les populations civiles, 2017 arrive. Pour cette année 2017, les Centrafricains veulent vivre en paix sur la terre de leurs ancêtres. Ils n’aspirent qu’à la paix, rien que la paix. Pour cela, les armes doivent se taire afin que les larmes sèchent  pour toujours. Raison pour laquelle, nous avons dit : nouvelle année, nouvelle méthode d’agir.

Nourredine Adam, Joseph Zoundéko, Ali Daras, Abdoulaye Hissein et tant  d’autres ont l’obligation de s’aligner sur le processus Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR), condition sine qua non pour le retour définitif de la paix et de la sécurité en Centrafrique. Le dialogue prôné par le président de la République, chef de l’Etat, professeur Faustin-Archange Touadéra pour faire sortir la RCA du fond de l’abîme, doit être compris par les uns et les autres. Nous voulons parler ici des groupes armés récalcitrants, réfractaires au programme DDRR. Il est hors de question qu’après plus de trois (3) ans, les Centrafricains continuent d’être massacrés comme des bœufs à l’abattoir ou écrasés comme des mouches sans aucune forme de procès.

De Kaga-Bandoro à Bambari, en passant par Koui, Paoua, Bocaranga, Batangafo, Bria, pour ne citer que ces quelques villes de nos provinces, nos  compatriotes ont besoin de vivre dignement comme des êtres humains, crées à l’image de Dieu. Nous en avons marre d’entendre des coups de feu par-ci par-là. Le sang des Centrafricains a trop coulé sous le pont. Les lamentations, les cris de détresse, les errements d’un lieu à un autre, à la recherche d’un abri sûr, ont franchi monts et océans et débordé le vase. Les affrontements intercommunautaires entre l’UPC d’Ali Daras et le FPRC de Nourredine Adam, débutés le mois d’Août dernier et qui se sont poursuivis jusqu’au mois de décembre 2016, ont fait plus de victimes, de déplacés, de blessés et de handicapés. Des maisons d’habitation ont été incendiées. Des déplacés s’entassent dans des sites comme si c’étaient des bœufs qui sont parqués dans un enclos. Leurs conditions de vie se dégradent chaque jour.

Avec cette nouvelle année qui commence, tout ceci doit disparaître. Nourredine Adam, Ali Daras, Sidiki, Zoundéko et consorts, ne peuvent continuer inlassablement à rouler le peuple centrafricain dans la boue. Ils  doivent saisir la main tendue du chef de l’Etat et agir comme de bons citoyens et non comme des criminels, des malfrats, des sanguinaires patentés car, nous avons toujours dit qu’il y a un temps pour faire la guerre et un autre pour la paix. Et nous devons tourner la page sombre de l’histoire de la RCA avec cette nouvelle année 2017. Donc, il est temps que les groupes armés qui considèrent toujours leurs armes comme le bout du monde, les déposent et enterrent définitivement la hache de guerre. Car, à quoi ont servi les tueries, les incendies des maisons et villages, les destructions à grande échelle ? Depuis décembre 2012 jusqu’à décembre 2016, qui de Nourredine Adam, Zoundéko, Ali Daras, Abdoulaye Hissein, Sidiki et autres, peut lever le petit doigt pour nous dire qu’il a construit un gratte-ciel en Europe, en Amérique, en Asie, avec le sang des Centrafricains qu’il a versé ? Personne à ce que nous croyons. Ils habitent aujourd’hui dans des maisons qui ont été construites à l’époque coloniale. D’autres passent la nuit à la belle étoile, dans la brousse, craignant aussi pour leur peau. Ils n’ont pas de liberté car ils pensent aussi pour leur part qu’ils sont traqués, exactement comme ils agissent sur les pauvres citoyens civils.

Alors, dans ce cas précis, faut-il qu’ils persistent dans la violence qui ne leur apportera rien ? De grâce, nous demandons à nos compatriotes centrafricains qui ont pris les armes de revenir à de bons sentiments. Les Centrafricain veulent que cette année 2017, soit une année  de bonheur, de prospérité, de paix. Pour que le vœu des Centrafricains se concrétise, il faut que les combattants des groupes armés agissent comme de bons citoyens et non comme des bourreaux. La RCA est vaste, une et indivisible et appartient à tout un chacun de nous. Abandonnons nos vielles pratiques, nos vieilles habitudes, nos vieux comportements pour que la paix et la sécurité reviennent en Centrafrique.

Centrafricains du Nord au Sud, d’Est en Ouest, la rédaction de « Centrafric Matin » vous souhaite bonne et heureuse année 2017.

Denis LOUGOUSSOU-NGOUVENDA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire