NOURREDINE ADAM AURAIT UN SANG NAZI, UNE AME SATANIQUE,

Mardi 28.02.2017 : 09H24

NOURREDINE ADAM AURAIT UN SANG NAZI, UNE AME SATANIQUE, UN CŒUR DE PIERRE : « L’HOMME EST UN LOUP POUR L’HOMME »

 

Nourredine adam 01D’où sort cette créature de l’enfer qu’on appelle, Nourredine Adam ? Il est l’incarnation de l’horreur par excellence. Ministre d’Etat à la Sécurité Publique, l’incompétence de Nourredine Adam était notoire,  une nullité inqualifiable. Deuxième personnalité après Djotodia, il a été incapable de mettre de l’ordre au sein de la coalition Séléka. Tous les généraux, colonels préfabriqués en faisaient à leur tête, devant  de petits sultans autonomes et indépendants du pouvoir central. Les mercenaires n’avaient de compte à rendre à personne. Djotodia n’était que l’ombre de lui-même au pouvoir. C’est un véritable carnaval de vols, de braquages, de tueries, d’incendies de maisons et des villages. Le patrimoine administratif, depuis le Palais de la Renaissance, a été totalement ravagé, raclé jusqu’au plancher. De quoi Nourredine Adam était capable de faire et qu’il n’a pas pu faire. La RCA n’ayant pas d’armée, Nourredine Adam est revenu sur les lieux de ses forfaits. Il n’a de prouesse que pour nuire au pays.

En démissionnant du ministère de la Sécurité Publique, Nourredine Adam crée une structure appelée « CEDAD », une prison secrète au pied des collines de Basoubangui, derrière Air France, un laboratoire de torture, d’exécution, de terreur, comme font exactement les terroristes. Une fois un « gibier » dans le filet, il est cagoulé et on lui fait faire des tours dans la ville, avant de l’amener au camp de concentration. Beaucoup de gens ont disparu de cette manière, sans laisser de trace, toutes les recherches effectuées par leurs familles, ont été vaines. Djotodia informé, est descendu en personne avec sa sécurité pour désarmer les « abeilles » de Nourredine Adam. Les relations entre Djotodia et Nourredine  Adam se sont brouillées à cette époque précise. La descente aux enfers du Nourredisme et de la Coalition Séléka s’amorçait.

Tous les jours les Centrafricains mouraient par grappes. La CEEAC qui a volé au secours de la coalition Séléka, n’en croyait pas ses yeux et ses oreilles. La RCA est transformée par la Séléka en une vaste boucherie humaine à ciel ouvert. Les corps flottaient, charriaient dans l’Oubangui comme des mouches. Des fosses communes au sommet de la colline Basoubangui et un peu partout, aux sapeurs pompiers, sur la route de Boali et que savons-nous encore. Nourredine Adam et toujours lui veut hisser le drapeau de sa République à Ndélé. Un déluge de feu de la Minusca le contraint à fuir au Tchad, sa base-arrière. Il revient quelques temps plus tard et renoue avec l’idéologie de la partition du pays. Il réussit à convaincre Abdoulaye Hissen, Aroun Gaye, Alkhatim qui quittent Bangui pour le rejoindre. Ils y parviennent en laissant des plumes sur leurs traces.

Alkhatim donne le ton à Kaga-Bandoro par un véritable Carnage au camp des déplacés. Le prétexte est bien connu. On envoie deux malfrats pour aller provoquer la population, ensuite, mener des représailles féroces que d’aucuns qualifient de crime contre l’humanité. La seconde tentative s’est heurtée à une farouche résistance des contingents rwandais et burundais. Alkhtim et ses hommes  n’ont pas osé franchir le rideau de fer. Il faut rechercher un autre bouc-émissaire. Ali Darassa, un étranger, un nigérien, devient un prétexte que le FRPRC brandit à tout vent. La Minusca trace ses lignes rouges à Bakala et Ippy. C’est là que le Général Zoundéko, voulant franchir le « mur de Berlin », y a cassé la pipe. Ce dimanche 26 février 2017, une autre colonne qui voulait progresser sur Bambari, a été mise en déroute avec dix (10) blessés parmi les combattants du FPRC. Nourredine Adam n’est jamais au front, mais il envoie les troupes, à majorité des jeunes à l’abattoir. Des vies humaines à épargner pour la reconstruction du pays. Tous les biens pillés sous Djotodia, ont pris la direction du Tchad, du Darfour, des Soudans Nord et Sud, du Niger. Les Séléka Centrafricains sont restés pauvres, voire plus pauvres, d’où les braquages des éleveurs pour se nourrir, les barrières sur les routes pour rançonner les passagers. Personne au sein de l’ex-Séléka ne peut diriger un pays, car les mercenaires s’imposeront pour s’attribuer la part du lion.

Djotodia aurait pu reconnaitre leur limite, car ils n’ont aucune aptitude à diriger un pays. Ce sont des analphabètes en puissance qui savent juste appuyer sur une gâchette, ce qu’un aveugle peut faire parfaitement. Nourredine Adam et Bozizé ont le même cœur, un cœur insensible à la douleur et la souffrance de leurs compatriotes, mais le pouvoir pour le pouvoir. Ils doivent prendre le chemin de la Cour Pénale Internationale (CPI) pour y être jugés. Si amnistie il y a, elle doit être sélective pour les hommes de troupes et non les dirigeants, les croque-morts, les Nazi. La Minusca a juré sur la tête de « Ngakola », que Bambari sera une ville « sans groupes armés ». Nourredine Adam et Djotodia, ainsi que ceux qui ont lamentablement échoué pendant la transition et qui tirent les ficelles dans l’ombre, n’ont qu’à envoyer les troupeaux à l’abattoir…

Julien BELA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 
×