NOMINATION DES PREFETS, RETROCESSION DES ARMES ET AUTRES

Mardi 05.09.2017 : 10H42

NOMINATION DES PREFETS, RETROCESSION DES ARMES ET AUTRES MATERIELS DES FACA, ET LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET PILOTE DU DDRR ... 

Faustin archange touadera 4«  Petit à petit, l’oiseau fait son nid », dit un adage populaire centrafricain, voire même africain. Et c’est ce que devait comprendre le peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, de l’actuelle situation politico-sécuritaire, socio-économique, financière… dans laquelle se trouve notre cher et beau pays, la RCA. Et ce, après son retour à l’ordre constitutionnel, depuis le 30 mars 2016, suite au coup d’Etat de la nébuleuse coalition Séléka de Michel Djotodia, le 24 mars 2013, contre le régime du général président François Bozizé.

Etant donné que tous les Centrafricains sans exception, s’accordent jusqu’aujourd’hui, à reconnaître que c’est la pire des pires crises militaro-politiques qu’a connue le pays de feu Barthelemy Boganda, depuis son accession à l’indépendance, le 13 août 1960. Nul n’ignore que la Séléka avait tout ravagé, tout détruit et aucun secteur de la vie nationale active n’était épargné. De ce fait, les défis à relever par l’actuel régime du président démocratiquement élu, professeur Faustin-Archange Touadéra, sont immenses, variés et très vastes. Car, tout est à restructurer, à reconstruire et à rebâtir à travers tout le pays. Cela nécessite qu’il y ait la sécurité d’abord sur toute l’étendue du territoire national, ensuite qu’il y ait des moyens financiers disponibles, et enfin il faille du temps pour leurs réalisations.

C’est justement ce qui est entrain de faire le président Touadéra, soutenu et appuyé par l’ensemble de la Communauté internationale. La nomination des préfets dans les seize (16) préfectures de la RCA, la rétrocession des armes, des munitions et autres matériels des Forces Armées Centrafricaines (FACA) par les autorités camerounaises, ainsi que le lancement officiel du projet pilote du programme DDRR des groupes armés, ont pour objectif prioritaire de sécuriser et de pacifier l’ensemble du pays, tout en restaurant l’autorité de l’Etat. Et la rétrocession des armes, minutions et autres matériels militaires par le Cameroun à la RCA, est une bouffée d’oxygène pour les FACA, qui pourront être redéployées dans l’arrière-pays. Et ce, pour protéger les civils et défendre l’intégrité du territoire national. Aussi, nous sollicitons du Tchad, de la République Démocratique du Congo, du Congo Brazzaville, du Soudan et du Soudan du Sud, d’emboîter les pas au Cameroun, en rétrocédant les armes, munitions et autres matériels de nos FACA à la RCA.

Donc, sans la sécurité et la paix en RCA, il ne peut y avoir des investissements dans les domaines, politique, social, économique, sanitaire, éducatif, sportif et nous en passons. D’où, il faille laisser le temps au temps et nous devons nous mobiliser tous derrière le président de la République, Faustin-Archange Touadéra, pour sa volonté politique affichée de sécuriser et de pacifier le pays. Et ce, en prônant le dialogue, rien que le dialogue avec les groupes armés et les Forces Vives de la Nation (FVN). Tout porte à croire que la RCA tend doucement et sûrement vers la paix dix-huit (18) mois après son retour à l’ordre Constitutionnel.

Aussi ne perdons pas de vue que la Cour Pénale Spéciale (CPS) est en pleine phase de sa mise effective sur pied, afin de poursuivre les auteurs, les co-auteurs et les complices des crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en RCA à partir du 15 mars 2013 jusqu’à nos jours. C’est dire que rien n’est oublié par nos dirigeants actuels, car il ne peut avoir de la paix, de la cohésion sociale et du vivre ensemble en RCA sans la justice.

Le Petit YEKOA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire