MINUSCA : POURQUOI DEFENDRE MORDICUS LA VILLE DE BAMBARI...

Mardi 07.02.2017 : 09H52

MINUSCA : POURQUOI DEFENDRE MORDICUS LA VILLE DE BAMBARI ALORS QUE LES POPULATIONS DE BOCARANGA ET KOUI SONT ABANDONNEES DANS LA GUEULE DU LION ?

 

 

Dès le début des affrontements entre l’UPC d’Ali Daras et le FPRC de Nourredine Adam, la Minusca a affirmé avoir pris des dispositions en renforçant ses troupes à Bria pour empêcher les combats d’atteindre d’autres localités. Malheureusement, les affrontements se sont propagés dans plusieurs villes et villages des préfectures de la Haute Kotto et de la Ouaka, occasionnant de nombreux dégâts matériels et des pertes en vies humaines. Et ce, en présence même de ces forces onusiennes. Ce qui est difficile à comprendre et à expliquer, c’est que la Minusca n’a pas pris des mesures rigoureuses pour empêcher les va-t-en-guerre de commettre les crimes et les exactions sur les populations civiles de Ndomété, Kaga-Bandoro, Bria, Ippy, Bakala, Ngakobo, Koui et nous en passons, comme elle est entrain de faire pour la ville de Bamabri.

Il y a de cela quelque semaine, la Minusca par la voix de son porte parole avait demandé aux groupes armés récalcitrants  qui continuent de commettre les exactions sur les populations civiles d’intégrer sans condition le processus du pré-DDRR. Et pour mettre en garde ces groupes armés, une ligne rouge a été tracée à Bambari en guise de limite infranchissable. Le commandant en force de la Minusca, Gen Balla Keïta a affirmé tambour battant au cours de la conférence de presse hebdomadaire de ce mercredi 01 février 2017 nous citons : « le groupe armé qui veut s’attaquer à  la ville de Bambari doit d’abord combattre la Minusca … ». Pourquoi ne pas prendre de telles dispositions dans les zones rouges à l’exemple des régions de Koui, Bocaranga, Kaga-Bandoro pour ne citer que celles-ci ou les populations civiles sont abandonnées à elles-mêmes et massacrées par les éléments de 3R de Sidiki et ceux du MPC de Mahamat Alkhatim ? Ceux qui ont perdu leur vie ne sont-ils pas des êtres humains qui ont besoin d’être protégés ? Pourquoi la Minusca défend mordicus la ville de Bambari et abandonne les autres régions dans la gueule du lion ? Autant d’interrogations qui dépassent l’entendement humain. Mais certainement, il y a anguille sous roche. Car, la préfecture de la Ouaka dispose d’importantes ressources naturelles à l’exemple du diamant et de l’or. Or, depuis que Ali Daras et ses éléments sont transférés dans cette région du pays, ils règnent en maître absolu en exploitant les zones diamantifères, en érigeant des barrières illégales qui leur permettent de racketter et rançonner les populations civiles parfois sous la barbe des Casques Bleus. Incroyable, mais pourtant vrai. Est-ce d’une manière désintéressée que la Minusca défend la ville de Bambari ? Selon les témoignages de certains compatriotes de la préfecture de la Ouaka, « La Minusca à travers ces dispositions cherche à protéger la vie de Daras pour l’encourager à continuer de tuer la population ». Pour d’autres, « c’est avec la complicités des Casques Bleus que Daras exploite et pille le sous sol centrafricain. Or si les éléments du FPRC arrivaient à attaquer la ville de Bambari, Daras et la Minusca vont tout perdre concernant l’exploitation des richesses ».

L’experte indépendante des Nations-Unies pour les droits de l’homme, Marie Thérèse Keïta Bocoum, après avoir évalué la situation des droits de l’homme à Bangui et à l’intérieur du pays et notamment dans la Haute Kotto et la Ouaka, a déploré les conditions intolérables dans les quelles vivent les populations civiles. Selon cette dernière, « la libre circulation des personnes et des biens est conditionnées par les groupes armés qui contrôlent et dirigent tout ». Alors qu’il y a la présence de la Minusca avec toute une armada impressionnante de guerre. Difficile de dire qui est qui et qui fait réellement quoi à Bria et Bambari entre les rebelles et les forces onusiennes. A quoi serviront les chapitres six (6) et sept (7) du nouveau mandat de la Minusca, autorisant les Casques Bleus à réduire la présence et les menaces des groupes armés ?

Il y a aussi urgence vers le nord-ouest du pays. Les régions de Bocaranga, Koui et leurs environs sont devenues le théâtre des affrontements entre les éléments du mouvement 3R de Sidiki et les Anti-Balaka. Et ce sont les civiles qui paient le lourd tribut. Ces villes sont aujourd’hui presque désertes à cause des affrontements répétitifs entre ces deux (2) factions rebelles. Les femmes et les enfants qui ont fui dans d’autres localités pour se mettre à l’abri des violences sont abandonnés à eux-mêmes et mènent une vie difficile dans la brousse ou chez certains de leurs parents. Ceux-là n’ont-ils pas besoin de la protection ? Kaga-Bandoro, Ndomété, Ippy, Bria, Bakala, Ndassima, Kouango… quelle population protège la Minusca ? Il est certes vrai que les forces de l’ONU  n’ont jamais ramené la paix dans un pays quelconque. C’est bien dommage.

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire