MERCREDI 20 JUIN 2018 A BAMBARI : ...

Vendredi 22.06.2018 : 10H26

MERCREDI 20 JUIN 2018 A BAMBARI : DES AFFRONTEMENTS MEURTRIERS ONT OPPOSE LES ELEMENTS DES FACA AUX HOMMES DU « GENERAL » ALI DARASSA

Ali darass 3Très tôt dans la matinée du mercredi 20 juin 2018, des affrontements meurtriers ont opposé les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA), déployés dans la ville de Bambari et les hommes du « général » Ali Darassa, leader de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC), maître incontestable et incontesté de toute la région de la Ouaka. Nous ne disposons pas encore du bilan des combats. Mais certainement, il y aurait de pertes en vies humaines, ainsi que des dégâts matériels considérables.

Qu’est-ce qui était à l’origine de ces affrontements qui ont opposé les éléments des FACA aux hommes du « général » Ali Darassa ? Difficile pour nous de le dire. Mais nous continuons toujours de mener des investigations pour éclairer la lanterne de la population centrafricaine sur ce sujet.  La région de la Ouaka semble devenir une nouvelle République dont Ali Darassa est le gouverneur.  L’autorité de l’Etat peine à se restaurer dans la ville de Bambari et ses environs, à cause de Darassa et ses éléments qui s’opposent à tout.

Les FACA sont l’un des instruments de souveraineté de l’Etat. Elles (FACA) ont pour principal rôle la défense de la partie et la protection de la population contre toue attaque venue de l’extérieur ou de l’intérieur du pays.  Aujourd’hui, toute la communauté internationale reconnait que le redéploiement de toutes les Forces de Défense et de Sécurité (policiers, gendarmes et FACA) est la seule solution pour  favoriser le retour à la paix, à la cohésion sociale, au vivre ensemble et à la réconciliation nationale en RCA.

C’est dans ce contexte bien précis que les Etats-Unis, l’EUTM, la CEMAC, la CEEAC, la Russie, la Chine, la France, le Royaume du Maroc, le Rwanda, l’Angola, la Guinée Equatoriale, l’Afrique du Sud et bien d’autres pays amis de la RCA volent au secours de l’armée centrafricaine, à travers la formation et la dotation des éléments des FACA en armes, logistique et autres équipements militaires. Deux (2) bataillons des FACA ont été déjà formés par la mission européenne de training (EUTM) et entraînés par les experts de l’armée russe aux maniements de ces nouvelles armes.

Les FACA sont entrain de renaître peu à peu de leurs cendres. Et dans peu de temps, nous osons croire que tous les éléments des FACA seront redéployés dans toutes les villes du pays. Les Ali Darassa, Nourredine Adam, Abdoulaye Hissène, Mahamat Alkhatim, Bahr, Sidiki et tant d’autres criminels qui prennent les armes pour le bout de leur nombril auront-ils le courage de démontrer leur puissance devant les éléments des FACA qu’ils ont humiliés hier ?

La Minusca doit cesser d’user d’hypocrisie envers la population centrafricaine qui souffre sur les sites de déplacés et erre dans la brousse comme des animaux sauvages, à la recherche d’un abri sûr. Combien de fois la Minusca a dialogué avec Ali Darassa et ses éléments de cesser avec la violence sur la population civile ? Et quels en sont les résultats aujourd’hui ? Des criminels qui n’ont que pour boulot de tuer, violer, braquer, piller et incendier peuvent-ils entendre la voix du dialogue, afin de déposer les armes pour faire la paix ?

Le panel des facilitateurs de l’Union Africaine en a vu de toutes les couleurs lors de ses multiples dialogues entamés  avec les leaders des groupes armés. Certaines de ces revendications sont des pures provocations vis-à-vis des autorités du pays qui se battent pour restaurer la sécurité et la paix dans tout le pays. D’ailleurs, il est souvent prouvé et avéré que les dialogues entamés avec les groupes armés sont un coup d’épée dans l’eau. Car, après la signature des accords de cessez-le-feu, c’est un autre son de cloche du côté des groupes armés sur le terrain : massacres, viols, pillages et incendies des maisons des particuliers, ainsi que des immeubles publics et privés. Faut-il dans ce cas d’espèce continuer de  dialoguer avec des gens qui font toujours la sourde oreille ?

Non, il est temps aujourd’hui  d’arrêter les larmes des centrafricains à travers la réhabilitation et le redéploiement de toutes les Forces de Défense et de Sécurité à savoir, policiers, gendarmes et Forces Armées Centrafricaines  (FACA) sur l’ensemble du territoire centrafricain.

 

Bénistant MBALLA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire