MAHAMAT ALKHATIM ET AL-BACHAR, PERSONA NON GRATA AU SEIN DU ....

Mardi 17 Jan 2017 : 10H25

MAHAMAT ALKHATIM ET AL-BACHAR, PERSONA NON GRATA AU SEIN DU MOUVEMENT MPC :

QU’EN SERA-T-IL DE NOURREDINE, DARAS, ZOUNDEKO, SIDIKI ET MOKOM ?

Alkhatim mahamat

 

Dans une guerre, il n’y a ni vainqueur, ni vaincu. Les éléments de l’ex-coalition Séléka des mouvements MPC, UPC, RPRC, FPRC, 3R, et les Anti-Balaka de Mokom se laissent  téléguider et manipuler par des mercenaires étrangers, des véritables ennemis du peuple centrafricain sans foi, ni loi. L’ex-coalition Séléka, après avoir conquis le pouvoir de Bangui le 24 mars 2013, était plongée dans les tueries et les massacres. Ce qui a obligé les Anti-Balaka d’entrer dans la danse le 05 décembre 2013. Les chefs d’Etat de la CEEAC, ne pouvant supporter le degré des atrocités, se sont vus obliger de contraindre Michel Djotodia à la démission, à Ndjamena au Tchad. Ferdinand Alexandre Nguende a pris le relais pour diriger le pays pendant deux (02) semaines. Catherine Samba-panza fut élue à son tour les Conseillers Nationaux pour diriger la transition.

Depuis Ndjamena, Libreville, Brazzaville pour arriver à Bangui, les ex-combattants Séléka et Anti-Balaka ont signé plusieurs accords de cessation des hostilités dans le but de faire la paix. Durant les Consultations Populaires à la Base, puis le Forum National de Bangui, le peuple centrafricain du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, a décidé unanimement de tourner la page sombre de son histoire par la voie des urnes pour aspirer à la paix, rien que la paix. Et cette paix devrait se concrétiser à travers le programme Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Les élections se sont effectivement déroulées sur l’ensemble du territoire ouvrant ainsi la voie au retour du pays à l’ordre constitutionnel par la prestation de serment du Chef de l’Etat, le 30 mars 2016.

Les nouvelles autorités du pays, après avoir pris fonction, ont choisi la voie du dialogue pour palier aux multiples problèmes et défis du peuple centrafricain. C’était dans cette optique que le chef de l’Etat avait rencontré les leaders des groupes armés au Palais de la Renaissance pour discuter du processus DDRR. Onze (11) groupes armés sur les quatorze (14) ont saisi l’opportunité offerte par le chef de l’Etat pour intégrer sans condition les vastes chantiers du pré-DDRR dans les travaux sont en cours. Quelques groupes à savoir, le FPRC, l’UPC, le RPRC, le MPC, les 3R, constitués pour la plupart des mercenaires étrangers et les Anti-Balaka version Mokom qui jouent au récalcitrant et bloquent les efforts entrepris par les autorités du pays et la Communauté internationale dans la recherche de la paix en RCA.

Le chef de l’Etat a effectué des visites à Kaga-Bandoro et Bria où il a rencontré les leaders de ces groupes armés récalcitrants pour qu’ils renoncent aux violences et intègrent le programme DDRR. Mais depuis lors, c’est un silence de cimetière du côté de ces groupes armés. Ils persistent et signent dans les tueries, les viols, les pillages, les incendies de villages et maisons, de champs et greniers agricoles. Le dernier crime commis fut celui de Kaga-Bandoro où Mahamat Alkhatim et ses éléments ont brûlé et calciné des personnes avec leurs maisons et leurs biens. Malgré cela, ils n’ont pas toujours baissé les bras dans leurs actes horribles. Les lamentations, les pleurs, sont le lot au quotidien de la population de la Nana-Gribizi. Les hommes d’Alkhatim continuent de racketter et rançonner la population de Kaga-Bandoro comme bon leur semble.

Suite à une Assemblée Générale (AG) tenue par le mouvement MPC, Mahamat Alkatim et Al-Bachar étaient déclarés persona non grata au sein de ce groupe. Les éléments du MPC viennent de poser un acte formidable, prouvant à l’opinion nationale et internationale que les véritables centrafricains veulent désormais la paix. Et nous osons croire que demain, ce sera peut-être le tour des sanguinaires tels, Nourredine Adam, Ali Daras, joseph Zoundeko, Sidiki et Mokom qui continuent de pousser leurs éléments à tuer, massacrer, incendier sans âme, ni conscience. Ce faisant, la paix peut revenir définitivement sur l’ensemble du territoire permettant aux citoyens de vaquer en toute quiétude à leurs occupations quotidiennes. Le km5 qui était considéré comme le « couloir de la mort » a retrouvé la stabilité grâce à la détermination du groupe d’auto-défense dudit secteur qui a mis fin aux actes barbares de 50 /50, Abdoul Danda et bien d’autres malfaiteurs qui terrorisaient la population musulmane et non musulmane. Heureusement, Dieu a exaucé la prière des Centrafricains en général et ceux de la préfecture de la Nana-Gribizi en particulier qui continuent d’errer d’un endroit à un autre à la recherche de la paix. Pourvu que ces va-t-en-guerre quittent définitivement le territoire centrafricain.

 

Bénistant MBALLA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire