LES MONARCHIES DU GOLF DERRIERE LA CRISE CENTRAFRICAINE, ... ?

Jeudi 02.03.2017 : 10H01

LES MONARCHIES DU GOLF DERRIERE LA CRISE CENTRAFRICAINE, MYTHE OU REALITE ?

Boz et djotoSelon certaines sources, les Monarchies du Golf auraient volé au secours de Bozizé en payant les salaires 8 mois chaque année et 4 mois pour le compte du gouvernement centrafricain. Poursuivant dans cette logique, nous nous interrogeons sur le volte-face de ces monarchies du Golf pour un soutien à l’ex-coalition Séléka. Et la coalition a pu prendre le pouvoir sans parvenir à mettre de l’ordre dans ses propres rangs. Pire encore, si Djotodia en son temps avait de bonnes intentions, est-il suivi par le gros de la troupe Séléka ? Des semi-lettrés pour tout dire, se sont jetés sur le pays comme des criquets migrateurs et ont tout dévoré en un temps record, laissant sur leur trace, un pays totalement sinistré, dévasté, ravagé par un Tsunami. Les monarchies du Golf regroupent le Qatar, le Koweït, l’Arabie Saoudite.

Si telle est l’origine profonde de cette crise, n’avons-nous pas un ministère des Affaires Etrangères pour mener un balai diplomatique et traiter le mal à la racine?  Il y a mille et une (1001) versions sur la crise centrafricaine, où se trouve la véritable version ? Les grandes puissances sont tapies dans l’ombre, à savoir les Etats-Unis dans le Haut-Mbomou, avec des officiers militaires, du matériel, des avions, des hélicoptères, mais assistent sans réagir aux massacres de la population civile. La France a préféré se retirer du bourbier centrafricain, laissant le champ libre aux tueurs. De l’autre, le gouvernement centrafricain est privé de son instrument de souveraineté. Chaque jour qui passe, ce sont des têtes qui tombent.

La démocratie et les droits de l’homme ont-ils encore des vertus ? Sous prétexte de poursuivre Joseph Kony, les Américains font autre chose. C’est la partie centrafricaine avec des moyens rudimentaires qui a réussi à mettre la main sur certains lieutenants de Joseph Kony, et c’est tout. L’Armée ougandaise n’a réussi aucune prouesse, malgré toute l’armada militaire déployée en RCA. Certaines langues évoquent le business Obama à Obo, d’autres parlent d’exploitation minière. Profitant de la faiblesse de l’Etat centrafricain, les pêcheurs en eau trouble de tous les gabarits, se lancent dans la ruée vers l’Eldorado, et à côté, ce sont des cadavres qui s’amoncellent, à telle enseigne qu’il est difficile d’évaluer le nombre réel de victimes, dans les cours d’eau, dans les puits, dans la brousse, des corps humains pourrissent ou sont  dévorés par les hyènes et autres animaux sauvages. Et ce, à l’ère des Droits de l’Homme et de la démocratie. C’est la loi du plus fort qui s’impose. Le Koweït n’a-t-il pas été libéré par les Etats-Unis ? Est-ce à cause du pétrole seulement, ou il y a aussi le droit d’un peuple à disposer de lui-même ? L’ordre du monde n’est-il pas entrain d’être totalement bouleversé ? La Russie a dévoré l’Ukraine par la force militaire. Certains pays baltes craignent d’être attaqués à leur tour. La Russie a pilonné dans le sang les populations civiles en Syrie sous l’œil impuissant de l’occident. Les Etats faibles n’ont plus de défenseurs, c’est la loi du talion qui va gouverner le monde comme le fait la Russie.

L’Afrique doit se réveiller, s’unir et être solidaire à l’exemple de la CEDEAO et la crise gambienne. L’Union Africaine, la CEEAC, les pays des grands lacs ont fort à faire pour éteindre les foyers de tension à travers le continent. Les droits de l’homme et la démocratie sous l’angle de l’occident, ne sont que de vains mots. Le Nigéria, le Cameroun, le Tchad, le Niger constituent un exemple de solidarité pour faire face à l’ennemi commun. C’est cette vision qui transparaît dans le discours de sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc à Addis-Abeba, en Ethiopie, lorsqu’il fait allusion à la nouvelle génération des dirigeants africains qui arrivent au pouvoir, avec la seule ambition de développer leur pays pour soulager la misère des peuples. C’est le cas du Sénégal, de la Gambie, du Ghana, du Kenya, du Royaume du Maroc, de la RCA et bien d’autres pays. Toutes les puissances qui ont exigé la démocratie dans le feu de la crise centrafricaine, semblent avoir fait marche arrière. Comment tirer profit de Bruxelles, quand le pays est à feu et à sang ? Toutes les populations de Bria, de Bakala, de Ippy, de Ndassima, de Ngakobo, de Grimari, Kouango ont trouvé refuge à Bambari. Maintenant, c’est Bambari qui est dans le collimateur des groupes armés, où iront ces populations ? C’est horrible, ce qui se passe en Centrafrique.

Nourredine Adam n’est qu’une marionnette, stratagème entre les mains de certains gros bras tapis noirs. Les monarchies du Golf ne peuvent-ils pas discuter avec le régime Touadéra ? Nous savons que tout pays arabe ne donne rien, sans rien. Tous les investisseurs sont pourtant les bienvenus en RCA, depuis le retour à l’ordre constitutionnel. Pourquoi tant de morts, tant de destructions du peu qui existe ? Pourquoi manipuler les uns et les autres ? Nourredine Adam n’est qu’un stratagème, une ruse des forces du mal, pour anéantir la nation centrafricaine. La diplomatie centrafricaine doit se mettre en marche pour rechercher la racine du mal. Faut-il encore avoir un ministre à la hauteur des enjeux, si cette version conduit réellement à l’origine de la crise.

La RCA a pourtant des Consulats dans ces pays qui fonctionnent. Mythe ou réalité, l’avenir nous le dira.

Julien BELA

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : Jeu 02 mars 2017